1243-"La gauche de gouvernement est toujours accusée de trahison" F.Hollande 9 posts

François Hollande : « La gauche de gouvernement est toujours accusée de trahison »

LE MONDE |      • Mis à jour le    

                    

 

Francois Hollande, le 9 septembre 2016.  

Alors que son image s’effondre dans l’opinion et que l’opposition – de droite comme de gauche – critique vivement le bilan de son quinquennat, le président de la République revient, dans un entretien réalisé par le philosophe Marcel Gauchet et l’historien Pierre Nora pour la revue Le Débat (septembre-octobre, n°191, 20 euros), et dont Le Monde publie des extraits, sur sa politique « sociale-démocrate » et le sens de son action.

       

 

  • « Le clivage gauche-droite reste fondateur de la démocratie »

Interrogé sur l’avenir du socialisme, François Hollande refuse de croire que « la mondialisation a réduit, voire anéanti, cette espérance, cette ambition, cette prétention » qu’est la gauche. Il rejette l’idée qu’« il n’y aurait plus qu’un seul modèle et que les marges entre la droite et la gauche seraient tellement faibles que le vote des citoyens n’obéirait plus qu’à des logiques d’adhésion à des personnalités. »

« Je continue de penser que le clivage gauche-droite reste fondateur de la démocratie », développe-t-il, même si la « gauche de gouvernement est aujourd’hui devant une vraie difficulté, parce qu’elle est contestée non seulement par la droite, mais aussi maintenant par l’extrême droite autour des thèmes identitaires. »

 

  • La gauche « alternative » veut « paralyser l’Etat »

Le chef de l’Etat se livre à une charge contre l’opposition de gauche, un « surmoi toujours très fort », « influent dans certains milieux universitaires ou militants qui considèrent que nous nous sommes perdus ».

« Aujourd’hui, c’est l’idée même d’exercer le pouvoir qui est contestée. L’objectif est d’entraver l’Etat (…). Non plus de contester ses réformes, mais de paralyser l’Etat. Et de le défier, jusque sur le terrain du maintien de l’ordre. D’où les violences contre les policiers. »

Pour M. Hollande, « ce qui est nouveau, c’est le renoncement » de cette gauche qui, « puisque le monde est devenu global » et que « les frontières entre droite et gauche s’effacent », « change de terrain et recourt à l’obstruction ».

 

  • Le social-libéralisme, « c’est le libéralisme sans la brutalité »

M. Hollande se présente comme un social-démocrate. Le social-libéralisme, « c’est le libéralisme sans la brutalité », explique le président, qui dit ne pas « être un libéral, dans le sens où la logique du marché devrait tout emporter ». « En revanche, poursuit-il, j’admets dans certaines circonstances une politique de l’offre. » Par ailleurs, « je suis socialiste mais je ne suis pas pour la socialisation des moyens de production », défend-il.

Le chef de l’Etat défend ses réformes. « Tout au long du quinquennat, j’ai cherché à mettre en dialogue un patronat moderne et un syndicalisme réformiste. » « Donner toute leur place aux partenaires sociaux, c’est l’objet de la loi travail si décriée par ceux qui craignent la négociation collective au niveau le plus pertinent », tacle-t-il. Quant au pacte de responsabilité, « c’était nécessaire et je l’ai fait », car « l’état du pays justifiait d’aider les entreprises pour redresser leur compétitivité ».

 

  • Pas de « trahison » en arrivant au pouvoir

François Hollande assure avoir été « particulièrement clair dans la campagne des primaires », en 2011.

« J’ai parlé de changement, pas de rupture. Le discours du Bourget qui dénonçait la finance, celle qui étreignait les Etats avec la crise des subprimes, a été emblématique, parce qu’une campagne se résume à une formule et quelques mots. Je ne les renie pas. »

Selon lui, « la gauche de gouvernement devient suspecte dès qu’elle accède aux responsabilités et son destin est de toujours être accusée de trahison ». « La gauche est toujours belle dans l’opposition, non pas simplement parce qu’elle retrouve la blancheur de ses mains, mais aussi parce qu’elle mythifie ses réformes passées (…) », développe-t-il, appelant à ce que la gauche se définisse « comme une force de gestion et de transformation dont les mérites ne peuvent être salués simplement quand elle a quitté le pouvoir. »

 
               
               
                 


15/09/2016
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion