318- Ministres et conseils au PS /IIIème Empire et gens de plume par Francoismitterrand2007 7 posts

Ministres et conseils au PS  http://francoismitterrand2007.hautetfort.com

  L'opposition ne peut être qu'inconditionnelle. Les socialistes n'ont d'autre choix que celui-là s'ils veulent préserver l'essentiel lors des prochaines élections législatives et entamer la reconquête. Je les conjure d'en finir avec ces déclarations de tiédeur répétées inlassablement depuis 2002 sur les vertus d'une opposition « responsable », « lucide mais déterminée » et autres mièvreries destinées à complaire aux puissances d'argent. Avec le nouvel élu, il ne saurait être question d'adopter la posture frileuse de l'opposition « réaliste », ce pauvre masque dont la fonction est de dissimuler les plus lâches renoncements. 

  De ce point de vue, le gouvernement Fillon est une bénédiction. J'y discerne de grandes faiblesses. Les postes clés y sont occupés par des amateurs qui plaisent à TF1 mais qui seront sources de bien des difficultés pour le nouveau Premier ministre.

  Commençons par Kouchner. C'est un homme qui a beaucoup de qualités, (personnellement j'ai toujours été bluffé par sa capacité à se tirer les larmes sur des plateaux de télévision, quasiment sur commande), mais il ne possède aucune de celles qui font les grands ministres des Affaires étrangères. Les socialistes devront impérativement lui mener une vie d'enfer, notamment lors des séances de questions d'actualité. Il faut qu'à chacune de ces interpellations soient prononcés les mots de « trahison », « traîtrise », « félonie », « parjure », « désertion », « déloyauté »… Il doit devenir la cible permanente du PS. Cette entreprise doit être menée systématiquement, constamment et inlassablement, à l'Assemblée comme ailleurs. Que les jeunes parlementaires socialistes, si ils sont élus ou réélus plantent chaque jour leurs crocs dans ses jarrets. Vous verrez le résultat, Kouchner y perdra ses nerfs, et comme il comprendra vite qu'il s'est fait rouler par le nouvel élu, qu'il est juste bon à passer à la télévision et que pour le reste, il n'est qu'un paillasson, il quittera le gouvernement sur un esclandre qui causera grand tort à ceux qui l'ont débauché. Cette affaire là peut être menée en six mois maximum. Ce sera le premier fiasco du tandem au pouvoir.

 Autre cible de choix, Rachida Dati. Je l'ai bien observée durant la campagne, elle n'a pas de nerfs. C'est une impulsive emportée, fébrile ... Elle n'est dotée d'aucune des qualités qui font les grands Gardes des sceaux....

  Boorlo présente aussi nombre de faiblesses à exploiter . Il faut sans plus attendre entamer une campagne sur le maintien de son épouse au journal de 20 heures d'Antenne 2. Elle doit y officier de nouveau durant la campagne des législatives, il faut dénoncer sans attendre cette "collusion". Si on l'a retirée pour l'élection présidentielle, élection qui ne concernait pas son époux, pourquoi revient-elle dans une période où celui-ci entre au gouvernement et est candidat à des élections législatives? D'une pierre deux coups, puisque cette affaire aurait aussi le mérite de rappeler aux Français l'inféodation des puissances médiatiques au nouvel élu.

  Ce gouvernement comporte encore bien des faiblesses : Hortefeux, un faible ; Pécresse, une bourgeoise désincarnée ; Bachelot, une fausse gentille incompétente ; Boutin, une illuminée ; Alliot-Marie, une psychorigide sans âme … Je pourrais ainsi définir une stratégie de combat à l'encontre de chacun de ces zozos, mais la place manque aujourd'hui.

 

  Quant au Premier ministre, il conviendra de l'ignorer complètement pour mieux souligner en toute occasion son inexistence politique et se consacrer à la seule cible qui compte, l'invraisemblable président que les Français ont élu par accident.

 

  Je m'en veux presque d'avoir à donner ces conseils de simple bon sens politique aux socialistes, c'est vous dire mon inquiétude, mais les choses étant ce qu'elles sont à ce jour, il faut bien apprendre à réapprendre ce que doit être une opposition digne de ce nom (et de ses électeurs) qui entend devenir majorité avant 2017.
 

IIIe Empire et gens de plume

  On s'offusque beaucoup dans certains milieux de la presse parisienne de la promotion de Mme Pégard du « Point » au poste de conseiller auprès du président de la république. Des gens de bonne volonté et de bonne conscience s'interrogent sur les relations qu'a pu entretenir Mme Pégard avec le candidat de l'UMP tout au long de cette campagne présidentielle, témoignant ainsi d'une naïveté que je n'hésiterais pas à qualifier deconfondante. 

  Lorsque j'étais en activité, cette dame m'avait déjà été signalée comme étant de droite et traçant sa carrière dans le sillage des élus de droite. Je ne vois donc pas pourquoi tous les journalistes français feignent la surprise. On m'a même rapporté que mon successeur la connaissait très bien et lui portait une sorte d'affection (j'espère que le mot est approprié) amusée, tenant à son sujet des propos que son chauffeur, M.Laumond, répétait à qui voulait bien les entendre, ce qui, parait-il provoquait beaucoup d'hilarité dans les rangs du RPR, et beaucoup moins du côté d'un xxxxx du centre de la France. 

  Mme Pégard est très amie avec Pierre Charon, un proche du nouvel élu. Pour l'anecdote, c'est lui-même qui avait suggéré à la journaliste de changer la photographie ornant sa page du « Point » consacrée à la communication de l'UMP. « Tu fais trop vieille et trop ringarde, re-looke toi ma cocotte ! » lui avait-il dit avec une certaine franchise. On voit bien que tout cela ne date pas d'hier et il faut être un sacré gogo pour croire à une subite conversion de Mme Pégard aux vertus du IIIe Empire instauré officiellement hier.

----------------

  A quoi va bien servir Georges-Marc Benamou à l'Elysée ? A gonfler les frais de bouche de cette maison, sans nul doute, sinon, je ne vois pas. A moins qu'il ne soit là pour écrire la geste du IIIe Empire ? Voilà qui serait plaisant, surtout si le nouvel élu lui fait l'honneur de le convier à sa table. Benamou adore être invité et aussitôt après, il raconte n'importe quoi à n'importe qui pour se rendre intéressant. Pierre Bergé lui avait donné de mauvaises habitudes. Moi qui ai eu la faiblesse de partager dans mes restaurants familiers quelques déjeuners et dîners avec lui, je ne l'ai jamais vu proposer de régler la moindre addition ou s'enquérir, ne serait-ce que par bon ton, de la manière dont serait payée la note. Au contraire, il baissait les yeux lors du règlement de ces petites affaires, faisant mine d'être très absorbé par des réflexions profondes relatives aux sujets que nous venions d'évoquer au fil de la conversation : Danielle Darrieux, Martine Carol, Romy Schneider…

http://francoismitterrand2007.hautetfort.com/



17/05/2007
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion