TAUREAU Pablo Neruda;LLANTO pour Ignacio Sanchez Mejias , Federico Garcia Lorca,photos Las Ventas 2006

Add Image

J'écris Taureau

et mon coeur frisonne,

Je ne peux écrire ce mot

sans tout à coup

trembler devant

la trace de ce qui ne peut s'écrire:l'arabesque du temps

les dessins impossibles du vertige.

 

J'ai sur ma poitrine

une escoussure blanche

avec laquelle je suis né.

 

Tu poses ton front  sur mon front

Taureau

et me dis qui j'étais

mes dessins sur le sable dans une enceinte rouge.

Est-ce pour cela que tu es?

Pour que le soleil soit déposé au-dessus de tes yeux

et que rayonne sans fin sa brillance fragile?

Ton souffle se glisse dans les berceaux vides

et des enfants naissent

qui étaient là de tout temps.

Ton ombre tremble dans les linceuls

et la mort devient la mélopée lente d'un voyage.

Tu touches la femme que j'aime

et je la retrouve sauvage

avec des yeux insondables

où passent seules des lueurs de brumes

d'eau et de dunes.

 

Dans le  creux de tes cornes

Tu emportes nos noms fugitifs

nos noms futiles.

Il ne nous reste Taureau

Que cette image simple:

j'ai sur ma poitrine

une escoussure blanche

mon histoire.

 

Et lorsque ta corne

Taureau

transpercera mon coeur

Tu me porteras dans l'enceinte rouge

et je serai dessin parmi les dessins

signe parmi les arabesques que tu tisses inlassablement

en jaillissant du sable

sous la clameur bruyante des hommes.


                                PABLO NERUDA


__________________________________________________

PLEUR pour Ignacio Sanchez Mejias(Federico Garcia Lorca.)

Le mercredi 22 et le jeudi 23 février au TNT,Vincente Pradal donnait à Toulouse son "Llanto por Ignacio...",écrit par Garcia Lorca pour ce torero mort le 13 août 1934,deux jours après avoir été blessé aux arènes de Manzanares.Il s'agissait du même spectacle crée au TNT par Pradal en novembre 98.

Ce poème bouleversant évoque la tradédie de ce torero d'exception,

"sévillan amoureux de lavie,mélomane,intellectuel,auteur de théâtre,poète lui aussi et ami des meilleurs poètes de son temps",marié à la soeur des célèbres matadors gitans Jocelito et Rafael el Gallo.

Dès le premier acte,le fameux "a las cinco de la tarde", trois hommes apportent ,à la femme du torero ,la funeste nouvelle.

Le ténor colombien Etxeverry remplace celui de 98:Chango Manzo rentré en Argentine.Le CD de l'oratorio de Vincente Pradal est en librairie ,le texte de Pleur(Garcia Lorca) est chez L'Arche(commande@arche-editeur.com)


"A cinq heures du soir.

Il était juste cinq heures du soir.

Un enfant porta blème le suaire

à cinq heures du soir.

Un cabas de chaux déjà comble

à cinq heures du soir.

Et le reste était mort et mort seulement

a las cinco de la tarde."

...........................................................



07/02/2006
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion