468-Le complexe occidental du sauvetage d'enfants 1 post

Betapolitique

Le complexe occidental du sauvetage d'enfants

Afrique | 10 novembre 2007 | Sandrine Dekens sur Osi Bouake 

Voir en ligne : Osi Bouake


Paris, le 4 novembre 2007, par Sandrine Dekens [1]

A croire que c'est un syndrome culturel, une compulsion occidentale ! Celle qui consiste à aller aux quatre coins du monde pour « sauver des enfants en danger de mort ». Je cite l'entête du site internet de l'Arche de Zoé : « Il faut sauver les enfants du Darfour pendant qu'il est encore temps. Dans quelques mois, ils seront morts ! ». Cette association n'est pas la seule à s'appuyer simultanément sur l'urgence et sur la nécessité du sauvetage d'enfants, ce sont des arguments publicitaires auxquels nous sommes habitués au fil des campagnes des grands organismes humanitaires internationaux. « Un enfant meurt (de la faim, de la lèpre, de la tuberculose, etc.) toutes les X secondes »... Sur le site de l'Arche de Zoé (//www.archedezoe.fr/accueil.htm), vous verrez les mêmes photos d'enfants mourants et pitoyables que sur les brochures officielles d'organismes très honorables comme l'Unicef, Handicap International ou Action contre la faim.

Ce complexe est l'héritier à la fois de notre culture judéo-chrétienne (le sauvetage des âmes), et de notre culpabilité à l'égard des populations qui subissent les conséquences dramatiques de l'impérialisme et du cynisme des gouvernants de nos pays... L'espace dans lequel s'exprime le plus aisément ce complexe est légal : il s'agit de l'adoption internationale. Les parents adoptants que j'ai rencontrés dans le cadre d'une recherche en psychologie clinique en 2006 (//osi.bouake.free.fr/article.php ?id_article=417) en témoignent : ils veulent « partager leur bonheur » avec un enfant pauvre, un enfant déshérité auquel ils souhaitent « donner une chance ». Certains rêvent ainsi, à la suite de Joséphine Baker, de s'entourer de toute une collection d'enfants venus des quatre coins du monde, pour faire des familles « smarties » ou « bénéthon ». Ils disent que cette vocation leur est venue de très loin, souvent de leur enfance... Ils affirment qu'ils ont toujours su qu'ils adopteraient un jour. Le recueil d'enfants répondrait chez eux à une vocation.

Face à de telles motivations, difficile d'évacuer la question de la culpabilité des nantis face à cette misère qui remonte du Sud au Nord. Auparavant, cette misère s'étalait en quatre mètres sur trois, sur les murs de nos villes. Depuis quelques années, ce sont les corps morts des candidats à l'exil qui se fracassent sur nos frontières méditerranéennes... La pression monte.

A travers le système légal et organisé de l'adoption internationale, nous nous sommes habitués à l'idée que la transplantation d'enfants des pays du Sud dans des familles du Nord pouvait constituer une réponse acceptable à toutes les situations de détresse : guerres, famines, maladies, etc. Quelque soit le problème, un enfant risque de mourir, une seule réponse : « tu gardes ton problème, je prends ton enfant ». Marché de dupes contre lequel un jour, les populations du Sud ne manqueront pas de se dresser. Arrivera un jour où les gouvernants des pays pourvoyeurs n'accepteront plus le pillage humain... Et l'affaire de l'Arche de Zoé a pour effet réjouissant d'accélérer ce processus.

L'adoption d'un enfant à l'étranger n'est pourtant pas sans risque, il ne s'agit pas d'un « coup de baguette magique » qui illuminerait brusquement la vie d'un enfant, grâce à l'amour inconditionnel et au bonheur en kit. La recherche en psychologie qui a été menée en 2006 à l'université Paris 8, a permis de rencontrer des enfants adoptés qui présentaient une psychopathologie très caractéristique. Le plus grand risque est bien sûr la souffrance identitaire, qui dans ses formes extrêmes, s'exprime sous des formes psychotiques ou dépressives (problèmes cognitifs, tentatives de suicide, grande violence, etc.). Arrachés à leur pays et à leurs attachements d'origine, il arrive que les enfants ramenés en France aient des difficultés à se sentir chez eux, à endosser leur nouvelle identité, à se glisser dans la « fiction juridique » qu'est l'adoption. Le risque pour ces enfants déracinés est de rester « suspendus » entre deux identités, comme le décrit Christian Dumortier dans son livre-témoignage « Adopté dans le vide ».. Ces difficultés sont exacerbées lorsque les enfants ont un vécu traumatique dans leur pays d'origine, ce qui est souvent le cas pour cause de guerre, troubles politiques, déplacements de populations, mais aussi maltraitances, absence de soins médicaux, famine... [2]

Si je parle de pillage, c'est que l'argument justificatif du système légal (Adoption Internationale) et des diverses formes illégales de « sauvetage » (Arche de Zoé et consoeurs), est le même : ce sont des enfants sans famille, des orphelins. Je me suis amusée cette semaine, d'entendre un ministre tchadien rappeler que cet état, ce statut d'orphelin, n'existe pas au Tchad, en ce qu'il relève d'une conception occidentale de la famille. Je me réjouis d'entendre enfin de tels propos clairement énoncés, car en effet, les anthropologues ne cessent de nous rappeler que les systèmes culturels de parenté africains ont prévu des modalités locales de prise en charge des enfants dont les parents sont morts : le rôle de la famille élargie (oncles, tantes, etc.) est fondamental dans l'accueil des orphelins. D'ailleurs, dans de nombreuses cultures, un enfant qui est accueilli chez sa tante ou son oncle n'est pas considéré comme un orphelin ! Doit-on rappeler qu'actuellement, le principal obstacle au fonctionnement de cette solidarité familiale est la misère économique dans laquelle se trouvent les familles africaines.

Au nom de l'urgence, il n'est pas étonnant que nous passions d'un système légal à des mesures illégales. D'ailleurs, les deux systèmes ne sont pas étanches, et la zone qui les sépare est on ne peut plus floue. Où s'arrête la légalité lorsqu'il s'agit de recueillir un « consentement éclairé » de la part de personnes dans des situations de survie [3] ? Je soutiens par conséquent qu'il existe un continuum entre les deux systèmes, et qu'il est hypocrite de traiter les dérives de l'Arche de Zoé sans interroger les fondements du système de l'Adoption Internationale. D'ailleurs, les pays du Sud ne s'y sont pas trompés : après le tsunami de décembre 2004, l'Indonésie a fermé son pays à l'adoption afin de se prémunir du pillage d'enfants, et cette semaine, c'est le Congo Brazzaville qui annonce qu'il se ferme à l'adoption internationale suite à l'affaire de l'Arche de Zoé... Arrivés à ce point, nous ne nous étonnerons pas en constatant que la mobilisation fondatrice des « sauveteurs de l'Arche de Zoé » est un projet destiné à venir en aide aux enfants et aux familles victimes du Tsunami(//www.archedezoe.fr/tsunami.htm).

Arrivée à ce point, il me semble également important de souligner la vaste hypocrisie de nos dirigeants français dans cette histoire. Car nous pouvons nous interroger sur ce qui déclenche le passage à l'illégalité totale et revendiquée [4] de la part des membres de l'Arche de Zoé ? Au nom de quoi des personnes s'autorisent à « passer aux actes » ? Cette expression citée par l'association française sur son site internet est intéressante du point de vue psychologique... Le passage à l'acte étant le fruit d'une impulsion produite par l'incapacité à élaborer une émotion.

C'est bien le sentiment d'urgence qui autorise ces passages à l'acte. Et ce sentiment d'urgence a été alimenté très récemment concernant le Darfour par les politiciens français, qui souhaitent donner à leurs électeurs l'impression qu'ils sont mobilisés pour faire face à la situation dramatique du Darfour, pour donner l'illusion qu'ils sont en train d'agir. Il faut se rappeler qu'au lendemain de l'élection présidentielle, Bernard Kouchner, lui-même ancien french-doctor spécialiste de l'intervention d'urgence, a organisé un sommet appelé « Urgence Darfour »... ce que Rony Brauman dénonçait cette semaine comme « l'installation par les politiques de l'idée que le sauvetage immédiat était un impératif au nom duquel la transgression juridique était possible ». Il ne faut donc pas s'étonner que certaines personnes qui avaient une vocation au sauvetage (comme un ancien pompier Président d'une association) soient passées aux actes. La réaction médiatique et politique de grande ampleur aux dérives mises en actes par l'Arche de Zoé vise certainement à détourner l'attention de la responsabilité morale de ceux qui ont utilisé l'urgence (du Darfour et d'ailleurs) comme « caisse de résonance » à leurs propres intérêts. Une vaste hypocrisie...

Pour être très claire et pour conclure, j'affirme donc que les occidentaux abusent de leur position dominante, au mieux pour recueillir des consentements à l'adoption de la part des familles et des Etats, au pire pour organiser du pillage humain, en présentant comme seule solution l'exportation d'enfants devenus marchandises. Et nous soutenons pourtant qu'il en existerait une autre : donner les moyens à ces familles élargies de prendre en charge et d'accueillir leurs orphelins. Il me semble que la réponse d'Orphelins Sida International est clairement engagée à cet égard : les personnes qui parrainent des enfants par notre intermédiaire soutiennent que la meilleure solution est de donner des moyens aux familles pour continuer d'élever leurs enfants au sein de leurs communautés.

Il se trouve que notre association existe depuis 7 ans et que nous peinons à nous développer. Malgré les 250 enfants parrainés à l'heure actuelle, nous ne parvenons toujours pas à financer un salarié, et le refus de subventionner notre action fait l'unanimité auprès des pouvoirs publics et des financeurs privés, tant du côté de la lutte contre le sida que de l'aide à l'enfance... Le parrainage d'enfants dont les parents sont morts du sida n'est, en effet, pas une action spectaculaire, difficile à valoriser auprès de l'opinion publique, il s'agit d'un travail peu visible puis qu'il permet simplement à un enfant de vire et d'être scolarisé dans sa communauté. Nous avons toujours refusé l'imagerie du catastrophisme en Afrique [5]], et malgré nos diffcultés d'existence, notre action existe ! Ce faisant, c'est sur une note positive que je souhaite terminer cet éditorial, en rappelant que, bien que confrontées à des obstacles, les initiatives de prise en charge des orphelins et des enfants vulnérables sont possibles, et que toutes les actions en leur faveur ne sont pas forcément condamnées au fatalisme.


[1] psychologue clinicienne, experte de la prise en charge des orphelins et enfants vulnérables

[2] Pour aller plus loin sur la psychopathologie des enfants adoptés à l'étranger : Dekens S., (2006), Exposés et sauvés. Le singulier destin des enfanst adoptés à l'étranger, Saint-Denis : Université Paris 8, //osi.bouake.free.fr/IMG/pdf/Exposes_et_sauves.pdf ;

Romana V., Dekens S., (2006), « Enfants adoptés en difficulté : pour une prise en charge psychologique spécifique », Le Journal des Professionnels de l'Enfance, Dossier Adoption coordonné par Sellenet C., N°39, Mars-Avril 2006, pp 60-64

[3] voir à ce sujet les malentendus culturels dans les recueils de consentements : Exposés et sauvés, pp 11-12 et p76

[4] Site Internet : « L'Arche de Zoé s'exposera certainement aux foudres de Khartoum, de certains politiciens, de quelques philosophes ou autres « grands penseurs » qui vont crier au scandale en parlant d'éthique, d'illégalité ou de traumatisme psychologique des enfants déracinés (...) pendant que (...) d'autres essuieront les critiques mais agiront »

[5] Agréable visite sur le site de l'association : //www.orphelins-sida.org//



10/11/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion