935-Pour une gauche populaire et républicaine 12 posts




Voilà des années que certains socialistes dont je suis déplorent l'abandon  par le PS des classes populaires et du milieu rural, des provinciaux, ces « nouveaux ploucs » qui ne se sentent peu citadins, qui aiment leurs racines terriennes,leurs traditions et leurs modes de vie.


En ce qui me concerne, je regrette la focalisation sur les bobos et les catégories urbaines, l'influence prédominante du  Think tank « Terra nova » d'Olivier Ferrand, nouvel élu du Midi, éminemment sympathique mais théoricien de la disparition des classes populaires.Comme les  créateurs de la gauche populaire et beaucoup d'amis je note que faute de réformes établissant la justice sociale, on (et pas au seul PS) se contente de réformes « sociétales » qui iraient, (ben voyons !) dans « le sens de l'histoire ».


Nous enregistrons également l'abandon de « l'émancipation collective » des travailleurs au profit du « toujours plus de droits pour les individus ».

« Chacun pour soi et Dieu pour tous ! »  semble s'être substitué au « un pour tous et tous pour un » du siècle précédent.


Pour la gauche populaire, le Parti socialiste, a  commis  depuis des décennies, six erreurs fatales qui expliquent la défaite de Lionel Jospin en 2002 :

  • un oubli de la sociologie et un abandon de la notion de classe sociale. « Autrefois, les marxistes étaient rompus à l'analyse de la société », rappelle Laurent Baumel. Nouveau député Ps d'Indre et Loire où il a battu l'ancien ministre libéral UMP Hervé Novelli. «  depuis les années 80, dit il , on a assisté à une technocratisation du parti, on s'est mis à réfléchir en termes de politiques publiques sans voir les évolutions sociales sous-jacentes » ;
  • un abandon des références ouvrières et ce que le journaliste Hervé Algalarrondo appelle « la préférence immigrée » : le fait de se préoccuper exclusivement du sort des immigrés plutôt que de défendre le prolétariat « petit blanc » ainsi tenté d'aller voir au FN s'il n'y rencontre pas une oreille plus attentive ;
  • l'absence de réponse convaincante apportée aux électeurs que la mondialisation, l'immigration et les transformations du mode de vie inquiètent ;
  • la conviction qu'une partie des « couches populaires » a irrémédiablement glissé à l'extrême droite .Les élites de gauche se sont d'ailleurs mises à considérer « le petit peuple » avec un certain dégoût. « Sans parler de "prolophobie", il y a une ambiance, la tentation permanente de voir le peuple  « comme des  Grolandais de se moquer de ses goûts culturels », constate Laurent Baumel ;
  • des combats sociétaux plus que sociaux : de la parité au mariage homosexuel, les combats « de société », c'est un fait, ont relégué au second plan la lutte contre les inégalités sociales. Corollaire : le PS  reconstitué sa clientèle électorale en additionnant plusieurs cibles : les jeunes, les femmes, les immigrés, les surdiplômés, ..
  • l'impression que l'aide aux plus pauvres suffit. Pour Baumel, « le risque permanent, pour la gauche, c'est de ne s'occuper que des plus démunis, d'être le parti des assistés, et de donner l'impression aux couches populaires et moyennes intégrées qu'on les délaisse ».

Dans « Plaidoyer pour une gauche populaire », ces « couches populaires et moyennes intégrées » sont définies comme un ensemble englobant :


- Les salariés déclassés qui, sans dépendre de "l'assistance", se débattent dans l'univers quotidien des CDD, de l'intérim, des petits boulots,

-les ouvriers des vieilles terres industrielles en décrochage,

-mais aussi "la France modeste" traditionnelle :

- ouvriers et employés des petites villes et des zones pavillonnaires périurbaines, encore titulaires d'un CDI, mais qui n'en vivent pas moins une situation de stagnation salariale, les difficultés à assumer les charges de la vie quotidienne sans se sentir, pour autant, l'objet d'une attention particulière de l'Etat social. »


 C'est bien cette analyse que font nombre de socialistes des terres républicaines comme celles du Lot ou de la Corrèze qui ont apporté un élan déterminant à la candidature de François Hollande dès les primaires socialistes et radicales.


C'est déjà en réaction à ce risque de populisme que  s'était constituée  la Droite Populaire au sein de l'UMP. Cette mouvance s'était fédérée autour de la conviction que pour contenir le Front national, il fallait que la droite s'assume « vraiment de droite », sécuritaire, anti-immigration, nationale, musclée. Les bobos se sont moqués d'eux.Ils répondaient pourtant à une attente, à une désespérances de couches populaires qui se sentaient abandonnées par la gauche.

La Gauche populaire est elle aussi convaincue que les couches populaires fuient devant les discours laxistes, pro-assistanat, béats sur le multiculturalisme et trop idéalistes sur l'immigration.


Pour les reconquérir, ses auteurs ont dégagé trois exigences qu'ils comptent marteler, tout au long du quinquennat :

  • « le commun plutôt que les identités » (d'où un discours très républicain) ;
  • « l'émancipation collective plus que l'extension infinie des droits individuels » ;
  • et surtout, « le social avant le sociétal ».

Pour Laurent Baumel, la priorité au social passe par une révolution fiscale : « La question décisive est celle de la forme de redistribution des couches aisées vers ces couches populaires et moyennes intégrées. » C'est bien la leçon qu'a retenue François Hollande.

Le député Baumel rêve de parvenir à « restituer du pouvoir d'achat » à ces contribuables qui ne supportent plus d'être mis à contribution pour financer, presque seuls, les prestations des plus pauvres qu'eux.


                                                                       Marc Baldy

Sources :

« Plaidoyer pour une gauche populaire », un livre à seize mains publié en novembre 2011, puis d'un blog, lancé en janvier 2012.

Rue89 :Mathieu Deslandes

le blog:  http://gauchepopulaire.wordpress.com/



24/06/2012
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion