817-Lettre de JP Chevènement à Martine Aubry/De beaux combats en perspective 10 posts




Madame la Première Secrétaire, chère Martine,

Nous avions décidé, le 4 novembre 2009, que le MRC et le PS constitueraient des listes communes aux élections régionales, tirant ainsi la leçon de ce qui s'était passé aux élections européennes. L'accord, dûment paraphé par nous-mêmes (Martine Aubry et Jean-Pierre Chevènement), le 10 février 2010, spécifiait que les candidats du MRC figureraient « en position éligible et inamovible pour les premier et second tours » dans quatorze régions. Tu avais évoqué à cette occasion « la première pierre d'une maison commune ».

Le Conseil National du MRC, réuni le 28 mars 2010, constate que cet accord n'a pas été respecté dans la moitié des régions. Quinze de nos candidats ont été retirés. Nous avons été privés de neuf élus. Le cas le plus flagrant a été celui de Catherine Coutard, classée 6ème dans la Drôme et pour laquelle, n'ayant pu réussir à te joindre, j'étais intervenu auprès de Claude Bartolone et au plan régional de Jean-Jack Queyranne. Mais il y en a beaucoup d'autres sur lesquels nous avions attiré en vain l'attention de vos responsables nationaux et celle des Présidents de région sortants.

Ce non-respect de la parole donnée ne créée pas les conditions d'une confiance élémentaire entre partenaires d'un même combat. Le temps du mépris pour nous n'est pas venu.

Par ailleurs, le Conseil National éprouve le sentiment que le Parti socialiste n'a pas tiré les enseignements de ses échecs passés : aucune remise en cause d'une construction européenne irréaliste, antisociale et « caporalisante ». Rien sur la nécessaire protection du marché européen. Rien sur la politique de change asphyxiante de la BCE. Aucune critique de la politique de rigueur salariale et budgétaire pratiquée par la coalition conservatrice-libérale allemande. Il est certes nécessaire de s'en prendre à la politique fiscale de la majorité actuelle en France mais c'est une vue totalement insuffisante des choses.

Nous sommes très inquiets quant à la possibilité pour le PS et ses « alliés privilégiés » Verts de se mettre à la hauteur des échéances de 2012. En l'absence, aujourd'hui, de tout programme et de toute Charte politique des primaires qui auraient pu permettre la sélection d'un candidat de la gauche à l'élection présidentielle de 2012 dans des conditions acceptables par nous, le Conseil National a considéré qu'il ne nous était plus possible de participer aux travaux de la Commission chargée de préparer lesdites « primaires ».

La priorité est au projet car la situation du pays est extrêmement grave. C'est la raison pour laquelle le Conseil National du Mouvement Républicain et Citoyen a décidé de soumettre à son Congrès, qui se tiendra les 26 et 27 juin prochains à Paris, un « programme de salut public ». Nous vous l'adresserons prochainement. C'est sur la base d'un projet clair, à la hauteur des défis que le pays doit relever que la gauche pourra affronter sans décevoir les prochaines échéances.

Nous préférons, aujourd'hui, retrouver notre liberté de parole et de mouvement pour œuvrer efficacement à l'élaboration de ce projet exigeant. Nous essaierons ainsi de servir au mieux les intérêts du monde du travail et ceux de la France. Nous contribuerons au débat républicain. Peut-être pourrons-nous nourrir votre propre réflexion.

Je te prie de croire, chère Martine, en mon amicale pensée.

Jean-Pierre Chevènement
Président du MRC



Sin__Hebdo_80

http://www.sinehebdo.eu/





La crise du capitalisme financier a franchi en Europe une nouvelle étape. Après que les Etats ont renfloué les banques privées défaillantes, il est apparu bien vite qu'ils ne pourraient pas recommencer une deuxième fois. Le gonflement de la dette publique est devenu tel que la solvabilité des Etats est mise en question par les marchés financiers. Ceux-ci ont commencé une danse du scalp frénétique autour des émissions de dette publique par les Etats considérés comme étant les plus endettés. Ces derniers ne peuvent déjà plus emprunter qu'à des taux doubles (6 % au lieu de 3 %) de ceux des bons allemands à dix ans (l'Allemagne étant toujours considérée comme la référence, car, avec sa politique de déflation salariale et budgétaire, elle a réussi à dégager un fort excédent commercial (138 Milliards d'euros encore en 2009) et même de contenir son déficit budgétaire (cinq points du PIB au lieu de 8 % pour la France, 12 % pour la Grèce ... et les Etats-Unis).

Evidemment ce jeu est absurde : les marchés financiers spéculent comme c'est leur nature, mais leur spéculation vise à encourager la tribu des « doctrinaires vertueux » qui appellent de partout à lutter contre les déficits, à stopper le gonflement de la dette, etc. pour, enfin, « rentrer dans les clous de Maastricht ».
M. Woerth, en France, a réclamé 50 Milliards d'économies budgétaires d'ici 2013. Les plans de rigueur s'annoncent partout et pas seulement à Athènes, Lisbonne ou Madrid.
C'est une deuxième étape de la crise qui est devant nous. La danse du scalp des marchés financiers n'est pas sans évoquer le bal des sorcières : dans un monde revenu au Moyen-âge, les Etats sont considérés par les marchés financiers comme des faillis en puissance. Les marchés n'oublient qu'une chose : derrière les Etats, il y a les peuples. Ils veulent rayer trois siècles de luttes ! Ils veulent revenir sur la démocratie !

Des gouvernements « socialistes », comme celui de George Papandreou en Grèce, ou Luis Zapatero en Espagne, peuvent bien se prêter aux exercices de rigueur qu'on leur demande, ils vont bientôt se trouver coincés entre la pression des marchés et la pression des peuples.

Il va falloir maintenant proposer des choses sérieuses : remettre en cause les choix de politique monétaire et budgétaire que l'Allemagne impose au reste de l'Europe. C'est cela que j'appelle « un gouvernement économique de la zone euro », c'est-à-dire d'abord une politique de change qui passe par une réforme des statuts de la BCE (emploi, croissance et pas seulement lutte contre l'inflation). Il faut faire tomber le cours de l'euro. La Grèce nous y aide. Pas assez !

Ensuite il faut sortir la zone euro de sa langueur économique. Chacun le sait : elle est la lanterne rouge de la croissance mondiale. Un « grand emprunt » européen permettrait de lancer un programme de relance sur le modèle chinois.

A la crise actuelle il n'y a évidemment de solution que mondiale : La Chine seule n'arrivera pas à prendre le relais du consommateur américain défaillant. Quant à l'objectif avancé par Barack Obama - doubler le montant des exportations américaines -, il est simplement irréaliste. Pour sortir de cette crise immense qui est devant nous, il faudra remettre en cause les sacro-saintes règles du capitalisme financier globalisé :
- le libre-échangisme déséquilibré d'abord ;
- l'anarchie monétaire qui fait de l'euro le paillasson du dollar et du yuan (sans parler de la livre britannique qui a « dévissé » de 40 %. Si ce n'est pas du protectionnisme monétaire, qu'est-ce que c'est ?)
Il faudra surtout remettre au pas le système financier et les oligarchies financières, re-réglementer les banques, reprendre le contrôle politique des banques centrales.

En Europe il ne s'agit pas de « revenir à Maastricht » comme le serinent des dirigeants myopes, il s'agit :
- soit de revoir de fond en comble toutes les règles de gouvernance de l'euro et de la politique économique au sein de la zone euro en s'appuyant sur la volonté des Etats de remettre les oligarchies financières à leur place : subordonnée;
- soit, si cela s'avère impossible, de prendre en France des mesures de salut public, en s'affranchissant de règles dont chacun peut constater qu'elles sont devenues caduques, bref de rétablir la République ! C'est l'enjeu de 2012 en France.

Il y a de beaux combats en perspective .

Jean-Pierre Chevènement



13/03/2010
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion