386-La gauche doit savoir où elle habite 6 posts

Avis de recherche ...
yahoo.dessin  de delize
-----------
La gauche doit savoir où elle habite
Intervention de Jean-Pierre Chevènement en clôture de l'université d'été du MRC, Saint-Pol sur Mer – 9 septembre 2007.




Merci d'abord à Christian Hutin, député-maire de Saint-Pol sur Mer, à Claude Nicolet et aux équipes du Nord, pour leur accueil qui contribue au remarquable succès de cette Université d'été. Merci également à nos invités, à Vincent Peillon dont nous avons apprécié l'acuité républicaine du discours. Merci aussi à Bernard Cassen qui a fait se lever des générations nouvelles de militants. Merci à nos trois rapporteurs, Claude Nicolet, Sami Naïr et Patrick Quinqueton pour leur travail et leurs exposés remarquables. C'est l'absence d'un projet véritable qui a conduit, pour la troisième fois depuis 1995, la gauche à la défaite aux élections présidentielles. Cette défaite n'a rien d'inéluctable.



I – Une gauche républicaine capable d'élaborer un projet à la hauteur des défis du temps demain peut l'emporter. 

A) Pour ma part, je reste fondamentalement optimiste pour l'avenir d'une telle gauche républicaine, mais je ne crois pas que le parti socialiste puisse trouver seul la force d'un sursaut salvateur. Il peut le favoriser ce qui serait déjà beaucoup. Et cela demande à ses dirigeants une certaine hauteur de vues. C'est ce que semble proposer François Hollande aux partenaires du parti socialiste avec la tenue d' « Assises » avant même les prochaines municipales. Il faudra aller beaucoup plus loin dans la refondation si on veut que la gauche revienne au pouvoir avant dix ans. Il faudra un « événement » aujourd'hui indescriptible (de type 1936 ou 1968) et surtout une structure politique capable d'accueillir cet évènement, structure dans laquelle puissent se retrouver les jeunes générations, se brasser des militants issus des couches populaires aussi bien que des couches nouvelles et surtout s'élaborer un nouveau logiciel. Là est l'essentiel. Car le logiciel élaboré à Epinay en 1971 a été déclassé par les socialistes eux-mêmes, à partir de 1983, au profit d'une politique social-libérale qui les a mis en porte-à-faux avec leur électorat. Ils ne lui ont pas substitué un nouveau logiciel, j'entends par là à la fois une grille de lecture du monde cohérente prenant en compte les défis extérieurs et l'évolution de la société française, et une feuille de route permettant de dépasser les réponses au coup par coup, sans principes. Ce nouveau logiciel ne peut se réduire à la conversion libérale entamée en 1983, aboutissant, au prétexte de l'Europe, à une ringardisation de la nation que celle-ci n'accepte plus. Ce nouveau logiciel doit signifier une conversion républicaine capable de réconcilier la gauche et la France et de mettre la première en phase avec les besoins et les intérêts essentiels de la seconde. Il n'est jamais trop tard pour bien faire, pour opérer cette conversion républicaine et revaloriser le rôle de la nation pour mettre la gauche au service de la France, selon une expression employée par François Hollande lui-même à La Rochelle. C'est un immense travail, tout à fait exaltant pour ceux qui sont prêt à s'y engager. Et le MRC est prêt pour cette refondation républicaine. François Hollande m'a indiqué qu'il souhaitait que nous participions à un Comité de liaison de la gauche. Pour ma part je ne vois pas a priori d'inconvénient à accepter cette proposition à condition bien entendu de préserver la liberté de nos analyses et nos intérêts politiques essentiels. Et il faudra que les Assises soient précédées et suivies de débats décentralisés où vous aurez à prendre toute votre place. Ensuite doit venir un congrès de refondation et pas un simple congrès socialiste. 


B) Notre identité est claire. Le MRC doit savoir ce qui le rapproche et ce qui le distingue du Parti socialiste. 

Issu historiquement du CERES, de « Socialisme et République », puis du Mouvement des Citoyens, le MRC n'est pas seulement un rameau du socialisme français. Il a entendu constituer dès l'origine un courant républicain civique qui est nécessaire à la gauche et au pays. De ce point de vue, nous devons mieux préciser notre rapport historique au courant socialiste auquel nous appartenons sans pour autant nous confondre avec lui. Ce n'est pas seulement la guerre du golfe et le traité de Maastricht qui nous ont éloignés du parti socialiste. C'est plus profondément notre conception républicaine, dont les racines, à bien y réfléchir, sont déjà présentes dans la pensée de Jaurès et qui ont fait du CERES dès sa création un « empêcheur de tourner en rond ». Notre regard sur l'Histoire nous différencie du courant socialiste traditionnel auquel nous appartenons cependant. 

1. D'abord le combat socialiste nous paraît plus nécessaire aujourd'hui que jamais. En effet, le socialisme a d'abord été, selon le mot de Durkheim, un « cri de douleur ». Face à l'exploitation sans frein des travailleurs par le capitalisme naissant, ceux-ci ont cherché et réussi à s'organiser pour améliorer leur sort. A ce travail d'organisation près de deux fois séculaire revient le mérite d'avancées sociales que l'augmentation de la productivité seule n'aurait pas assurées. 

Sans l'organisation et la combativité des organisations ouvrières, aucun progrès social n'eût été possible. Il est de l'essence même du capital d'aller au bout de sa logique : celle de l'exploitation maximale de la force de travail. Résistance, équilibre, progrès enfin, ces trois mots résument la vocation du socialisme face à cette logique d'exploitation toujours à l'œuvre dans l'Histoire : ce qu'on appelle « mondialisation libérale » aujourd'hui ne se manifeste-t-il pas d'abord par la mise en concurrence, à l'échelle mondiale, des territoires et des mains d'œuvre par les multinationales et les fonds d'investissement ? 

Pour contrarier la logique du capital, plusieurs voies ont été explorées : action syndicale, réformes parlementaires, tentatives révolutionnaires, dont je ne prétends pas refaire la théorie. 

Il y a plusieurs manières de combattre la logique d'exploitation inhérente au système capitaliste, mais quelles qu'en soient les formes, le combat est nécessaire. Cela ne suffit pas, pour autant, à définir le socialisme. 

2. Le socialisme c'est d'abord une critique du capitalisme. 

Que reste-t-il de l'ambition démiurgique affirmée par Marx il y a cent cinquante ans, de faire du prolétariat l'acteur d'une Histoire rompant avec des siècles d'oppression ? 

Le succès du révisionnisme bernsteinien en Allemagne, à la fin du XIXe siècle c'est-à-dire d'un réformisme au jour le jour, l'effondrement du communisme en Russie et la conversion du parti communiste chinois à un capitalisme d'Etat sans contrepoids, à la fin du siècle dernier, ont sonné trois fois le glas de la prophétie marxiste visant à ériger le prolétariat, non seulement en acteur indépendant et conscient de l'Histoire de l'Humanité, mais en légataire universel de toutes les traditions et avancées progressistes. On a pu décrire Marx ironiquement comme le dernier des grands prophètes juifs. Du mouvement socialiste ne restent aujourd'hui que les organisations qui s'en réclament, à tort ou à raison, et souvent plus à tort qu'à raison. Un réformisme au jour le jour est l'horizon borné où les partis socialistes européens inscrivent aujourd'hui leur action. 

Historiquement, le socialisme a été et doit rester une analyse critique du capitalisme à travers une méthode à certains égards aujourd'hui encore inégalée : Il n'y a rien d'autre à retenir de Karl Marx, mais c'est l'essentiel – et ce n'est pas rien - : à travers la théorie de la valeur travail, l'analyse dite « matérialiste » du rapport entre l'évolution des classes sociales et celle des forces productives, la définition lumineuse enfin de « l'idéologie dominante », comme étant, en dernier ressort, celle des classes dominantes. Cette méthode d'analyse peut être affinée et développée, mais elle reste incontournable. Elle est la contribution éminente de Marx à la science des sociétés. Cette méthode n'implique nul prophétisme. Ce socialisme baptisé « scientifique » n'est pas un système de prévision. Il est simplement une incitation à comprendre le mouvement global du capitalisme, et précisément ce qu'on appelle aujourd'hui mondialisation ou mieux « globalisation ». Nul ne peut se dire socialiste aujourd'hui s'il n'inscrit pas son action dans une analyse critique de la « globalisation ». C'est ce qui fait défaut aux lointains disciples contemporains d'Edouard Bernstein, Michel Rocard par exemple dont le socialisme ne se définit qu'à l'aune de quelques valeurs morales coupées de toute analyse concrète, thuriféraire du « marché », depuis trente ans que l'Ecole de Chicago sert de feuille de vigne au triomphe du néolibéralisme à l'échelle mondiale ! Le « rocardisme » n'aura ainsi été que le reflet de l'idéologie dominante. Nous devons, au contraire, affirmer un réformisme ambitieux, en « pensant mondial ». 


Est-ce que l'adoption d'une méthode d'analyse peut suffire pour autant à définir le socialisme ? Certainement pas ! 

D'abord parce que cette méthode, conçue dans la deuxième partie de l'avant-dernier siècle, est nécessairement imparfaite. Ses limites ont été rendues très visibles sur quelques sujets essentiels : la nation, l'Etat, les cultures non européennes et cela à la lumière même des échecs historiques du mouvement ouvrier : 
- l'incapacité de la IIe Internationale à empêcher l'éclatement de la première guerre mondiale ; 
- l'impuissance devant la montée du fascisme dans les années 1930 ; 
- l'européocentrisme, aussi bien face à la colonisation qu'à la décolonisation ou plus récemment au « nouvel ordre mondial » proclamé par George Bush père en 1990 et poursuivi aujourd'hui par son fils au nom de la « guerre contre la terreur » ; 
- l'incapacité enfin à opposer une digue face à la « globalisation » et notamment à imposer, dans les institutions européennes et cela va sans dire dans les institutions économiques mondiales (OMC, FMI), un compromis « social » aux forces du capital. Je reviendrai tout à l'heure sur ces moments où l'Histoire a basculé. 

Une méthode d'analyse, si affûtée soit-elle, ne définit pas une direction. Les valeurs du socialisme sont celles des Lumières, telles qu'elles se sont développées en Europe au dix-huitième siècle. Ces valeurs sont-elles toujours actuelles ? Valent-elles pour d'autres cultures et sur d'autres continents ? 

3. Nous restons fidèles aux valeurs intellectuelles et morales des Lumières. 
Nous avons appris à nous méfier des prophéties et des religions de substitution. On a pu ainsi décrire le socialisme comme la dernière « hérésie judéo-chrétienne », mais j'inclinerais pour ma part à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Les Lumières n'ont pu se développer que sur le riche substrat de valeurs morales qu'on appelle « laïques », mais dont beaucoup ne sont que des valeurs chrétiennes laïcisées. 

A bien y regarder, ces valeurs (égalité, justice notamment) sont présentes à des degrés divers dans presque toutes les civilisations : même celles où n'existe pas un mythe de « l'Age d'or ». De là ne s'ensuit pas que l'idée de liberté, héritée de l'ancienne Grèce, l'autre source majeure de la civilisation occidentale et sans doute sa source principale, se soit partout frayée un chemin. Or, c'est une des leçons de l'Histoire que le socialisme tourne à la caricature s'il dissocie la liberté de l'égalité. Le socialisme de caserne n'est tout simplement pas socialiste. C'est l'originalité de Jaurès et de beaucoup de socialistes français qu'ils ont toujours lié étroitement le socialisme et la République : l'un comme l'autre de ces deux concepts ne vont pas sans une part d'utopie. Mais la République ne se résume pas aux valeurs inscrites dans sa devise. Elle ne va pas sans exigence : elle implique le citoyen, la responsabilité, le civisme, comme nous n'avons cessé de le rappeler depuis le début des années quatre-vingts. 

Le socialisme, tel qu'il s'est réellement développé, a été trop souvent confondu avec une technique d'organisation économique ou sociale : nationalisation des moyens de production, planification dite démocratique, assurance sociale généralisée, etc. Et quand il a dépéri, ce n'est pas seulement sous les coups de boutoir de ses adversaires, c'est par l'oubli des valeurs qui le fondent : esprit de service public, civisme inséparable d'un sain patriotisme, volonté de comprendre, rigueur intellectuelle et morale, amour des valeurs de la connaissance, refus des idéologies anti-science, solidarité. C'est la spécificité du courant républicain civique que nous incarnons de marquer l'importance de ces valeurs « républicaines » que certains courants du PS ont abandonnées. 

Pour autant nous savons que nous appartenons à la famille socialiste. Le mouvement socialiste démocratique, en dehors des réformes sociales dont nul ne contestera qu'il les a inspirées, s'il ne les a pas toujours réalisées lui-même, peut, à la lumière du dernier siècle écoulé et malgré ses échecs, garder la tête haute, au regard des autres courants de pensée et d'action qui ont structuré la vie démocratique dans les pays industrialisés. 

4. Tête haute mais lucide. 

a) Les socialistes ont vu venir la première guerre mondiale. Ils l'ont combattue en paroles. Ils prétendaient l'empêcher. S'ils n'y sont pas parvenus, ils n'y ont au moins pas contribué. 

b) Le socialisme démocratique a pris d'emblée ses distances avec la révolution bolchevique. Le discours de Léon Blum au Congrès de Tours (1920) est le texte fondateur du socialisme français maintenu dans la « vieille maison ». Que certains courants socialistes aient ensuite versé dans un anticommunisme de principe qui a pu conduire certains d'entre eux à faire le jeu du fascisme, ne détruit pas la justesse de l'intuition fondamentale des socialistes quant à l'évolution du communisme soviétique. Cela ne veut pas dire que la tentative communiste n'ait pas eu sa grandeur. Continuons à essayer de promouvoir, sur une base de principes, les réconciliations nécessaires. 

c) Les socialistes ont su aussi d'emblée combattre et dénoncer le péril fasciste même s'ils se sont avérés impuissants à l'enrayer, prisonniers du pacifisme né de la boucherie de la Première guerre mondiale, ensuite de la logomachie abstraite qu'ils avaient eux-mêmes introduite au sein de la SDN (désarmement, arbitrage, sécurité collective), et enfin d'une vision de la politique étrangère qui les mettait à la remorque des bourgeoisies occidentales et d'abord britannique, c'est-à-dire d'un anticommunisme et d'une volonté d'« appeasment » avec Hitler, que beaucoup d'entre eux, d'ailleurs, partageaient par pacifisme. 

C'est le drame du socialisme français que, maître du pouvoir en 1936, il n'ait pas su susciter en son sein un Robespierre ou un Carnot. C'est De Gaulle, en 1940, qui a incarné la Résistance. Toute notre Histoire en a été durablement et profondément marquée. Au moins, beaucoup de socialistes (pas tous) se sont-ils retrouvés dans la Résistance, derrière Léon Blum et Daniel Mayer. Le mérite de Léon Blum fut, en particulier, de faire accepter aux socialistes l'autorité du général de Gaulle. Dans la lutte contre le fascisme, les socialistes n'ont pas tenu le premier rôle, mais leur rôle a été honorable. 

Comme l'a dit cruellement Kautsky, « L'internationale socialiste n'était pas faite pour les temps de guerre ». Ce fut vrai pour la seconde guerre mondiale comme pour la première. Comme si, par essence même, le socialisme démocratique n'était pas taillé pour faire face aux crises dont pourtant le développement du capitalisme est et reste gros. Cela reste hélas vrai face à ce que Samuel Huntington a appelé le choc – certains disent la guerre – des civilisations. 

d) Il y a là une tache aveugle du « socialisme démocratique » : son européocentrisme. 

Si les socialistes ont souvent dénoncé les méfaits de la colonisation, ils n'en ont jamais fait un thème central de leurs luttes. A bien des égards, certains voyaient même dans la colonisation un progrès, ou une promesse d'avenir, pour les peuples colonisés. 

Le même européocentrisme a caractérisé l'attitude des socialistes devant les mouvements de libération nationale qui ont conduit à la décolonisation. 

En France, de Marius Moutet, en Indochine, en 1946, à Guy Mollet en Algérie dix ans plus tard, la cécité semble avoir été la règle, si on met à part la notable exception des lois Defferre en Afrique Noire. 

Le socialisme démocratique se retranche volontiers derrière l'argument voire le prétexte de la démocratie pour prendre ses distances avec les nationalismes du Tiers-Monde, voire épouser les croisades impérialistes, ainsi à l'occasion de la première guerre du Golfe. Tout se passe comme si le socialisme démocratique était prisonnier de l'aire culturelle européenne. Il n'a pu ainsi prendre que de faibles racines sur les autres continents : dans certains pays d'Amérique Latine comme le Chili, ou au Japon, où les socialistes sont toujours restés minoritaires. Face à l'hégémonie américaine, la démarche du socialisme démocratique se caractérise par le suivisme. 

Au sein de la IIe Internationale, un Hilferding avait quand même pu faire la théorie du capital financier en 1910, apportant ainsi une contribution remarquable à la théorie de l'impérialisme. Aujourd'hui on ne voit rien de tel chez les sociaux-démocrates ou se prétendant tels, dont la réflexion sur la mondialisation reste étroitement prisonnière de l'horizon du marché. Pascal Lamy, à l'OMC, œuvre à la libéralisation complète et sans condition du marché mondial. Quant à Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI son mandat sera celui que définiront les Etats-Unis, le Japon et les grands Etats européens qui détiennent une majorité écrasante dans l'institution. Les pays du Sud sont en bout de table. Le problème de l'impérialisme sous-tendu par l'hégémonie de l'Hyperpuissance est délibérément tu. A nous de le faire prendre en compte. 


Si globalement les socialistes ont ainsi discerné avant les autres les périls qui menaçaient la civilisation, la lucidité leur commande néanmoins la modestie car ils n'ont pas été, dans leur ensemble et malgré des exceptions notables, à la hauteur des défis de l'Histoire, faute sans doute d'une analyse suffisamment englobante de ce qu'était le capitalisme de leur époque. Mais certains, tel Léon Blum, restent de belles figures morales. Il appartient au MRC de conduire des analyses approfondies et de faire des choix courageux, particulièrement par rapport aux dérives de la globalisation financière et à la fuite en avant de l'Hyperpuissance américaine. Le MRC mettra ainsi dans la gauche plus qu'un grain de sel. 


C) Notre rapport actuel au PS : alternance ou alternative ? 

Soyons clairs : la gauche a naturellement vocation à l'alternance dans le système institutionnel qui est le nôtre, mais suffit-il d'attendre un succès électoral des échecs de la droite ? Le PS l'a cru en 2004. C'était une illusion. L'alternance, pour être crédible, doit comporter une dimension d'alternative. L'effet « essuie-glace » est épuisé. Si, à l'occasion des trois dernières élections présidentielles – 1995 – 2002 – 2007 – le candidat du parti socialiste a été défait, c'est faute d'un projet réellement alternatif et crédible à la fois. En 1995 la gauche n'était pas encore remise de la Berezina de 1993. Et en 2002 comme en 2007, elle a cru pouvoir l'emporter grâce surtout au rejet de Jacques Chirac, puis de Nicolas Sarkozy. Certes, Ségolène Royal a avancé quelques mots d'ordre forts et reconquis une partie des couches populaires. On trouve dans sa campagne l'écho de notre discours. On le trouve d'ailleurs aussi – soit dit en passant - dans les propos de campagne de Nicolas Sarkozy, inspirés par Henri Guaino. Le chevènementisme, comme discours républicain, a heureusement ou malheureusement vocation à être récupéré ! L'accord politique MRC-PS du 9 décembre 2006, que je vous invite à relire, a été globalement respecté par Ségolène Royal, sur la réorientation de l'Europe notamment. Mais il a manqué une traduction vigoureuse et convaincante des valeurs proclamées au niveau des propositions concrètes et du scénario permettant à la France de desserrer les mâchoires de la mondialisation libérale. Là où je suggérais, dans mon discours du 13 novembre 2006 à Japy, l'envoi de deux « mémorandum » aux institutions et aux gouvernements européens, seules ont été ouvertes des perspectives trop timides de renégociation. 

Je ne critique pas Ségolène Royal. Certains socialistes s'en chargent, avec souvent beaucoup d'excès et quelquefois une rare inélégance. Faut-il le rappeler ? Ségolène Royal était leur candidate désignée à plus de 60 % des voix. Sa candidature traduisait la crise du parti socialiste après le rejet de la « Constitution européenne » pour laquelle il s'était prononcé naturellement, puisque cette Constitution, lancée en 2000, était – je vous le rappelle - un enfant de la cohabitation. Ségolène Royal n'a pas été la candidate des sondages comme on le prétend mais la candidate à travers laquelle le parti socialiste a espéré pouvoir surmonter sa crise. Ceux qui l'accablent aujourd'hui avaient-ils un meilleur candidat ? Je n'en suis pas sûr. Les fulminations de Claude Allègre ne parviennent pas à dissimuler la pauvreté de sa réflexion politique. Si Ségolène n'a pas été élue, c'est que les socialistes, à mon sens, étaient encore loin d'avoir mis leurs idées au clair sur la nation, sur l'Europe, sur la mondialisation aussi bien que sur les exigences d'une politique républicaine de sécurité, ou encore sur la nécessaire revalorisation du travail, dans un pays où les taux d'activité sont trop faibles, comme nous l'avions relevé dans l'accord MRC-PS. J'observe avec plaisir que ces réorientations que nous prônions sont clairement mentionnées dans le discours de La Rochelle de François Hollande. Mais Ségolène a dû faire avec ces contradictions du parti socialiste. Ses intuitions, souvent justes, paraient au plus pressé, mais elles venaient trop tard ou trop tôt. Le parti socialiste n'était pas en phase avec elles, faute d'avoir su, à travers un projet cohérent, opérer à temps les synthèses nécessaires, y compris en tranchant entre ses différentes sensibilités. 


Rendons à Nicolas Sarkozy cet hommage qu'il a su mieux exploiter les contradictions de la gauche - sur l'assistanat, la sécurité ou l'immigration - que la gauche n'a su exploiter les siennes, pourtant bien réelles (sur l'atlantisme, le libéralisme, la complaisance à l'égard des privilégiés de la fortune). 

Ségolène Royal n'a pas été battue que par certains socialistes, mais nombreux sont ceux qui y ont contribué, notamment en soutenant l'opération Bayrou. La pluie de livres critiques qui s'abat sur celle manifeste de la part de tous leurs auteurs à quel point ceux-ci restent enfermés dans les choix politiques européistes et libéraux effectués depuis tant d'années et qui ont conduit le parti socialiste à trois défaites successives. Aucun de ces brûlots ne dépasse l'horizon d'un libéralisme borné ou simplement teinté de remords social, sauf peut-être Marie-Noëlle Lienemann qui, venue du rocardisme, fait aujourd'hui du chevènementisme, apparemment sans le savoir, et en revendiquant, pour la gauche socialiste du « non », le bénéfice des inflexions positives que nous avons apportées à la campagne de Ségolène sur l'Europe. Ne chipotons pas : ces chicaias traduisent paradoxalement un certain remords : ceux qui nous donnent raison aujourd'hui sur Maastricht, l'Irak ou la Corse, nous en veulent surtout de s'être trompés eux-mêmes hier. Notre combat était d'avant-garde. Nous avons été courageux, mais nous n'en recueillons pas toujours les fruits. Nous avons ainsi passé un accord politique avec le PS que pour notre part nous avons respecté. Je n'en dirai pas autant de notre partenaire, s'agissant notamment du volet électoral, notamment dans les Ardennes, le Territoire de Belfort et l'Indre. Il faudra en tirer les leçons. Je l'ai fait, à ma manière, à Belfort où je confesse qu'il est difficile de se faire élire à la fois contre la droite et contre le parti socialiste local. Un nouveau maire, Etienne Butzbach, MRC mais élu par toutes les composantes de la gauche belfortaine, a pris le relais depuis le 29 juin. J'espère encore que, malgré des déclarations imprudentes de ses dirigeants, le parti socialiste local ne prendra pas la responsabilité, comme il l'a fait aux législatives, en maintenant un candidat contre moi, et à la présidentielle qu'il a délibérément sabotée, d'une nouvelle défaite qui ferait perdre à la gauche la mairie de Belfort, la communauté d'agglomération, le Conseil général et le siège de sénateur. Excusez-moi d'avoir pris un exemple local. Ce n'est pas mon genre – j'ai toujours préféré rester au niveau des idées générales - mais il a valeur de test. Il faut savoir si le parti socialiste préfère la droite au MRC, comme cela a été souvent le cas jusqu'à présent, y compris quand nous avons été marginalisés au gouvernement, au détriment des intérêts bien compris de la gauche tout entière. Pour notre part, nous ne changerons pas de cap. Nous maintiendrons au sein de la gauche et pour la gauche l'exigence républicaine. C'est ainsi que nous espérons la faire réussir un jour. 



II – La droite et ses contradictions. 

Je vous propose donc de nous tourner délibérément vers l'avenir. La droite est naturellement plus en phase avec la globalisation libérale que la gauche. Cela rendait plus facile la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle mais celui-ci est aujourd'hui prisonnier des mêmes entraves que la droite puis la gauche ont acceptées, depuis la fin des années 1970 : la globalisation libérale et l'européisme paralysant. 

A) Le rétrécissement des marges de manœuvre. 

Le budget 2008 est basé sur une hypothèse de croissance irréaliste. Les cadeaux fiscaux aux riches seront financés par l'endettement de l'Etat. La réduction du nombre des postes d'enseignants sera payée par celle des heures de cours, notamment de français. C'est le moment que choisit le gouvernement pour stigmatiser l'Ecole primaire. Il ferait mieux d'incriminer la politique des ministres de l'Education Nationale, de droite comme de gauche, qui ont réduit le nombre des heures de français. Là est en effet une des causes du pourcentage élevé d'élèves arrivant au collège sans savoir lire ni écrire. Il est plus facile de créer une « mission sur les enseignants » dont la « personnalité phare » sera Michel Rocard, sous le gouvernement duquel a été votée la loi d'orientation scolaire de 1989, créant les IUFM. Le pédagogisme a encore de beaux jours devant lui ! La lettre de Nicolas Sarkozy aux enseignants pose d'excellents principes – retour au savoir et à l'autorité des maîtres – mais le poids de la gestion – la réduction des postes et donc des horaires – flanque par terre ces beaux principes. Sur l'autonomie des établissements et la suppression de la carte scolaire, les ambiguïtés sont immenses. 

Le nouveau Président de la République est l'homme de la diversion permanente : les déclarations tonitruantes, ainsi la proposition de castration chimique des pédophiles, occultent - mais pour combien de temps ? – les problèmes aggravés de la vie quotidienne : persistance d'un chômage de masse, vie chère, remise en cause par les directions des entreprises de la durée du travail sans contrepartie salariale, ainsi chez Goodyear dans l'Aisne : il ne s'agit plus de « travailler plus pour gagner plus », mais pour gagner la même chose ou, à défaut, voir fermer l'usine. Le processus insidieux des délocalisations se poursuit – ainsi les stylos Reynolds à Lyon - et si on peut approuver certaines mesures d'organisation dans le domaine de l'Université, de la recherche, de l'aéronautique ou de l'énergie compte tenu des décisions d'ouverture des marchés de l'énergie prises à Barcelone il y a cinq ans, rien n'indique que nos multinationales vont cesser d'investir à l'étranger plutôt qu'en France, bien au contraire. Je ne critique pas l'implantation de Renault à Tanger, encore que la réduction de la production d'automobiles en France par Renault et PSA me paraisse très préoccupante : c'est une part essentielle de notre industrie qui « fout le camp ». Notre épargne n'est pas canalisée vers l'industrie française. Le rêve sarkozien de faire de la France un pays de petits propriétaires de leurs logements nous fait retomber dans un travers historique du capitalisme français, la préférence pour l'investissement dans la pierre. Cette politique nuira à la mobilité de la main d'œuvre. Elle est mauvaise. S'agissant enfin des investissements étrangers en France dont Mme Lagarde se flatte à l'excès, on oublie de dire que les investissements français à l'étranger sont deux fois plus importants. Notre épargne fuit. Nous perdons notre substance. Les pôles de compétitivité sont trop souvent des usines à gaz. Notre compétitivité se dégrade. Notre commerce extérieur est déficitaire de 30 milliards d'euros (deux fois plus qu'en 1982), tandis que l'Allemagne, bien positionnée sur des créneaux porteurs, dégage un excédent annuel de 160 Milliards d'euros. Quelle Europe sommes-nous en train de construire sur des bases aussi déséquilibrées ? On me répondra que l'euro le permet – jusqu'à quand ? – mais cette situation nous empêche aussi de réformer le système de l'euro. Nous sommes ainsi « au rouet » comme disait Montaigne. Bref, nous sommes sur un toboggan, prisonniers d'un cercle vicieux, entraînés vers le déclin, faute d'une volonté politique remettant en cause les règles du jeu biaisées de la mondialisation et d'une construction européenne qui la relaye. 

Le nouveau Président de la République a de l'énergie à revendre, mais il risque de s'épuiser dans des effets d'annonce, tandis que certaines réformes, quelques fois bien inspirées (elle ne le sont pas toutes) ne porteront leur effet que dans la longue durée (ainsi le crédit-impôt sur la recherche). Nous sommes des républicains. Nous avons l'habitude de parler clair. J'ai toujours dit qu'il faudrait juger Nicolas Sarkozy sur ses actes. Prenons donc de la hauteur pour mieux prendre la mesure de la réduction de ses marges de manœuvre. Nous verrons mieux ensuite quelles sont les conditions d'une refondation républicaine de la gauche. 


B) La crise s'approfondit. 

Le capitalisme financier globalisé, qui s'est installé depuis les années quatre-vingt-dix, nous conduit de bulle financière en bulle financière, le crédit alimentant la spéculation, sans qu'aucun mécanisme de régulation interne n'intervienne. La finance est livrée à elle-même. Les fonds spéculatifs tiennent le haut du pavé. Les Banques Centrales réagissent au coup par coup,


10/09/2007
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion