654- La voix de son maître 24 posts VIDEOS OFF de Sarkozy



________________________________________________________________

Sarkozy en off sur le plateau de France 3

Exclu Rue89. Juste avant son interview du 30 juin 2008 dans le 19/20 de France 3, le Président Sarkozy patiente et se fait maquiller. Les micros sont ouverts.

VIDEO SUPPRIMEE INTERDICTION FR3
_


Face à face Sarkozy-Pulvar - 02:39 - 30.06.2008
envoyé par ZappeurLePost
Franchement vous n'avez pas envie de vomir?Peut on mépriser davantage une femme ,une jounaliste?

VIDEO SUPPRIMEE INTERDICTION FR3



IL VEUT SA TELE PERSO, LE PETIT !

C'est avec la remise du rapport de la commission Coppé que l'on vient enfin de comprendre la vraie raison de la volonté de réforme de la télévision publique du Gouvernement Sarkozy.


Pendant qu'on amusait tout le monde avec la suppression de la publicité sur les chaînes publiques, on préparait en douce le vrai changement : la nomination du président de la télévision publique par le Conseil des Ministres, ce qui, dans ce Gouvernement, veut dire par Sa Majesté Sarko 1er.


La mainmise du dictateur en herbe sur tous les pouvoirs continue donc son bonhomme de chemin pendant que le P.S roupille. En privant la télévision publique de ses ressources financières, Sarko la prive des moyens de se faire entendre autant que les télés privées et il enrichit ses petits copains mais, en plus, il en fait maintenant un organe de la propagande gouvernementale, comme on bon vieux temps de Radio Paris pendant l'Occupation.


On se demande maintenant ce qu'il faudrait qu'il arrive pour que les journalistes qui se prétendent libres et objectifs commencent à nous dire que nous glissons lentement mais sûrement vers un régime de plus en plus personnel et de plus en plus autoritaire. A croire que ceux qui sont prêts à s'élever contre cette dérive sont de plus en plus rares dans la presse française et sur les chaînes publiques.Ehim

http://chroniques-sarkosiennes.over-blog.fr


actualité

dessin de Delize yahoo! cartoons



Ou, télé-Sarko, retour vers le futur...

tv2008






Bonne nouvelle pour Bouygues:

L'action TF1 a plus 6% dès Mercredi soir

La Bourse ne s'y est pas trompée, et l'action de TF1 a terminé mercredi à +6%, un plébiscite en ces temps de morosité des marchés! La télévision privée est en effet la grande gagnante de l'opération déclenchée le 8 janvier par Nicolas Sarkozy, et qui a connu mercredi la fin de son premier acte par un nouveau feu d'artifice présidentiel.

La suite sera législative, puis une mise en oeuvre accélérée, puisque le président a décidé d'avancer au 1er janvier prochain la fin de la pub après 20h sur les écrans publics.

L'intention de départ était louable, et même rêvée par la gauche qui ne l'avait jamais osée: il s'agissait de libérer -enfin!- le service public de la loi de l'audimat en ne le faisant plus dépendre des recettes publicitaires.

A l'arrivée, pourtant, c'est un service public fragilisé et destabilisé, au financement plus qu'incertain, au périmètre flou, et des signes apparents de contrôle accru du pouvoir politique sur ce média-clé. Bref, il n'y a que Nicolas Sarkozy pour se réjouir du fracas illisible qu'il a déclenché,

Dans la longue liste des mécontents, figurent d'abord les personnels de l'audiovisuel public qui criaient mercredi à la catastrophe.

Mais on trouve aussi les opérateurs télécom et les fournisseurs d'accès internet, transformés en principale vache à lait pour compenser la perte de revenus: la logique de taxer un secteur prometteur pour en sauver un autre est plus que discutable. Et, surtout, tout cela finira sur la facture de l'utilisateur, même celui qui n'a pas la télévision! Nicolas Sarkozy a même augmenté l'ampleur de la ponction proposée, dont la légalité européenne est déjà contestée, et l'efficacité globale douteuse.

En annonçant son plan mercredi, le chef de l'Etat savait ce qu'il faisait: "J'assume pleinement, je vois déjà les critiques", a-t-il dit. Elles n'ont pas manqué du côté de l'opposition, centriste ou socialiste, qui a consacré ses attaques notamment sur la petite bombe du jour, la décision la plus politique: celle de faire nommer le président de France Télévision directement par le gouvernement, et non plus comme aujourd'hui par le CSA. Pas vraiment une avancée démocratique – même si, admettons-le, le cordon n'avait jamais été réellement coupé.

Il fallait donc être doté d'un sérieux volontarisme pour se réjouir, comme l'a fait Nicolas Sarkozy, du vaste débat engagé par son initiative. Car c'est sur la méthode autant que sur le fond que cette réforme est contestable. Le chef de l'Etat a destabilisé un secteur avant de proposer de le sauver avec des recettes dont la viabilité reste à prouver. Et il a pris soin de bousculer tout le monde en permanence, qu'il s'agisse de la ministre de tutelle, lors de l'annonce du 8 janvier, ou de la Commission Copé mercredi dont il a charcuté les propositions.

Dans cette affaire, la méthode Sarkozy a tourné court. Sauf à considérer, avec la Bourse, qu'il y aura bien à l'arrivée des gagnants et des perdants; Et que ce sont les chaînes privées qui sortiront renforcées de ce big bang chaotique.

Pierre Haski (Rue 89)



dessin  de  chimulus pour Le Post






UN COUP GRAVE A L'INDEPENDANCE DES MEDIAS,TF1 en rêvait,Sarkozy l'a fait...

La proposition-surprise de Nicolas Sarkozy de faire désormais nommer le président de France Télévisions par le gouvernement - et non plus par le Conseil supérieur de l'audiovisuel -, sauf véto d'une majorité qualifiée de parlementaires, a également provoqué l'inquiétude de l'opposition.


Le président "porte un coup grave à l'indépendance des médias", ont estimé les députés PS, qui ont claqué la porte de la commission Copé début juin.


"Sur la gouvernance de France Télévisions, le président de la République porte un coup grave à l'indépendance des médias puisqu'il prévoit à l'avenir de nommer lui-même le président de France Télévisions après avis d'un CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel: ndlr) dont on connait aujourd'hui la composition monocolore", estiment Patrick Bloche, Michel Françaix et Didier Mathus dans un communiqué.


Pour les parlementaires PS, "plus que jamais, la réforme prétendument historique de l'audiovisuel public n'est là que pour masquer les multiples cadeaux faits récemment aux chaînes privées", tels que le projet d'augmenter le volume publicitaire sur leurs antennes. "Plus que jamais, TF1 l'a rêvé et Sarkozy l'a fait!", estiment les députés de l'opposition.


L'ancien ministre de la Culture Jack Lang (PS) a déploré, lui, "une régression", après que Nicolas Sarkozy a dit vouloir que le président de France Télévisions soit à l'avenir nommé par l'exécutif.
"C'est une régression. On revient à la période ante-1981", a jugé M. Lang sur Public Sénat.
A l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, "nous avions souhaité en 1981 couper autant que possible les liens entre le pouvoir exécutif et les chefs de télévisions et de radios, en faisant nommer les présidents de ces établissements par une autorité aussi indépendante que possible", a-t-il dit.
Actuellement, "il n'y a pas une immixtion directe du pouvoir" dans les médias, "les chemins sont beaucoup plus subtils", a estimé le député socialiste.
"Mais il n'est pas impossible que derrière toutes ces réformes il y ait la volonté d'une double mainmise: mainmise via le service public (...) et mainmise à travers des amis du pouvoir ici ou là dans les chaînes privées", a-t-il ajouté.


Le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Jean-Pierre Jouyet a d'ailleurs, bien que faisant partie du gouvernement, déclaré également jeudi qu'il n'était pas favorable à la nomination directe par l'exécutif du président de France Télévisions, annonce faite pourtant mercredi par Nicolas Sarkozy.
"Il y a un parfum Ve République du début qu'il vaudrait peut être mieux éviter et faire en sorte qu'il n'occulte pas le reste de la réforme", a-t-il expliqué sur Canal+. "Je crois qu'il est normal que le président de France Télévisions soit désigné par un actionnaire mais je trouve qu'il est normal aussi qu'il y ait un contrôle par le Parlement", a-t-il ajouté. "Je préférerai qu'il soit désigné par le Parlement pour être clair", a-t-il conclu.

http://tempsreel.nouvelobs.com

Bonne Nouvelle:
Les seules pubs présentes sur le service publique seront celles de la propagande gouvernementale!

http://kprodukt.blogspot.com


Laurent



Laurent

Visitez son site lire_la_suite78 http://roots73.free.fr/sarkoshow.htm













26/06/2008
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion