558-Le défoulement municipal a commencé 15 posts


Tropicalboy

Tropicalboy

Visitez son site lire_la_suite78 http://tropicalboy.canalblog.com/




Le défoulement municipal a commencé. Notes sur la cuvée 2008


Bernard Dugué,Agoravox,repris par Yahoo Actualités


Les élections municipales vont marquer un temps fort de la politique cette année 2008. Le PS compte sur ce scrutin pour asseoir sa posture de formation d'opposition, en espérant que les électeurs usent de leur bulletin de vote pour sanctionner le gouvernement. Cette attitude est contraire à l'esprit d'une élection municipale qui a pour finalité d'élire une équipe locale censée gérer des affaires circonscrites dans des prérogatives très encadrées. Mais comme nous sommes en démocratie, chacun a le droit de s'exprimer, de donner du sens et pourquoi pas de décider qu'un bulletin peut avoir un double usage, voter pour des gens et choisir une option politique.


Hélas pour le PS, ainsi que pour l'UMP qui aimerait bien reprendre deux grosses métropoles, la real politik l'emporte et le citoyen n'entend pas les sirènes partisanes, étant plus brut et prosaïque, jaugeant les élus municipaux et le maire sur un bilan, approuvant le résultat ou bien le sanctionnant. Ce ne sont pas des citoyens, mais des citadins, des citéens qui votent et, de ce fait, réélisent une équipe qui a donné satisfaction sur les points jugés les plus importants, mais aussi ayant fait l'objet d'une visibilité médiatique. L'UMP n'aura pas Dijon et Lyon, ni(sans doute) Paris. Le PS n'aura (sans doute)pas Bordeaux. Mais les batailles seront rudes pour se disputer les villes de plus de 30 000 habitants en mesure de basculer.


Depuis quelques années, des thèmes locaux ont pris un ascendant particulier, comme celui du transport...Le volet transport compte beaucoup dans l'image d'une ville, autant que l'architecture et la préservation des espaces verts. La propreté aussi, nettoyage des rues, histoire de poubelles....Transports, propreté, espaces verts, pollution, voilà un pack électoral griffé développement durable sans lequel il est impossible de briguer une mairie, pas plus qu'on entre dans un club select sans la tenue de soirée exigée....


Une municipalité se doit de répondre aux attentes de tous les citadins, de tous obédiences, cultures, professions et niveaux sociaux. Ainsi, plusieurs thèmes sont devenus présents. Le logement social, la prise en compte des vieux, des handicapés ainsi que les crèches, thème sensible,.... Difficile de trouver une différence entre la gauche et la droite sur ces différents aspects(note du bistrot:sauf sur le logement social). Il n'existe pas une propreté de gauche et une de droite, une manière de louer des vélos de droite et une de gauche. Tout relève du pragmatisme.


Cette neutralité politique des enjeux municipaux fait que le MoDem choisit son camp et s'allie selon les configurations locales à la droite ou à la gauche, quitte à adopter des positions ubuesques, comme à Bordeaux où les deux listes concurrentes accueillent des membres du MoDem alors qu'à Lyon on approche la crise de nerf.


...

Ainsi, il n'y a pas de méthode de droite ou de gauche pour gérer une ville ; mais il existe des intérêts antagonistes et des points de friction, des conflits à arbitrer, des choix au niveau des plans d'aménagement, des quartiers à soigner, des petits commerces à protéger contre des grandes surfaces qui elles, satisfont ceux qui n'ont pas un gros pouvoir d'achat. Bref, tout un monde hétéroclite et parsemé, insatisfait, exigeant, auquel il faut répondre.


Et, par conséquent, pas mal de jeux politiques avec cette année une cuvée spéciale « lignes qui bougent », le MoDem en parti papillonnant, les Verts parfois alliés à droite, les assemblages hétéroclites comme à Pau, la pratique de l'ouverture clamée haut et fort par les personnalités de droite et de gauche.


Ouverture certes, encore faut-il bien considérer la position dans la liste, sachant que les derniers placés ne seront pas conseiller municipaux et que le conseil municipal administre la ville sous la responsabilité du maire, de son cabinet, ses chefs de services et ses adjoints. La plupart des conseillers municipaux n'ayant pour rôle que de voter après les délibérations et d'avaliser les décisions de la direction. Est-ce que les personnalités de la société civiles vont participer à la gestion municipale, ou bien sont-elles de simples appoints cosmétiques ? Comme du reste les people dont l'apparition sur les listes municipales signe aussi cette cuvée 2008 marquée par une présence accrue de listes émanant de la LCR qui prend un léger essor, comme naguère le FN(note du bistrotier:ce n'est politiquement pas la même chose). Et toujours, les mêmes histoires locales, les querelles politiques ordinaires, les listes dissidentes, les listes sous-marines, la politique en eaux troubles.


Le spectacle peut commencer, les grands quotidiens, lorgnant sur ce défoulement politicien, scrutent les combats locaux, comptent les points. C'est très provincial, moins sexy que les caucus américaines, mais fort divertissant. Les candidats sont en ordre de bataille, avec les troupes de militants. Pour beaucoup, c'est l'occasion de se montrer, se voir en bon citoyen. Et d'avoir quelque pouvoir, quelque aura, mais on ne condamnera point ce qui paraît superfétatoire, inhérent à la nature humaine. L'inverse serait plutôt inquiétant. Mieux vaut un bordel électoral qu'un désert politique.


La cuvée 2008 ressemble à celle de 2001 avec un léger déplacement des thèmes prioritaires, l'économie notamment, et une présidence dont la douce rupture a déteint sur la composition des listes électorales, ouverture politique, mélanges divers, civils et people.


Marc Baldy







12/02/2008
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion