883- Mythe 8 posts

.... On dira, en un mot, qu'il n'a eu que ce qu'il méritait.

C'est là que réside la faute. Quel sens avait la révolution libyenne, sinon la lutte contre l'arbitraire, le refus des solutions expéditives, l'avènement de la loi, en lieu et place de la dictature ? Quel sens avait l'intervention des puissances alliées - hautement justifiée dès lors qu'il s'agissait de venir au secours d'un peuple opprimé - sinon la mise en place d'un état de droit qui proscrive, justement, les assassinats politiques et les exécutions illégales ? S'il l'on restait cohérent avec les principes originels, il fallait arrêter Kadhafi, le maintenir coûte que coûte en vie et le traduire, selon les formes régulières, devant un tribunal où il aurait répondu de ses crimes. Les moyens employés en l'occurrence contredisent directement les fins proclamées.

A l'exemple de Camus plaidant contre les exécutions capitales à la Libération, nous devons refuser, dans la saga des révolutions démocratiques, toute indulgence envers la brutale vengeance et la mise à mort expiatoire. Le procès de Kadhafi eût fait progresser l'enseignement du peuple et conforté, dans une société qui ne la connaît que de loin, de la logique de la liberté. Kadhafi était un criminel. Son exécution n'en demeure pas moins un crime. Elle n'offre aux Libyens qu'une leçon cynique : au lieu de la fermeté de la justice, on a choisi ou accepté l'éternel retour de la violence. Inquiétant début pour la démocratie libyenne.

Laurent Joffrin NouvelObs (extrait)

un patron de moins

steve jobs.jpg

merci à Chimulus



Steve Jobs ce héros mythique a marqué ce début du XXI ème siècle et la fin du précédent.Sa mort a été annoncée et transmise à travers le monde souvent par un iPhone , appareil Apple qu'il a créé.


Steve Jobs avait tout du manager capitaliste,du génie informatique et du gourou d'une secte de clients dépendants qu'il a suscitée.Ses clients sont addicts, inconditionnels, enthousiastes, passant de l'ordinateur personnel et de la souris, au baladeur numérique, au smartphone et aux tablettes tactiles.Chaque nouveau modèle d'Iphone 3,4S ...est attendu, adopté si possible avant ses amis et collègues pour en être les tout premiers propriétaires. Elégance du design, simplicité d'utilisation  en sont les motivations principales, le coût exhorbitant, le prix à payer pour les snobs que nous sommes sûrement un peu au fond de nous.


.

« En dépit du succès, Apple a su préserver sa réputation d'entreprise esthète, progressiste et même dissidente. Née dans un garage et toujours californienne d'esprit. Cette mystification est l'une des plus belles inventions de Steve Jobs. Car Apple est bien de son temps et génère ses montagnes de cash en jouant, comme tant d'autres, sur le dumping social, faisant fabriquer en Chine ses produits dans des usines bunker » écrit Nicolas Domorand dans Libération.fr.

 

Apple en effet n'a rien de séduisant en réalité dans son univers clos, verrouillé, totalitaire, controlant les tuyaux, les appareils et le contenu, ses pratiques autoritaires pour capter le marché les clients, fermer la porte à la concurrence , s'en mettre plein le capital et les dividendes dans les poches et les comptes des actionnaires.

 

 

    Marc Baldy


//www.urtikan.net/n-21/fumeurs-fumasses/

       @@@


Le 13.09.11. M. Yves Logette. 2 rue du Château de Furst, 57.730 Folschviller, France. Légion d'Honneur, Ordre National du Mérite, Médaille du Courage et du Dévouement, Secrétaire national de sa Promotion de Saint-Cyr, Ancien commandant d'un Régiment d'Hélicoptères de Combat.
À Monsieur le Président de la République, Palais de l'Élysée, 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75.008 Paris.
Monsieur le Président de la République française,
Lors des dernières élections présidentielles en 2007, j'ai voté pour vous, Monsieur Sarkozy, car j'ai cru, comme 53 % des votants, que vous représentiez une réelle chance et un espoir pour la France. C'est pourquoi je me crois autorisé à vous écrire pour vous donner mon sentiment, après la poignée de mains que vous avez échangée avec le président du Rwanda Paul Kagamé.
Comme vous le savez, ce Monsieur est accusé par l'ONU de crimes contre l'humanité, il est soupçonné d'avoir fomenté l'attentat contre l'avion du président Habyarimana, d'avoir participé au génocide des Tutsis de 1994 alors qu'il en rejette la responsabilité sur les militaires français de l'opération Turquoise.
Le livre du Général Jean-Claude Lafourcade, chef de cette opération déclenchée par la France, rapporte les accusations honteuses du gouvernement rwandais que les médias laissent se propager : les soldats français auraient « violé massivement avec l'accord de leurs officiers … ont jeté des personnes depuis leurs hélicoptères … », bref ont participé au génocide.
Pourquoi chasser le tyran Kadhafi par la force (oublions le tapis rouge et la tente berbère dans les jardins) et recevoir un tyran encore plus sanguinaire avec autant de sourires chaleureux ? S'est-il repenti de ces crimes et accusations envers les militaires français ? « Je ne vois pas de quoi vous parlez » répond-il à une ONG qui l'interroge sur l'état des droits de l'homme au Rwanda.
Monsieur le Président, cette poignée de mains arrive comme une goutte d'eau qui fait déborder le vase. Que la politesse entre Chefs d'États vous oblige à aller rencontrer Kagamé à Kigali, soit. Mais épargnez-nous ce déculottage sur le perron de l'Élysée.
J'ai souvent été d'accord avec vous sur le fond, notamment pour ce qui concerne les nécessaires réformes de structure dont notre pays a besoin mais jamais sur la forme, hélas : Comment peut-on respecter un président de la République qui s'adresse à un Français, dans un meeting ( 23.02.08 ), en ces termes « casse-toi, pauv con » ou à un pêcheur en colère ( 06.11.07 ) « Qu'est-ce t'as, descend de là si t'es un homme » alors qu'il est, lui-même, entouré de cinq gardes du corps ?
Comment peut-on dire, quand on s'affiche président de tous les Français « Je me fous des Bretons, je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte » (visite du CROSS de Plouarzel le 01.05.07 ) ?
Comme officier, j'ai été profondément meurtri et même blessé lorsque vous avez pointé du doigt le Chef d'État-Major de l'Armée de Terre, le Général Bruno Cuche, le 30 Juin 2008, en lui disant publiquement à l'adresse de tous les soldats « vous n'êtes pas des professionnels, vous êtes des amateurs ». Certes, l'accident de Carcassonne était grave mais pourquoi ce mépris ? Les employés de la SNCF sont-ils tous des amateurs parce qu'un train déraille ?
Aujourd'hui, vous avez gâché le capital de confiance dont nous vous avions crédité. Vous avez cru que l'élection gagnée valait blanc-seing pour tout type de comportement et vous n'êtes rentré que tardivement, presqu'à contre nature, dans l'habit d'un Président de la République. « Président de la République, cela s'apprend à chaque minute » avez-vous dit récemment.
Ainsi que je l'ai déjà dit, j'ai voté pour vous en 2007 mais, vous l'avez compris, vous n'avez plus ma confiance pour 2012.
Je me doute bien qu'on ne vous montrera pas ma lettre mais si d'aventure elle passait entre vos mains, sachez Monsieur le Chef des Armées, que des dizaines de milliers de vos soldats, de tous grades, se sentent, après cette honteuse et insultante poignée de mains, humiliés devant tant de cynisme politique. Les minerais des Grands Lacs ne peuvent pas tout excuser.
Veuillez croire, Monsieur le Président, à la profonde considération que je porte à la fonction que vous occupez.




07/10/2011
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion