755- Laïcité et burqa 6 posts


                                                       

Nono

01072009

Nous sommes fiers d'être dans un pays où le président de la République ne jure pas sur la Bible (même si depuis qu'il y a Sarkozy, il fait parfois le signe de croix). Nous aimons la France qui permet la liberté de culte (article 1), mais nous tenons à la République qui n'en reconnaît, n'en subventionne et n'en salarie aucun (article 2 de la loi de 1905).

Henri Pena Ruiz écrit, dans un de ses livres, que les Français vivent la laïcité comme ils respirent de l'oxygène. Nous pourrions ajouter que les Françaises vivent l'égalité entre les hommes et les femmes de la même façon. Comment imaginer la vie d'une femme sous la prison ambulante, la burqa, ou le niqab ? Comment, comme le rappelait l'admirable Wafa Sultan, imaginer la liberté de prendre un café toute seule, librement, assise à une terrasse, quand dans des pans entiers du monde, une femme n'a pas le droit de sortir sans son voile, et sans un homme ? Comment imaginer vivre dans un pays où on ne peut pas aimer la personne de son choix, quel que soit la couleur de sa peau, sa religion ou son sexe ?

Toutes ces libertés ont été rendues possible parce que le combat de nos ancêtres a permis que le religieux demeure cantonné dans la sphère privée, et qu'il n'empiète pas dans le domaine public.

Ce sont ces acquis que l'islam menace, aujourd'hui, en France et dans toute l'Europe. L'islam, de par sa nature, ne peut accepter la laïcité, et se doit de la combattre. Il faut être aveugle, ou sot, pour ne pas se rendre compte, en 2009, que cette religion est partie à la conquête de l'Europe, et qu'elle est très agressive, en France, imposant la stratégie des petits pas, et des accommodements raisonnables avec nos principes laïques.

Nous savons que, dans son offensive, elle est soutenue par des forces de gauche, qui continuent à stigmatiser comme racistes les laïques qui s'opposent à ce fascisme politico-religieux. Nous savons que beaucoup d'élus, de droite comme de gauche, achètent leur élection, et la paix sociale, en leur promettant des mosquées avant les élections, et en les finançant après....Lire la suite dans Riposte laïque



Par chimulus



Je pense que les islamistes ont très bien compris que la laïcité politique est la condition sine qua non de la coexistence pacifique des cultures et des convictions. Mais ils ont aussi réalisé le danger que représenterait, pour la survie de leur Vérité exclusive et intolérante, la promotion de la laïcité philosophique : tout en préférant l'immanence à la transcendance, parce que les religions sont plus nocives que bénéfiques à tous points de vue, elle n'est pas, faut-il le rappeler, antireligieuse. Elle prône des conditions éducatives permettant de choisir, aussi librement que possible et en connaissance de cause, de croire ou de ne pas croire, ce qui évite le reproche d'imposer une "pensée unique" laïque : la foi restera toujours un droit, d'autant plus respectable si elle a été choisie.


Ces islamistes profitent donc de notre conception voltairienne de la tolérance et de l'opportunisme électoraliste pour tenter d'imposer la charia : une aubaine !


Malek CHEBEL parviendra-t-il à faire accepter sa nouvelle traduction du coran ? J'en doute, parce qu' "islam" signifie "soumission" et non "esprit critique" ou "autonomie de jugement", ou "responsabilité individuelle". Quoi qu'il en soit, en attendant, je pense qu'il faut étendre en France, et sans enquête préalable, l'interdiction légale des signes religieux : d'abord parce qu'à de rarissimes exceptions près, les musulmanes, quoi qu'elles en disent, n'ont pas choisi de les porter, a fortiori la burka : elles ont été conditionnées dès l'enfance à la soumission, au point même d'être sincèrement convaincues, vu l'absence d'alternatives non aliénantes, qu'elles ont choisi librement cette soumission ! Il faut signifier aux musulmans radicaux et phallocrates qu'ils seraient poursuivis et condamnés pour séquestration , si, à la suite d'une loi interdisant la burka et le niqab dans l'espace public, ils confinaient leur femme chez eux.


J'attends de voir, demain lundi, la position de SARKOZY : dans ce cas extrême, il va sans doute estimer qu'il faut légiférer. Mais, de sa part, je m'attends à tout : outre son opportunisme électoral, il est a priori incapable de s'affranchir, malgré son devoir de réserve, des traces que son éducation religieuse a laissées dans son cerveau émotionnel : elles ont manifestement anesthésié son cerveau rationnel et son esprit critique, dès qu'il est question de religion. Il continuera donc à détricoter la loi de 1905.


Au rythme du laxisme actuel, à moins de réagir fermement, je crains que, dans moins d'une génération, nous nous trouvions en présence, d'une majorité démocratique régie par la charia ... A Bruxelles, en tout cas, cela me paraît possible, voire probable ...


Même s'il nous en coûte, il est donc plus que temps de repenser les limites de notre tolérance et de prôner une laïcité, non plus seulement politique, mais aussi philosophique. Sans cela, les « libertés de conscience et de religion », pourtant constitutionnelles, continueront d'être plus symboliques qu'effectives. C'est du moins mon humble avis.


Posté sur ce bog par Jumbo hier au soir (commentaires "Entedu au bistro")

                                                            ***

La burqa au-delà du religieux


Une soixantaine de députés proposent une « commission d'enquête sur la pratique du port de la burqa ou du niqab sur le territoire national ».

Les motifs s'appuient d'abord sur le principe de laïcité. Mais, conscients que ce dernier ne peut interdire le port de signes religieux que dans l'espace relevant de l'autorité publique et non dans l'espace civil accessible au public, les députés font justement remarquer que ces masques excèdent largement toute signification religieuse :
il ne s'agit plus seulement d'une manifestation religieuse ostentatoire mais d'une atteinte à la dignité de la femme et à l'affirmation de la féminité.
On pourrait certes ironiser sur l'argument d'une atteinte à « l'affirmation de la féminité » : en quoi le législateur, chargé des droits des personnes de tous sexes - droits parmi lesquels figure le droit d'opinion, est-il habilité à s'assurer que la féminité s'affirme ? et qu'y a-t-il de plus affirmatif de la féminité conçue comme une essence qu'un voile intégral ou qu'une burqa - tellement affirmatif qu'il s'agit de rayer toute personne du champ de vision civil au seul motif qu'elle est de sexe féminin et de la remplacer par une ombre, trou noir bien visible où vient s'abolir l'humanité ! Il est certain que pour les talibans La Femme existe !

Mais ne faisons pas la fine bouche en pinaillant de façon déplacée. Justement c'est cet effacement , ce déni, qui constitue le cœur du problème. Et l'analyse « au-delà du religieux » est à mon avis le bon angle d'attaque pour s'en saisir.

Car est au-delà du religieux le port délibéré (2) d'un masque intégral assorti du refus de s'en dessaisir. Il s'agit à la fois d'un déni d'identité, d'un déni de relation civile à autrui, d'un obstacle à la plupart des actes courants de la vie civile, d'un déni d'identification. Ajoutons que, non identifiable, le porteur (la porteuse) de masque s'efface de la vie civile dans laquelle il (elle) prétend pourtant circuler, et que la nature de cet effacement est aussi une menace pour la sécurité publique.

Il y a presque un an, je parlais ici même de la burqa comme d'« un hold-up permanent qui s'en prend violemment à la liberté des femmes ».

Mezetulle- Blog de Catherine Kintzler
www.mezetulle.net/


Photo de la (basse)cour à Versailles

sire___Versailles

Visitez son site lire_la_suite78 http://sarkozix.canalblog.com/





22/06/2009
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion