733-In Vino Satanas 5 posts


Vins de Cahors                           

                                                                                     

Vins de Cahors                                                                 
     
Logo Vinnoir Couleur
                                                                                              

                                                                     
                                                                   
                                                         ***                       
Pour ceux, nombreux, qui s'intéressent (au vin et) aux vins, et notamment au vins de Cahors, l'une des richesses du département du Lot, je publie ici de larges extraits d'un forum passionnant du Nouvel observateur.Marc Baldy



                                                                                     Albas fête le vin de Cahors avec Le bon air est dans les caves
                                                                            Le bon air est dans les caves et
                                                                            la fête du vin de Cahors à Albas




Forum du NouvelObs.


 Denis Saverot, directeur de la rédaction de La Revue du vin de France depuis 2000  est l'auteur de "In Vino Satanas", paru chez Albin Michel en 2008 (avec Benoist Simmat), un brûlot dans lequel il fait le point sur l'image du vin français, la vision qu'en ont les hommes politiques et les aberrations d'un système qui fait tout pour empêcher le développement d'un produit qui a fait la renommée de la France et qui participe pour beaucoup à ses exportations.










Question

Finalement, le vin tres haut de gamme ne fait-il pas partie de ces produits qui n'ont pas vraiment de prix, si ce n'est celui que l'on est pret a y mettre: ainsi des milliardaires peuvent-ils payer des fortunes pour de pretendues oeuvres d'art contemporain qui trouveraient facilement leur place dans une decharge publique...

 

Réponse : Oui c'est vrai, Alain Dominique Perrin, ancien patron de la marque Cartier et vigneron à Cahors explique que les plus grands vins ne sont plus dans le marché du luxe, mais dans le marché de l'art. Un marché qui fonctionne au coup de cœur et qui est régit par la rareté. La grande Romanée Conti, c'est 6000 bouteilles par an. Or, il y a dans le monde aujourd'hui, en Chine, aux États-Unis, en Russie, bien plus de 1000 "grandes fortunes" prêtes à payer n'importe quelle somme pour en avoir une caisse…

Question

Les exportations de pinard francais se portent plutot bien, non ? Pourraient-elles mieux se porter, selon vous ?

 

Réponse : Oui, la France a exporté deux années de suite pour plus de 6 milliards d'euros de vin, c'est remarquable. Cela fait 130 Airbus, près de 300 TGV de la dernière génération. Et pourtant, vous n'entendrez jamais le président de la République s'en féliciter, ni le chef du gouvernement. En Espagne, le roi se déplace pour inaugurer la splendide Bodega Marques de Riscal. Et nous, nous dépensons de l'argent public pour expliquer que le vin donne le cancer ! Sur le fond, la France brille dans le monde par la qualité et la diversité de ses vins de propriété. Mais il est dommage que les coopératives par exemple ne parviennent pas à se regrouper d'avantage pour créer des marques, par exemple des "Danone" ou des "L'Oréal" du vin. Car pour exporter par exemple aux États-Unis, il faut être capable de livrer beaucoup de vin chaque année, et de nombreux petits producteurs français (il y en a plus de 140 000 en France) n'ont pas la taille critique pour développer les exportations.

.....

Question

Avez vous lu le texte du patron de l'Institut national du Cancer hier dans le Monde ? Qu'en pensez vous ?

 

Réponse : Les autorités sanitaires jouent volontiers les tartuffes. Le Pr Maraninchi dirige l'Inca (Institut national du Cancer) et pourtant : jusqu'à il y a très peu de temps, il était un fumeur compulsif (et je ne suis pas certain qu'il a arrêté). Avec lui comme avec d'autres, c'est "faîtes ce que je dis, pas ce que je fais". La plupart des pourfendeurs du vin aiment le boire en privé, c'est le cas du docteur Got ou d'Alain Rigaud, le président de l'Anpaa. Mais il prétendent en privé que leurs messages ne s'adressent pas aux élites, mais au peuple qu'il faut selon eux protéger contre ses propres excès. C'est un peu comme la chasse : on laisse les grandes fortunes chasser dans les chasses privées, mais on aimerait bien faire disparaître le chasseur du dimanche, avec son treillis fripé et son langage fleuri…

Question

En 20 ans la consommation de vin a diminué de 50%, ce qui n'a pas n'a pas empêché le nombre de cancer d'augmenter ? Que pensez vous de cet hygiénisme de plus en plus affirmé ?

 

Réponse : C'est délirant ! En effet, la consommation de vin a été diminuée par deux depuis 1960. Mais le nombre de cancers a explosé (on est de mémoire à près de 150 000 par an) et surtout la France est devenu sous l'égide de nos autorités sanitaires le premier consommateur au monde d'anxiolytiques et d'antidépresseurs (60 millions de boîtes l'an passé). Mais pour les élites urbaines et bo-bo, le vin est resté un symbole de la ruralité et même d'un certain archaïsme (le vin "corrupteur du peuple"). On préfère donc que les gens soient mis sous tutelle chimique à coup de Lexomil délivré par des blouses blanches, c'est plus hygiénique. Et cela rassure les dirigeants : si, en 1789, le peuple de Paris avait bu aussi peu de vin qu'aujourd'hui et avait pris autant d'antidépresseurs qu'aujourd'hui, il n'y aurait pas eu de Révolution.

Question

Ne ferait-on pas mieux de s'occuper des pesticides dans les vignobles plutôt que des risques de boire plus d'un verre par jour ? Et que pensez vous des "vins naturels" ?

 

Réponse : Après avoir beaucoup traité chimiquement sa vigne, la France fait aujourd'hui marche arrière. C'est un progrès. La vigne a en effet absorbé depuis 10 ans un tiers des 95 000 tonnes de pesticides épandus chaque année. C'est trop ! Mais attention, le vin naturel n'existe pas : le seul vin naturel, c'est le vinaigre. C'est l'homme qui, par son travail, a appris à conserver le vin, a effacer ses défauts et maladies (ascescence, piqûre, etc.). Les vins bios ont des qualités, ils sont notamment plus digestes. Mais tous les parfums et odeurs naturellement présents sur terre ne sont pas nobles ni agréables. Il faut le génie de l'homme pour réussir de grands produits.

Question

Les prix des grands crus de Bordeaux mais aussi des champagnes ont suivi les primes des traders : quand on est pourri de fric, on veut s'offrir ce qu'il y a de plus chers et les producteurs été ravis de capter cette clientèle. Dans le même temps, le prix du tonneau de Bordeaux sup n'a jamais été aussi bas. Ne croyez-vous pas que le prix des grands crus devrait baisser d'au moins 80% pour renouer avec le monde réel ?

 

Réponse : Le marché et en particulier les amateurs attendent en effet une baisse importante des prix des Bordeaux. Il faut dire que les prix étaient devenus fous : château Cheval Blanc coûtait 120 francs en primeur en 1993, 130 euros en 2001 puis 400 euros la bouteille en 2005… Dans le même temps, le tonneau de 900 litres de bordeaux oscille entre 650 et 900 euros… Tant de différence, c'est insoutenable.

.....

Question

Pourquoi les vins sont ils aussi chers ?

 

Réponse : Les très grands vins sont très chers car ils sont rares et très demandés (lire réponse précédente). La médiatisation des grandes étiquettes a mondialisé le marché. Jusqu'à il y a 30 ans, seuls un petit groupe d'initiés et de gens cultivés connaissaient l'existence de ces grands vins. Aujourd'hui, n'importe quel milliardaire Chinois sait que l'on peut spéculer en achetant des grands bordeaux, qu'une bouteille de château Ausone 2005 payée 500 euros en première tranche en mai 2006 valait 1300 euros quelques semaines plus tard… Mais attention, il y a aussi beaucoup de vins de Bordeaux, bien faits et agréables, qui sont vendus entre 3 et 4 euros la bouteille… En réalité, il y a désormais deux familles de vin. Les intouchables (étiquettes mondialement célèbres et recherchées) et les autres…

Question

Quelle est l'argument central de votre livre. Le vin est diabolisé ?

 

Réponse : Ce n'est pas un argument, c'est un constat. Il faut aller en Australie pour lire dans un stade de rugby : "buvez du vin de Bordeaux". En France, c'est interdit. Les Italiens ou les Espagnols sont fiers de leurs vins. En France, Bertrand Delanoë, à peine élu à la mairie de Paris, s'est empressé de vendre les plus belles bouteilles de la cave de l'Hôtel de Ville aux enchères. Comme si ces grands vins lui brûlaient les doigts… Et on dépense aujourd'hui de l'argent public pour expliquer que le vin donne le cancer. Pendant ce temps, les Américains s'enthousiasment pour leurs vignobles de Californie et d'Oregon…

Question

Pouvez vous nous dire comment les législations étrangères se distinguent des notres en matiere de vin ?

 

Réponse : La France a l'un des régimes les plus sévères en matière de communication sur le vin. On ne peut par exemple pas faire de publicité sur le vin à la télévision. Le quotidien Le Parisien a été condamné pour avoir publié un article sur les champagnes à la veille de Noël (l'article a été jugé trop favorable et assimilable à de la publicité : or, il n'y avait pas la mention légale "à consommer avec modération"). Je pense personnellement que cette offensive hygiéniste est soutenue en sous main par l'industrie pharmaceutique qui organise méthodiquement le remplacement du vin (qui est aussi le plus civilisé des anxiolytiques naturels) par ses pilules du bonheur et autres tranquillisants. Les gens qui rentrent chez eux après une dure journée de travail ne prennent plus un verre de saint-véran, ils prennent un cachet ! Maintenant, il faut aussi reconnaître que si la loi Évin a été votée en 1991 en France, c'est avec l'accord du vignoble ! Car cette loi a un effet protectionniste. En interdisant la pub sur le vin à la télé, on a empêché les grandes marques étrangères (Gallo, Mondavi, Torres, Freixenet, Constellation Brands, etc.) de se faire connaître en France. On a vitrifié le marché avec 98,5% de parts de marché pour les producteurs français ! Le problème aujourd'hui est qu'un produit sur lequel on ne peut pas communiquer est condamné au déclin. Cela accélère la baisse de la consommation.

Question

Que pensez vous des discussions autour de la réforme de l'AOC et des nouveaux critères de l'INAO ?

 

Réponse : La France a inventé le système des appellations, hiérarchisées selon le principe de l'origine géographique. Mais ce système sélectif a été dévoyé : on a laissé les vignerons créer près de 600 appellations, c'est trop. En plus, ce sont les producteurs qui jugeaient eux-même de la qualité des vins. Autant dire que le système n'était plus très sélectif, ce qui a conduit a vendre des vins médiocres sous le label de l'AOC (ce que nos amis Anglais, par exemple, n'ont jamais compris). Il fallait donc réformer le système. Mais la multiplicité des acteurs (appellations), des syndicats de producteurs, de négociants, etc., des interprofessions aux ramifications multiples, tout cela empêche de prendre les mesures sévères qui conviendraient. On le voit en Languedoc : la création d'une marque unique Vin du Sud est bloquée car il y a là-bas trois interprofessions qui tiennent la région et veulent conserver leurs privilèges… Il est très difficile dans notre pays de revenir sur les avantages acquis, même lorsque l'on n'a plus les moyens de les distribuer…

Question

Le guide Parker c'est vraiment LA référence en matière de vins ?

 

Réponse : L'Américain et très francophile Robert Parker a révolutionné la notation des vins. Le premier, il a rédigé des notes destinées au consommateur lambda et non pas aux seuls œnophiles initiés. Son travail (c'est un très grand dégustateur et un gros travailleur) a tout de suite séduit la communauté des amateurs américains puis le reste du monde qui pouvaient enfin lire une présentation des vins claire et accessible. Le problème est que Robert Parker défend un certain style de vins qu'il aime plus que les autres : il apprécie les vins puissants, démonstratifs, musculeux, très sensuels. Les vignerons, notamment bordelais, s'en sont rendu compte. Alors, pour espérer être bien noté par Parker et vendre leurs vins plus vite et plus cher, certains se sont mis à profiler, à modeler leurs vins pour entrer dans les canons de Parker. Ils ont ainsi contribué à uniformiser le style des vins. Mais ce n'est à l'origine pas de la faute de Robert Parker lui-même qui n'a fait que défendre les vins qu'il aimait ! Aujourd'hui, le public réclame un retour à davantage de diversité.

Lire toutes les questions et réponses: nouvelobs.com
                
                               *************

LePost
Ecoutez Hervé Morin , l' océan est assez grand pour aller naviguer en toute liberté et en sécurité. La plupart des Français se sentent conçernés, enfin presque...











10/04/2009
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion