35-La CORRIDA rituel initiatique,photos san Isidro 2006

  La corrida et la tauromachie ne sont pas des questions de café du commerce.Elles constituent ,au contraire,une connaissance vivante,un art, une tradition séculaire,celle d'un particularisme ,et pour tout dire une culture.Cette culture suppose une initiation,indispensable pour la comprendre car elle repose sur des mythes,des symboles,un rituel et une tradition.C'est pourquoi,si tu déteste la corrida,lecteur passe ton chemin,surfe  sur le net ou clique sur un autre article !Ici nous ne faisons pas de prosélytisme ni ne cherchons à modifier ton opinion.

Pour l'afficionado"la corrida est fascinante par son essence:celle de mettre en scène ,les choses essentielles de la vie" (Marc Lavie,Semana GandeN° 422).Il s'agit de faire vivre en lui l'émissaire,le torero,pour construire sa propre identité,son propre combat contre la mort en s'appropriant le sacrifice.


La corrida multiplie les symboles:trilogie des acteurs (toro,torero,public),le combat qui se déroule en trois séquences comme une tragédie classique,c'est une vie d'homme"résumée en vingt minutes".Elle est  drame,spectacle,célébration,"mise en scène des apparences qui ramène la réalité dans le ruedo quand,à la fin du spectacle,elle est mise en scène de la mort,seul vrai problème de l'homme." (Robert Bérard).

Pour Michel Leyris la corrida est un rituel sacrificiel.PourGeorges Bataille, la corrida"est en tout point comparable à l'escrime "(au cours de la Renaissance en Espagne).On y retrouverait les mouvements,la conception géométrique du combat et le principe esthétique qui vise à l'élaboration d'un escrime savante,mais aussi un gage d'efficacité."C'est parce qu'il est esthétique que le torero vaincra,pas parce qu'il est efficace..."

L'aurochs existe en Europe et en Chine depuis le paléolithique.L'homme le chasse et le tue depuis l'aube des temps,au risque de sa vie.Il le tue aussi pour célébrer un culte.Pour que l'homme vive la bête doit mourir.

Neuf mille ans av.JC,l'homme se sédentarise,le chasseur devient agriculteur et éle veur,l'aurochs devient taureau.Le marquage des bêtes prépare le passage du symbole au signe et à l'invention de l'écriture(à Sumer 3300 ans av.JC).La t^été de taureau renversée,Alef,est la première lettre de l'alphabet hébreux.C'est l'époque de la tentative d'explication politico symbolique des origines,imaginant la création de l'univers mythique englobant le sacré dans la réalité quotidienne dans une surenchère de miracles et de héros prodigieux.

toro ! Sébastien castella,jeune torero

Le mythe du taureau   Zeus,transformé en taureau blanc aux cornes dorées enlève la princesse Europe,l'emmène sur son dos jusqu'en Crête.De leur union naît Minos qui devient roi de Crête.Son épouse Pasiphaé tombe amoureuse du magnifique taureau blanc que Poséidon fit surgir de la mer.Elle s'introduit alors dans une peau de vache pour être prise par le taureau...(."Cette peau de vache était le premier cheval de Troie et le taureau de Poséidon, gracié par Minos  le premier indulto!"-Fabrice Torrito-)

Les jeux tauromachiques dont la corrida est l'aboutissemet dérivent d'un culte du taureau très ancien,présent dans tout le monde méditerranéen mais aussi dans bien d'autres civilisations: à Babylone,dans le rite païen du taurobole,en Mésopotamie,à Our,chez les Phéniciens,les Carthaginois,en Chaldée,chez les Hindouistes,en Palestine,il provoque la colère de MoIse sous la forme du veau d'or,c'est le Belzébuth des chrétiens,la Bible le nomme Astaroth,c'est sous le nom d'Athor qu'il est adoré en Egypte,chez les Grecs,en Crête,chez les Perses..Noir,orné d'une tache blanche en croissant de lune,en Egypte il est Apis,incarnation vivante d'Osiris,chez les musulmans le croissant lunaire image de la corne orne le tombeau des saints.

Depuis les origines le taureau est porteur d'ambivalence:eau et feu,solaire et lunaire."Quant au torero,virilité protubérante et orgueilleuse,vêtu de lumière,mais affublé de bas roses "et de zapatillas de danseuse,il souligne cette ambiguité.Certains voient dans le taureau "personnifiant la bête incontrolée que chacun porte en lui".Le désir secret et inavoué de tuer la bête intérieure ,expliquerait le succès de la corrida !

Parce que la mort est le corollaire de toute vie,le taureau,symbole de vie,présente ,dans tous les mythes,une face funèbre.La corrida moderne "avatar d'une évolutionmillénaire de mythes et de symboles,de rites et de jeux tauromachiques  constitue une décadence codifiée,un dialogue de 20 minutes,un ballet à l'harmonie parfaite qui réunit un homme et un toro avant que la mort ne les sépare".

A travers les âges,les peuples et les cultures,l'homme pratique en permanence depuis 40 siècles une symbolique et redonne vie à des mythes faisant du taureau,la mesure de son courage,de son identité et de la corrida  un rituel initiatique. Mais seul le torero "sait".... "Primauté du vécu sur le verbe,qui peut faire d'un torero illettré,l'égal d'un philosophe".

Marc Baldy



07/02/2006
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion