614-La préparation du Congrès du PS 18 posts

dossier rassemblé par Marc Baldy,avec AP,NouvelObs.com,Le Point,Yahoo,Google,
Rue89...

                                               -°-
Le Congrès du Parti Socialiste aura lieu, probablement à Toulouse, du 7 au 9 novembre 2008.Pour le moment voici l'état des candidatures "quasi-déclarées",
"possibles" à la tête du PS et les "non-candidats proclamés" tel qu'il a été établi par le NouvelObs.com,le 26 mars.

François Hollande qui se retire après un succès a précisé qu'il n'y a pas de candidature officielle à ce jour.Après 11 années  contrastées à la tête du PS, il a justifié sa décision de maintenir le congrès à la date normale de l'automne, contrairement à ce que souhaitaient les partisans de Ségolène Royal, qui prônaient une anticipation.

Le dernier numéro du Point qui consacre sa couverture à Ségolène Royal,publie un dossier à cette "candidature" évidente. Elle même dans cette interview a admis"réfléchir" à une éventuelle candidature à la direction du PS avant le prochain congrès de novembre.
Bertrand Delanoë a  mis en garde son parti contre la tentation de l'alliance avec le centre prônée par Ségolène Royal.L'aile gauche du parti jubile avec le député européen Benoît Hamon, qui estime que "la modernité aujourd'hui est d'accepter de dire que cette offre politique de centre gauche [les] a fait échouer" aux deux dernières présidentielles.Le plus étonnant c'est que des partisans de DSK comme Sandrine Mazetier,Pierre Moscovici ou des "modérés"comme Bruno Le Roux  partagent ce constat.

François Hollande a invité ses successeurs à faire de cette période intermédiaire jusqu'à la convention du 14 juin "une phase de travail collectif". Pour ce faire, il a annoncé la création d'un "conseil des territoires" pour coordonner les politiques des villes, départements et régions socialistes, ainsi que de trois groupes de travail sur les retraites et la protection sociale, la fonction publique et la réforme de l'Etat, et la présidence française de l'Union européenne.
Il veut ainsi éviter que le PS ne refasse l'erreur commise après les élections régionales de 2004 en s'endormant sur ses lauriers.Le conseil des territoires a immédiatement jugé superflu compte tenu des structures qui regroupent déjà les élus socialistes par plusieurs responsables nationaux.

Plusieurs blogs et organes de presse font état des regroupements et associations de courants de militants et de responsables qui "travaillent" à la succession de Hollande.La préparation du Congrès du Parti socialiste concerne  les militants du PS,évidemment,mais pas seulement eux.De ses décisions dépend en partie l'avenir des Français.Les  militants des autres formations politiques de gauche sont eux aussi concernés.Le PS est devenu,à gauche le pole principal.Pour gagner il a besoin d'alliances.Selon que les socialistes choisissent l'union avec la gauche toute entière ou avec le centre dépend aussi la vie et la représentativité des autres partis et des autres organisations.Le PS voudra t'il rassembler ou se claquemurer?Le MRC,le PRG par exemple,seront-ils intégrés,absorbés,associés,respectés ou rejetés?Qu'en sera t'il de la gauche de la gauche?Ce sont des questions qui doivent aussi être posées.Y aura t'il une stratégie ou celle-ci sera t'elle entre les mains des organisations locales?Tout dépend évidemment de l'isue des débats et des hommes et des femmes qui auront la responsabilité d'appliquer les décisions.

Voici la liste du NouvelObs.com:


Les quasi-déclarés

- Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes:
"Je pense qu'il faut avoir la capacité de remplir plusieurs conditions" et "d'abord de présenter aux Français un projet crédible, solide, cohérent". "Je le ferai avec d'autres, bien évidemment, en rassemblant le plus largement possible toutes celles et ceux qui voudront s'engager dans la définition de ce projet et ensuite les militants se prononceront." (Dimanche 16 mars)

- Julien Dray, porte-parole du PS, député de Seine-Saint-Denis
"Si la question est de savoir si personnellement, aujourd'hui, dans ma réflexion personnelle je me sens prêt à assumer la fonction de Premier secrétaire du Parti socialiste, ma réponse, elle va être simple: j'y suis prêt". "Pas simplement parce que c'est un caprice, pas simplement parce que c'est mon tour, pas parce que j'ai une envie: parce que moi, je sais ce qu'est le Parti socialiste. C'est ma vie, ça fait 25 ans que je milite au Parti socialiste". (Grand rendez-vous Europe-1/TV5Monde/Le Parisien-Aujourd'hui en France, Dimanche 17 février )

- Pierre Moscovici, député du Doubs
"Oui, cela m'intéresse. Je ne fais pas semblant. Il faut d'autres perspectives qu'un combat des chefs. (…) Il faut des hommes et des femmes capables de se dévouer totalement à un programme de travail pour le Parti socialiste, la rénovation de sa pensée, de son discours, la réflexion sur ses alliances et la création d'une machine politique plus efficace qu'elle ne l'est aujourd'hui. Moi, je suis prêt à faire cela." (Mardi 8 janvier )

Ceux qui ne disent pas non

- Bertrand Delanoë, maire de Paris
"Je ne demande rien, je ne suis candidat à rien mais je trouve assez curieux que je sois le seul pour lequel on pense qu'un mandat local c'est vraiment le maximum qu'il puisse faire. Je ne suis ni meilleur ni pire que les autres". "Il faudra un vrai premier secrétaire, quelqu'un qui ait l'autorité, la force pour remettre en route le PS et pour s'opposer à la droite." (Dimanche 24 février, Radio J)

- Martine Aubry, maire de Lille
"Nous devons de toute urgence nous mettre ensemble autour de la table", a ajouté Mme Aubry. "Il est urgent de dire 'nous' et pour ça, je suis toujours candidate". (Dimanche 16 mars )

Ceux qui disent qu'ils ne seront pas candidat

- François Hollande, premier secrétaire du PS sortant:
"Dans quelques mois, je ne serai plus premier secrétaire du Parti socialiste." (Dimanche 16 mars )(NDLR En revanche il ne refuse pas l'idée d'être candidat à la candidature pour les présidentielles de 2012)

- Arnaud Montebourg, député de Saône-et-Loire:
"Je ne suis pas candidat, pour une raison simple, c'est qu'on a déjà trop de candidats et il en faut plutôt moins que plus". (14 septembre 2007)
                                     -°-

LE POINT
 Bakchich.com donne une explication dont nous laissons la responsabilité à bakchich.com:FOG a remplacé BHL auprès de Ségolène Royal.Ce qui expliquerait la "cover" et l'interview que nous citons plus haut.Voici le papier.

Bakchich

"Les initiales ont changé mais le rôle reste le même : FOG a détrôné BHL auprès de Ségolène Royal. Pendant la campagne présidentielle, Ségo raffolait des dîners avec le philosophe Bernard-Henry Lévy, il lui donnait des conseils politiques, lui écrivait des discours… et surtout ne cessait de lui dire qu'elle était belle !

Changement de cavalier ! Depuis qu'ils ont déjeuné ensemble, il y a deux mois, aux Charpentiers dans le 6éme arrondissement de Paris, le patron du « Point » est le nouveau confident, le nouveau coach de Ségolène Royal.

Une envolée sur RTL

Le compagnon à la ville de Valérie Toranian, la patronne de Elle, ne s'en cache pas : avec Ségo, ils se téléphonent sans cesse, se voient régulièrement. Et les retombées médiatiques de cette nouvelle entente n'ont pas tardé à venir. « Quand je lui ai rapporté hier les critiques de ses adversaires, Ségolène Royal a souri » s'enflammait FOG, samedi 22 mars dans sa chronique politique sur RTL. Le journaliste fait le job comme on dit d'un bon entraîneur, il loue « la hauteur », « l'envol » de Ségolène, descend ses adversaires, ravalant au passage Martine Aubry au rang de représentante du « socialisme bureaucratique et autocratique ».

Pour FOG, jadis chantre de Chirac puis de Sarkozy, « pour l'atteindre et la faire tomber, il faudra que les rivaux de Ségolène Royal visent bien ». A ses yeux, la messe est dite ou presque.

Cover du Point et interview fleuve

Reste le navire amiral, si l'on peut dire, le Point de cette semaine. Cover, papier dithyrambique sur la « rock star », la « nouvelle Ségolène Royal » et interview-fleuve où l'ancienne candidate récite « les penseurs dont elle se sent proche : Montaigne, Montesquieu, Durkheim, Hannah Arendt, Michel Foucault, Albert Camus » (sic). Même les proches de l'ancienne candidate n'ont pu s'empêcher de se marrer en découvrant cet inventaire à la Prévert !

Ségolène, comme Chirac jadis, l'apprendra peut-être à ses dépens : FOG a la fâcheuse habitude de prendre des notes et de publier les confidences de ses anciens amis, quand les temps changent."





28/03/2008
28 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion