475-Sarkozy nomme le directeur des Echos! 2 posts

"Charlie Hebdo" - Semaine du 21 novembre 2007

Siné sème sa zone

(...)

J'en ai plus que marre d'entendre le petit bonhomme prétentieux qui veut péter plus haut que son cul, qu'un peu plus d'une moitié de nos compatriotes inscrits sur les listes électorales - ce qui est loin, en fait, d'être une vraie moitié mais bien plutôt un petit tiers - ont élu inconsidérément aux commandes de notre Etat, claironner partout qu'il est le représentant de tous les Français ! Il n'est en aucun cas le mien ! Il n'est que celui des égarés qui ont voté pour lui, basta ! Je lui dénie tout droit de se revendiquer mon porte-parole ! Je ne l'ai aucunement mandaté, nom de Dieu de bordel de merde ! Au contraire ! J'ai tout fait pour l'éliminer, ce zozo ! Qu'il arrête donc de prétendre "les Français m'ont élu"... faux, archi-faux ! Menteur, arracheur de dents, falsificateur, imposteur, tricheur, truqueur... S'il est vrai qu'une grosse moitié des Français ont voté pour ce corniaud, ce n'est pas une raison suffisante pour que la petite moitié qui reste ferme sa gueule, s'écrase, subisse et soit terrassée par l'arrogance des plus nombreux. Surtout qu'il est manifeste que dans tous les domaines sans exception, hormis cette satanée politique qui obéit à l'injuste loi démocratique, la raison du plus fort n'est jamais la meilleure ! Il crève les yeux que la majorité choisit systématiquement le plus mauvais. Elle préfère, de loin, Johnny Hallyday à Chet Baker, Bernard Buffet à Hans Bellmer, J.K. Rowlnig (auteure d'Harry Potter) à Bukowski ou Luc Besson à John Cassavetes. La majorité, c'est pas le pied !

________________________________________________________________

Sin_





logo_Contre_Info

Jean-François Kahn : "que les gens qui gagnent 600 fois le SMIC, soient ramenés à 200 ou 150 fois au nom de l'équité"

21 novembre 2007

« Oui a l'équité, mais mettons tout sur la table et décidons que toutes les iniquités seront supprimées. Je suis pour que tout le monde ait le même régime de retraite. Pourquoi se focaliser sur les cheminots, les électriciens ? Pour d'autres, on va même leur jusqu'à leur accorder 15 milliards d'euros de plus d'avantages. » JF. Kahn s'est exprimé au micro de France Culture sur les mouvements sociaux, la situation de la France et les médias.

(...)

"Il y a encore deux télévisions d'opposition au Venezuela. Pouvez-vous me citer des télévisions d'opposition en France ?"

lire_la_suite78http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1453






EFG





DE PLUS EN PLUS FORT:SARKOZY NOMME LES DIRECTEURS DES JOURNAUX!

Sarkozy annonce aux Echos le nom de leur patron

Lors d'une rencontre à l'Elysée avec des journalistes du quotidien, le Président a annoncé la nomination de Nicolas Beytout.

Vendredi soir, Palais de l'Elysée. En pleine semaine de grève, le président de la République reçoit le directeur de la rédaction Erik Izraelewicz des Echos, et quelques membres de la rédaction en chef du journal. Ceux-ci s'attendent à ce que le Président discute de la semaine sociale, du pouvoir d'achat...

Mais très vite, ce dernier met la discussion sur un terrain plus sensible, pour ses visiteurs: le rachat du premier quotidien économique français par le milliardaire Bernard Arnault, une opération contre laquelle ceux-ci se battent depuis le début de l'été.

Erik Izraelewicz (DR).Erik Izraelewicz et ses collègues n'en croient pas leurs oreilles. D'un ton cassant, Nicolas Sarkozy leur déclare qu'ils sont idiots de refuser le rachat, qui a été annoncé le 5 septembre: Bernard Arnault, leur explique le président, est un homme très bien, et "il va investir" dans leur journal...

Catherine Pégard, la conseillère de l'Elysée qui a organisé la rencontre, semble surprise du tour pris par la conversation. L'ex-journaliste politique au Point pensait sans doute également que le Président avait prévu d'échanger sur l'actualité économique et sociale.

Arnault, ami proche de Sarkozy (il a été son témoin de mariage) a déboursé 240 millions d'euros pour reprendre le titre économique au groupe britannique Pearson. Pour protester contre cette annonce, une large majorité de la rédaction avait voté la non-parution du quotidien (par 162 salariés contre 12 et 7 abstentions).

Pour un quotidien économique, il n'est jamais sain d'être détenu par un acteur important de l'actualité des affaires, qui plus est lorsqu'il est présidé par un intime du chef de l'Etat.

A la fin de l'entretien de vendredi soir, Nicolas Sarkozy lâche, sec:

"Et Nicolas Beytout?"

Silence de mort des visiteurs, estomaqués. Beytout, directeur des rédactions au Figaro, était l'un des invités de la soirée de victoire au Fouquet's, au soir du second tour de l'élection présidentielle. Pour Nicolas Sarkozy, Beytout, un journaliste, serait une garantie d'indépendance.

Rompant le silence, Sarkozy répète:

"Et Nicolas Beytout?"

Nicolas Beytout (DR).C'est désormais officiel: le Président de la République annonce lui-même les nominations des patrons de presse! Nicolas Beytout, actuellement directeur des rédactions du Figaro aurait négocié un poste plus large que celui de simple directeur de la rédaction des Echos (qu'il a déjà occupé): il serait nommé à la tête du holding qui coiffe Les Echos, DI group ou d'une nouvelle structure nommée LVMH Médias.

Et serait chargé de mener la stratégie d'investissements du groupe Arnault dans divers médias: papier (Pearson compte encore vendre le Financial Times), audiovisuels (que va faire Bouygues de TF1?), ou internet.

Beytout, que nous avons contacté dimanche, s'est déclaré surpris par la scène de l'Elysée: "Je ne suis pas au courant. Mais racontez-moi, que s'est-il passé?". Interrogé sur son départ du Figaro, il a démenti, tout en ajoutant: "Je n'ai pas parlé à mon actionnaire [Serge Dassault, ndlr]".

Un jeu de chaises musicales entre Le Figaro et Les Echos

Selon des sources internes au Figaro, tout serait déjà bouclé, et un remaniement de la direction de la rédaction pourrait être annoncé dès ce lundi.

Etienne Mougeotte (Charles Platiau/Reuters).Pour remplacer Beytout à la tête des rédactions du groupe de presse, Serge Dassault ferait appel à un petit nouveau: Etienne Mougeotte, ex-numéro 2 de TF1, récemment recasé à la tête du Fig-Mag.

Pour seconder Mougeotte, Jean-Michel Salvator, directeur adjoint du Figaro prendrait la tête du quotidien et Alexis Brezet, directeur adjoint du Fig-Mag prendrait la tête du magazine.

En interne, les équipes du Figaro sont particulièrement démotivées par ce nouvel épisode. Une partie des cadres craignent des interventions de plus en plus fréquentes de l'actionnaire. Selon l'un d'entre eux:

"Beytout a fait environ 1 000 numéros, et pas un jour il ne s'est senti en danger. Il a refusé plusieurs papiers que voulait imposer Dassault, et j'ai été surpris de sa longévité. Il avait assez d'étoffe pour résister. Pour nous, son départ est potentiellement une catastrophe."

Mais un autre confrère, lui aussi sous le sceau de l'anonymat, tempère:

"Beytout répète dans tous les dîners en ville que le Figaro ne s'est jamais aussi bien porté que depuis qu'il en est le directeur, mais ça commence à se savoir que l'ambiance n'est pas bonne et que les résultats ne sont pas éblouissants."

Les recettes publicitaires auraient fortement reculé sous sa direction, et les chiffres de diffusion ne seraient pas folichons, alors que la tendance générale en cette année électorale a été plutôt favorable aux quotidiens.

A.S., D.S. et P.R.



18/11/2007
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion