849- Quatre invités (rubrique actualisée) 6 posts

Gazette d'@rrêt sur images, n° 152

Insoluble, la relation des Verts avec la télé ? Après un débat raté contre Nadine Morano sur France 2, Eva Joly fait son mea culpa. Nous y consacrons un article (1). Levée de boucliers immédiate dans nos forums: mais non, Joly ne s'est pas fait écraser ! Elle a eu bien raison de ne pas répondre à Morano sur le même ton. L'épisode pose des questions passionnantes. Que doit être un débat politique ? Doit-on jouer le jeu des débats formatés de Calvi ou Chabot ? Et encore, nous ne savions pas tout. Vous devez écouter ce que nous révèle Alain Lipietz, ancien candidat (détrôné) des Verts à la présidentielle de 2002, d'une petite voyouterie médiatique ordinaire. Joly s'attendait à débattre avec Baroin et Hollande. Fran ce 2 la prévient au dernier moment qu'elle sera finalement face à Morano et l'homme d'affaires Charles Beigbeder. Que faire ? Déclarer forfait ? Ecoutez les révélations de Lipietz ici. (2)

Pourquoi avons-nous invité Lipietz ? Parce qu'il sait ce que lynchage médiatique veut dire. En 2001, les Verts le désignent comme leur candidat pour la présidentielle de 2002. Et puis, Le Monde l'accuse d'inavouables sympathies envers les indépendantistes corses du FLNC. Il dément. Maladroitement. S'embrouille. Mais le mal est fait. Et s'il n'y avait que Le Monde ! Les plateaux branchés le tournent en ridicule. Il faut voir (et revoir) Ardisson, Bruel et Baffie moquer ses positions sur le cannabis. Lipietz se laisse faire. Gentil, trop gentil. Et finit par craquer, et céder la place &a grave; Noël Mamère. Que faire avec ces dispositifs infernaux sinon les dynamiter, comme un certain Mélenchon ? Heureusement, pour nous rendre le moral, Didier Porte nous rappelle qu'il existe au moins un bon intervieweur politique en France. Qui ? Devinez donc. Sa chronique est ici (3). Et notre émission est là. (4)

Plus que jamais, il importe d'inventer de nouveaux formats, de nouveaux modes de diffusion. Excellente surprise : en quarante-huit heures, 3000 exemplaires de notre tout premier livre vendu sous le manteau, Crise au Sarkozistan, ont été commandés. Un bel avenir d'éditeur sous le manteau s'ouvre à nous! Reste à transformer l'essai. Objectif 10 000. A vous de jouer ! Pour le feuilleter, c'est ici (5). Pour le commander, c'est là. (6)

 

Soutenez arretsurimages.net (7) ! Lisez, et faites lire, Crise au Sarkozistan.

 

Daniel Schneidermann







Gazette spéciale d'@rrêt sur images

Une nomenklatura jouissant de scandaleux passe-droits, une Justice aux ordres, une police secrète paranoïaque, des brigades d'acclamation convoquées pour les dirigeants, et évidemment des médias muselés : depuis quelques semaines, sans doute partagés entre hilarité et effarement, vous lisez sur le site nos chroniques du Sarkozistan. (1)

Ces textes, largement remaniés, ainsi que plusieurs inédits, sont aujourd'hui réunis en recueil dans notre tout premier livre "Crise au Sarkozistan". Le dessinateur Mor les a illustrés de superbes caricatures de dignitaires du petit Etat voyou.

Nous vous proposons ce livre à l'occasion des fêtes de fin d'année. Il sera disponible à partir du 1er décembre.

Ce n'est pas un livre comme un autre.

Vous ne le trouverez pas dans les librairies du Sarkozistan : il est vendu uniquement par correspondance. C'est un handicap, nous le savons. Vous ne pourrez pas le prendre entre les mains, le soupeser, le sentir (mais vous pouvez feuilleter ici le premier chapitre (2)).

Vous n'en entendrez pas parler dans les journaux. Comment les médias du Sarkozistan évoqueraient-ils un livre implacable pour leurs propres complaisances ?

Vous ne le verrez pas apparaître dans les listes de best-sellers, même si nous en vendons sous le manteau, comme nous l'espérons, des dizaines de milliers.

Produire des livres plus réactifs à l'actualité, moins chers, indépendants de la promotion des grands médias : nous souhaitons prouver que l'on peut inventer un autre mode d'édition.

C'est pourquoi nous nous sommes associés avec un éditeur en ligne, lepublieur.com (3), spécialiste de la vente sur Internet.

Si, comme j'en suis sûr, vous répondez nombreux à notre appel, alors nous explorerons les prometteuses possibilités qu'offre l'édition, dans un esprit aussi innovant que le site auquel vous êtes abonné.

Nous comptons sur vous, uniquement sur vous.


Commandez tout de suite "Crise au Sarkozistan" (4), pour le prix de 10 euros hors frais de port, et soyez livr&e acute; dès début décembre.

Mieux encore : faites-le lire ! Si vous le commandez avant le 1er décembre, vous pouvez bénéficier de notre offre de lancement : quatre exemplaires pour le prix de trois (30 euros, hors frais de port). Si certains de vos proches n'avaient pas encore compris qu'ils vivent au Sarkozistan, quelle belle idée de cadeau pour les fêtes de fin d'année !

Commander "crise au Sarkozistan", c'est faire connaître notre site. C'est nous soutenir.

 

Daniel Schneidermann


Certains clients de courrier électronique bloquent l'accès direct aux liens. Aussi, vous trouverez ci dessous et en clair l'ensemble des adresses web de ce présent message :
(1) http://www.arretsurimages.net/chroniqueur.php?id=23
(2) http://www.arretsurimages.net/sarkozistan/
(3) http://www.lepublieur.com/
(4) http://www.lepublieur.com/evement/asi.html

                               OOO
Source de richesses et de développement
pour les
territoires, le tourisme est
  une activité économique déterminante et par essence non délocalisable. Par les emplois durables qu'il génère quelque soit les niveaux de qualification, c'est un puissant vecteur d'insertion. Le tourisme est donc une belle illustration des solidarités sociales et territoriales dont les départements sont
les garants.

Alors que l'avenir de ces derniers est aujourd'hui menacé en
raison de l'étranglement financier auquel ils sont confrontés
et des incohérences de la réforme territoriale, nous ne cessons de nous mobiliser pour défendre ce secteur indispensable à nos économies locales.
C'est ainsi, grâce à notre action commune auprès des
parlementaires, que le sport, le tourisme et la culture
resteront finalement des compétences partagées. Il s'agit
incontestablement d'une belle réussite ! En effet, les
politiques touristiques sont un parfait exemple de l'absolue
nécessité d'initiatives et de financements croisés entre
collectivités territoriales.
                                                        

Pour que la France demeure l'une des premières destinations,nous avons toujours souhaité que le développement des politiques touristiques soit l'affaire de tous. Il est indispensable d'unir les efforts des collectivités, du monde économique et des associations, afin de favoriser l'innovation, les mises en réseau, les projets et l'investissement.

Dans ce cadre, nous sommes convaincus que la nouvelle
convention signée cet été entre l'ADF(l'Assemblée des départements de France) et le Rn2d (la fédération des CDT) contribuera à promouvoir les politiques touristiques départementales et à relever efficacement, dans la concertation, les nombreux défis des années à venir.


                                      CLAUDY LEBRETON
                                      Président de l'Assemblée des Départements
                                      de France
                                      Président du Conseil Général des Côtes d'Armor

                                       @@@


Allez voir ce blog "les wregens",Randal est un copain,
Gavroche une copine
 http://cafemusique.wordpress.com/author/cafemusique

LES VREGENS

Cabinets de radiologie et Sécurité Sociale

par Gavroche

Très personnel et peut-être pas passionnant, ce ch'tit article. Mais je suis interrogative et je voulais soumettre mon questionnement au vôtre…ça va m'obliger à faire un "coming-out". Je suis suivie par l'Institut Curie suite à un cancer du sein avec tumorectomie, curage axilliaire, chimiothérapies et radiothérapies, et chimio "douce" -qui m'a fait pousser les os aux pieds- pendant 5 ans.

Le 15, j'ai rendez-vous à Curie et je dois donc arriver avec une mammographie et une échographie récentes. J'ai donc passé ma matinée dans un cabinet de radiologie dont la réputation est excellente sur la place de Paris, en compagnie de ma voisine. Apeurée par cet examen, elle avait annulé 2 rendez-vous précédemment. J'ai donc pris rendez-vous pour les deux, à la même heure. Elle a été appelée la première… moi j'ai dû attendre 3/4 d'heure pour être appelée pour la mammo. Ensuite, j'ai attendu au moins 30 mn, voire plus que le radiologue daigne venir me faire l'échographie. De guerre lasse, j'ai sorti mon lecteur de MP3 et j'  écoutais le Requiem de Mozart lorsqu'il a fini par apparaître.

Je me rhabille, vais retrouver ma copine en salle d'attente qui se demandait ce que je faisais… elle avait déjà eu son compte-rendu, payé etc. Elle me dit "va à la caisse pour prendre de l'avance". Ce que je fais. J'ai payé 120 Euros ! Je n'avais pas payé ça l'an dernier. Je me dis donc "zut, ça a sacrément augmenté… heureusement que je suis à 100% pour cause d'A.L.D". Je rejoins ma voisine et lui demande combien elle a payé : "dans les 80 Euros" me répond-elle. Elle a pourtant eu exactement les mêmes examens que moi. Je retourne à la caisse et demande à la jeune femme pourquoi je paie 40 Euros de plus… elle cherche sur son ordinateur : "ah, votre copine a eu un médecin en secteur I et vous en secteur II, et le secteur II est plus cher".

Je n'ai jamais demandé à avoir tel ou tel toubib, jamais réclamé un traitement exceptionnel (qui ne l'était pas de toutes façons) ! Alors pourquoi m'a-t-on mise d'office entre les mains d'un radiologue de secteur II ?

J'ai une réponse déjà toute faite : je suis prise en charge à 100% donc la Sécu peut bien payer ce dépassement d'honoraires ! Et après, on va nous expliquer dans lémédia que, le trou de la Sécu, c'est la faute des étrangers qui bénéficient de soins gratuits, ou que c'est parce qu'il y a abus d'arrêts-maladie !

Ca m'a rappelé un chir. qui m'a opérée il y a une vingtaine d'année (Assistance Publique). Sa secrétaire me demande si j'ai une bonne mutuelle… je lui dis "bof, pourquoi ?" Elle me répond : " parce que dans ce cas, on vous fait payer l'opération au lieu qu'elle soit prise en charge totalement par la Sécu". Ca m'a tellement énervée que je lui ai dit : "mais nous sommes à l'hopital, pas en secteur privé". Du coup, elle ne l'a plus ramené et mon opération a été prise en charge par la Sécu (quand j'ai entendu le prix de l'opération, qui n'avait rien à voir avec de la chirurgie esthétique, je vous l'assure, j'ai cru défaillir).

                                      @@@

Toussaint


...Puis est tombé sur un drôle d'animal - nous - une calamité : il a pris conscience qu'il existait, qu'il vivait.Et donc qu'il devrait un jour ou l'autre mourir... De là est née l'angoisse. La terrible angoisse de l'Après. Pour combattre cette angoisse, le malheureux animal humain, désormais conscient de sa terrible condition, a tout de suite perçu une attraction instinctive, irréfléchie, imprécise vers quelque chose d'inaccessible qui le dépasse totalement : l'obscure appréhension, le vague pressentiment qu'il existe ailleurs, en haut, très haut, très grand, un ordre des choses infiniment supérieur à lui et vers lequel il est impulsivement enclin à se soumettre s'il veut donner un sens à sa vie, s'il veut se libérer de son angoisse, s'il veut accepter sa condition humaine.


L'angoisse de la mort lui a fait inventer la religion et avec elle tout ce qui organise
la société des hommes. Pour nous, c'est l'harmonie de la Terre-Mère que nous appelons Gha-Yah et l'intégration de l'humain dans la nature parmi les autres créatures et au même titre qu'elles. C'est ce qui nous fait respecter les animaux et les plantes qui nous donnent leur vie pour perpétuer la nôtre. C'est ce qui nous fait respecter la vie, la liberté des autres humains tant nous avons besoin les uns des autres. C'est ce qui nous fait vivre en communauté pour affronter ensemble la dureté de l'existence. C'est ce qui nous fait honorer et respecter les femmes qui portent et donnent la vie. C'est ce qui nous fait respecter et honorer nos morts lorsqu'ils rejoignent la Grande Terre-Mère. C'est ce qui fait que nous ne craignons pas la mort car nous savons que notre esprit se fondra dans le Tout d'où nous sommes venus.

Pour d'autres, ce peut être autre chose.

- L'Homme, c'est pas toujours tout joli, ajoute Gaabhi en se grattant la barbe. Nous qui devons les aider à vivre au mieux ensemble, nous le savons... L'homme, il trimballe une bonne dose de cupidité, de méchanceté, d'agressivité. Avec, hélas, une certaine propension à humilier le vaincu, à dépouiller le faible, à jouir de le voir souffrir et crever. Mais toute cette saloperie latente est mêlée aussi à un esprit d'aventure, à un goût du risque, à un besoin de se surpasser et de vaincre. Sans oublier, quelque part dans les replis de sa cervelle et de toute sa viande, un besoin d'aimer, de protéger, de se sacrifier pour les autres parfois.


C'est ça l'Homme. Faut faire avec. Mais ce dieu dont nous parle Thôrvig, ce Yahvzusla, c'est une belle crevure ! Qu'est-ce que c'est que ce dieu m'as-tu-vu et narcissique qui aurait créé les hommes uniquement pour se faire adorer ! Qu'est-ce que c'est que ce dieu mégalo, prétentiard et sadique qui exige le sang des pauvres humains qui n'ont jamais demandé à être créés ! Qu'est-ce que c'est que ce dieu injuste, qui a ses favoris : les prêtres qui s'autoproclament leurs représentants sur terre et ses souffre-douleur : les pauvres types qu'on lui sacrifie ! Qu'est-ce que c'est que ce dieu fourbe et combinard qui permet l'esclavage des hommes et des animaux ! Moi je vais vous dire : ce dieu a été créé à leur image par des gens particulièrement stupides, méchants, trouillards, mesquins, cruels, prétentieux et vindicatifs. Ces gens, ce sont ces prêtres qui établissent leur toute-puissance sur l'obscurantisme, la soumission et la foi aveugle qu'ils imposent à cette société de terreur.....


in « Les mammouths ne viendront plus » de Jean-Victor Joubert - chapitre 12



http://lantifadas.midiblogs.com/




Iturria

Dessin d'Iturria

  http://iturria.blogs.sudouest.com/




L'invité de ce blog:

Refais Le Monde Avant Qu'Il Ne Te Refasse !

http://sagephilippe.20minutes-blogs.fr/

...Ce n'est pas uniquement une réforme qu'est rejetée, mais une politique insupportable, frayant avec les idées d'extrême-droite, caressant les puissants, protégeant les délinquants en col blanc.
Trois ans comme rarement la France en a vécu sous la Vè République, celle qu'on nous annonçait « irréprochable » ! Irréprochable, mon cul ! Car nous, nous pouvons le dire, le crier, le hurler, nous ne sommes pas des hommes ou des femmes politiques, usant de mots techniques, technocratiques, policés et complices. Nous, nous sommes le peuple ! Notre langage n'est pas châtié, et il le sera d'autant moins tant que nous serons chassés ! Chassés du travail, chassés du territoire, chassés de nos usines ! On en a assez avalé des couleuvres. Des « Travailler plus pour gagner plus » ! Des « Nous sortirons plus forts de la crise que nous y sommes entrés ».

Nous ne travaillons pas plus pour gagner plus, nous sommes de plus en plus esclavagisés, corvéables à souhait, précarisés. Et ceux qui sortent plus forts de la crise, ce sont les puissants, les décideurs, les dominants. En réalité, ils se servent de la crise pour atomiser nos droits acquis chèrement, liquider les aides sociales, l'accès aux soins, pour faire passer les lois les plus liberticides, pour nous rendre plus serviles que nous ne l'étions déjà, abrutis de télé-crotte, écran de la propagande, diffuseur de bonheur à balles deux, lobotomie quotidienne, et n'en déplaise à Montebourg, il n'y a pas que TF1 à pointer du doigt, mais l'ensemble, ou quasiment, des programmes du PAF !

Mais pif, prends ça dans ta face, elle est finie, terminée la comédie ! Il ne faut rien lâcher ! Il faut qu'ils la mordent, et pas qu'un peu, la poussière. Nous ne payerons pas ! Ce n'est pas à nous, les salariés, les laborieux, les classes plus que moyennes de raquer pour les erreurs et les errements d'une minorité. Ce n'est pas à « La France qui se lève tôt » de marner plus qu'elle ne marne. Du fric, des thunes, de l'oseille, il y en a. Nous le savons ! La France est le troisième pays (au monde) d'asile des millionnaires ! C'est dire si des ressources, y'en a. Ça regorge, ça déborde ! Et qu'on ne vienne pas nous dire que si leur était demandé de contribuer à l'effort national, ces fortunés prendraient le maquis. Pour aller où ? A d'autres ! C'est des baveries. De l'enfumage !
Oui, il y a des solutions pour financer le régime des retraites. Et demain, l'assurance-maladie ! Mais celles qu'on nous vend et avance ne sont ni justes, ni même honnêtes.


Alors, il ne faut rien lâcher !.....
....

C'est aujourd'hui que 2012 se gagne. Aujourd'hui ! Pas demain.

                                                 

                                                      ---OOO---









18/10/2010
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion