372-Maladie d'Alzheimer un espoir:détecter plus tôt la maladie

 AFP:

Le progrès des connaissances en biologie du cerveau et en imagerie cérébrale pourrait permettre de détecter plus tôt la maladie d'Alzheimer et par conséquent de faire bénéficier précocement les patients de possibles futurs traitements.

Les nouveaux critères diagnostiques proposés -pour la recherche- par une équipe internationale de neurologues coordonnée par le Français Bruno Dubois (hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris) permettraient de reconnaître la maladie 3 ans plus tôt qu'actuellement, avant l'apparition de la démence.

Pour le Pr Dubois, directeur de recherche à l'Inserm, il faut "se tenir prêt" à identifier précocement la maladie pour traiter le plus tôt possible les patients. "Il y a un immense espoir que dans les années qui viennent on va passer des médicaments symptomatiques à des médicaments qui ralentissent le processus de la maladie", a-t-il expliqué lundi au cours d'une conférence de presse.

Si les causes de la maladie d'Alzheimer ne sont pas connues, "on connaît toutes les étapes, la cascade biologique" qui la constitue, a expliqué le Pr Dubois, se disant convaincu que l'on est "à l'aube de découvertes qui permettront de ralentir le processus de la maladie".

Les critères de diagnostic actuellement utilisés remontent à 1984: la maladie d'Alzheimer n'existe pas avant le seuil de la démence, définie par les médecins comme la perte de l'autonomie.

Les nouveaux critères permettraient de détecter la maladie à un stade précoce, dès les premiers symptômes, "avec un taux de certitude diagnostique supérieur à 90%".

Il s'agit de combiner des tests de mémoire avec des données d'imagerie cérébrale (imagerie par résonance magnétique nucléaire ou IRM, tomographie par émission de positons ou TEP...), et des marqueurs biologiques qui "signent" la maladie au niveau du cerveau.

Le critère majeur retenu par le Pr Dubois est la présence d'un trouble de la mémoire épisodique, caractéristique de la maladie d'Alzheimer, qui se traduit par "l'incapacité à transformer une information perçue en trace mnésique", "à la graver sur le disque dur", selon l'expression du Pr Dubois.

Les critères secondaires sont l'une ou l'autre de ces anomalies:

- atrophie de la région du cerveau appelée hippocampe (mise en évidence par IRM),

- taux anormal de biomarqueurs (peptide amyloïde, protéine tau) dans le liquide cérébrospinal (analysé après ponction lombaire),

- métabolisme réduit dans les régions temporale et pariétale du cerveau (montré par imagerie fonctionnelle).

La maladie d'Alzheimer touche 5% de la population âgée de plus de 65 ans, a souligné le Pr Dubois, alors que la moitié des plus de 50 ans souffrent de troubles de la mémoire.

Principale cause de dépendance lourde des personnes âgées, la maladie d'Alzheimer et les troubles apparentés affectent chaque année quelque 165.000 nouveaux patients en France. Nicolas Sarkozy a décidé d'en faire un "chantier présidentiel". Evalué actuellement à environ 800.000, le nombre de malades d'Alzheimer pourrait atteindre 1,3 million en 2020 et 2,1 millions en 2040, selon un rapport publié en 2005.

Dans le monde, le nombre de malades pourrait passer de 24 millions actuellement à 42 millions en 2020 et 81 millions en 2040, selon de récentes estimations.

Les travaux du Pr Dubois et de ses collègues sont publiés dans le dernier numéro de la revue The Lancet Neurol







09/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion