604-Anonymous 4 posts


par Serge Faubert 14 mars bakchich
 
"Bakchich » a rencontré des membres du mystérieux réseau « Anonymous » qui veut détruire la Scientologie et enquêté sur le sujet. Reliés en permanence par Internet, ces anonymes n'ont ni chef, ni organisation. Ce qui ne les empêche pas d'être très actifs. Samedi 15 mars, un peu partout dans le monde, ils se sont rassemblés devant les sièges locaux de la secte. Dont celui de Paris.

Pour un peu, on se croirait dans le film Matrix. La superproduction mettait en scène une poignée de résistants, tentant de libérer leurs congénères de la réalité virtuelle dans laquelle les avaient plongés des machines cybernétiques. Sauf qu'ici, la machiavélique intelligence artificielle s'appelle l'Eglise de Scientologie. Et les résistants se sont baptisés « Anonymous », les anonymes. Un réseau international d'internautes qui a entrepris de détruire l'organisation fondée, voici un demi-siècle, par l'auteur de science-fiction américain Ron Hubbard.

Des cybermanifs planétaires

Ce samedi 15 mars, passant du virtuel au réel, ils onr manifesté, un peu partout dans le monde, devant les sièges locaux de l'Eglise de Scientologie. Pour la deuxième fois. Le 10 février, déjà, une bonne dizaine de milliers d'anonymous se sont rassemblés pacifiquement à New York, Los Angeles, Boston,Washington, Toronto, Melbourne, Sydney, Oslo, Londres, Dublin, Bruxelles

Une cybermanif planétaire. Du jamais vu dans l'histoire mouvementée de la secte. Car, jusqu'à présent, il n'y avait que les victimes et leurs familles, épaulées par des organisations anti-sectes, pour se mobiliser. Autrement dit, pas grand monde.

Une vidéo de Tom Cruise a mis le feu aux poudres

Pourquoi cette hargne contre l'Eglise de Ron Hubbard ? L'affaire a démarré en janvier avec la mise en ligne, sur le site de Gawker, un média new-yorkais, d'une vidéo interne à la Scientologie dans laquelle un Tom Cruise, passablement halluciné, ne tarit pas d'éloges sur l'organisation. Une contre-publicité. Aussitôt, les avocats de la secte exigent le retrait du document. Le site refuse. Et le net s'enflamme.

Dans les heures qui suivent, les sites internet de la Scientologie sont assaillis par des milliers et des milliers de requêtes qui saturent les serveurs. Dans la foulée, quelques gentils hackers s'en donnent à cœur joie. Anonymous est né. Quelques jours plus tard, une vidéo commence à circuler. Vue près de deux millions de fois, elle déclare la guerre à la secte « La connaissance est gratuite. Nous sommes Anonymous. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas »

Des oeuvres de Ron Hubbard mises en ligne gratuitement pour miner le fonds de commerce

Dans les forums, on élabore le projet « chanalogy ». En gros, comment dézinguer le plus efficacement possible – sans violence, toutefois - l'empire édifié par Ron Hubbard. Au programme des manifs mensuelles, partout dans le monde, et une guerre de tous les instants dans le cyberespace. Les sites de la secte sont saturés de commentaires assassins. On ferraille sur les « chats ». Des petits malins ont la bonne idée de mettre en ligne les œuvres complètes de Ron Hubbard. Une initiative qui fait s'étrangler de rage l'etat-major de la secte. Car elle perd là une bonne part de ses recettes. Réputés hautement confidentiels, ces livres et bulletins techniques sont vendus fort chers à des adeptes qui sont tenus – le mot est faible ! - d'ouvrir largement leur porte-monnaie. Bref, c'est le fonds de commerce qui fout le camp.

Des manifestants camouflés et méfiants

En France, l'insurrection en est encore à ses balbutiements. A Paris, le 10 février, ils n'étaient qu'une vingtaine à manifester devant le Celebrity center, - le bâtiment réservé aux VIP de la secte - rue Legendre, non loin du square des Batignolles. Un succès mitigé que les Anonymous français attribuent à la nouveauté de leur mode de communication. Visiblement, le tract virtuel ne fait pas encore recette. La fracture numérique, comme dirait Chirac…

Car c'est par la seule grâce des forums internet que les manifestants se sont retrouvés sur le pavé. La majorité ne se connaissait pas auparavant. Et il y a fort à parier qu'ils ne se connaissaient pas davantage en repartant. La règle veut que les Anonymous se griment ou portent un masque – le V inspiré du film Vendetta est très tendance. Si ça se trouve, le voisin de palier ou le collègue de bureau étaient là. Et aucun des intéressés n'en saura jamais rien. Pour une fois que la Scientologie créait du lien social…

Pourquoi ce camouflage généralisé ? Pour éviter les représailles de la secte, prompte à photographier ou filmer ses opposants. Mais l'anonymat est surtout le moyen de préserver le fonctionnement libertaire de cette communauté, passablement allergique à l'autorité et au culte de la personnalité. Bref, les anti-sectes ne veulent surtout pas devenir à leur tour une secte.

D'autant qu'ils sont passablement méfiants, voire un tantinet paranoïaques. Pour les rencontrer, mieux vaut être familier des forums d'Internet. Ensuite… Eh bien il faut monter patte blanche. Et, avouons-le, la chose est plus facile quand on a déjà écrit quelques articles sur la Scientologie.

A en juger par les spécimens que Bakchich a pu rencontrer (voir notre vidéo), ces technophiles sont assez éloignés du cliché de l'étudiant attardé qui bidouille en se gavant de pizzas. Il s'agit plutôt de jeunes cadres évoluant dans le secteur de l'informatique. Parfois avec de grosses responsabilités. Et qui, le soir venu, se lancent dans la guérilla contre les vilains censeurs scientologues. No pasaran !

bakchich.com


Scientologie: les dessous de l'affaire Martine Boublil

Selon nos informations, Martine Boublil, qui dit avoir été séquestrée par son frère scientologue, a porté plainte contre X.


                     



Tom Cruise à l'inauguration d'une église scientologue à Madrid en 2004 (P.Hanna/Reuters).



L'histoire fait trembler la scientologie. Le 20 janvier, Martine Boublil, 48 ans, ex-membre de la secte, est découverte à demi nue dans une maison en Sardaigne. Incapable de marcher, allongée sur un matelas infesté de vermines, cette ancienne adepte de la scientologie affirme avoir été séquestrée pendant un mois et demi en Sardaigne, après avoir été retenue de force dans la Sarthe plusieurs jours durant. Quatre personnes sont interpellées en Italie, dont le frère aîné de la victime, Claude Boublil, un médecin à la retraite, lui aussi scientologue.

Après la justice italienne, le parquet de Paris vient d'ouvrir une enquête préliminaire en France, confiée aux policiers de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). Selon nos informations, Martine Boublil, actuellement internée dans un hôpital psychiatrique de la région parisienne, a porté plainte contre X pour "abus de faiblesse et séquestration", ce que nous a confirmé le parquet.

Une menace de plus sur la scientologie, qui affirme toujours être étrangère au dossier: "Il n'y a jamais eu séquestration, personne ne l'a jamais empêchée d'aller et venir", assure Danièle Gounord, porte-parole de l'organisation en France. "Il s'agit d'un drame familial terrible." Dans lequel Claude Boublil aurait joué un rôle très particulier.

"Il était considéré comme un demi-dieu par de nombreux adeptes"

Depuis le début de l'affaire, l'homme se présente comme un "simple paroissien", qui a cherché à aider sa sœur à "retrouver ses esprits dans un environnement calme". Une façon, surtout, de la sortir des griffes de la psychiatrie, considérée comme criminelle par la scientologie....Voir Rue89(suite)




18/03/2008
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion