1357- TOUT 92 posts

Tout !

L'édito du jour

      

                                Jean-Claude Souléry                                                            
                                    

Rien à dire. Le discours d'Emmanuel Macron est intellectuellement parfait. écologiquement pragmatique. économiquement rationnel. Politiquement habile. L'ennui, c'est qu'en langage de Gilets jaunes on appelle ça du « bla-bla ». Complètement à côté de la plaque. Quand il dit «nouveau contrat social», eux répondent « insurrection citoyenne ». Il parle comme l'« ancien monde », eux s'imaginent être déjà dans le prochain.

 

Notre Président croyait-il un seul instant que tous ces Français avaient pris depuis dix jours la peine d'enfiler leur gilet jaune, d'occuper les places, rocades, bretelles d'autoroutes en klaxonnant de rage, pris la peine d'affronter les premiers froids et les CRS en se relayant jusqu'à pas d'heure, pour se satisfaire au bout du compte d'un simple plaidoyer présidentiel en faveur de l'air pur et de l'écologie ?

Croyait-il qu'il leur suffirait qu'on adapte quelque taxe selon le cours du pétrole, qu'on subventionne ici un véhicule vert, là une fenêtre isolante, qu'il leur suffirait d'entendre ce que d'autres gouvernants avaient déjà proposé, une nouvelle concertation, un nième Grenelle de trois mois, pour que nous sortions comme par enchantement hors du cercle infernal des ronds-points de la colère ?

Autrefois, les utopistes s'écriaient : « Nous voulons tout ! » Et c'est précisément ce qu'exigent les Gilets jaunes. Le gasoil moins cher, mais aussi « tout moins cher ». à commencer par le gaz, l'argent du gaz,  le beurre  et la crémière, sans oublier l'extinction immédiate du paupérisme !

Et malheur à qui oserait critiquer le raisonnement politique d'un de ces révolutionnaires périurbains – celui-là, qu'il soit Président, politicien ou éditorialiste, serait aussitôt désigné comme « ennemi du peuple » avec toutes les représailles qui vont avec.

Comment dès lors retrouver les procédures normales de la démocratie et du dialogue qui, à bien des égards, étaient celles d'autrefois ? Serait-il trop tard ? En ayant affaibli les partis traditionnels de droite et de gauche ainsi que les syndicats, les corps intermédiaires ou les collectivités locales, le « nouveau monde » d'Emmanuel Macron se retrouve seul, livré pieds et poings liés à cette sorte d'autogestion made in Facebook où il suffirait de vouloir, de crier et de cliquer.

Oui, des Français sont à la peine, ils n'en peuvent plus, sont justement excédés, et il faut vite leur répondre socialement.

Cependant, il serait temps d'affirmer aussi quelques vérités à certains Gilets qui revendiquent plus que de raison. Lorsqu'« on » exige la démission pure et simple du Président, ou encore la dissolution de l'Assemblée nationale, lorsque, de surcroît, on veut remplacer tout « ça » par le « pouvoir direct du peuple » comme on l'entend sur les barrages, quand le discours est à l'injure, que la colère tient lieu d'idéologie et qu'on va jusqu'à dénoncer « la vaisselle de l'Elysée », de deux choses l'une : ou bien, on fait réellement la révolution avec les risques et inconvénients qu'on devine, notamment de gros dégâts sur le pavé – ou bien, on redevient adulte,  on se parle et on se calme.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


28/11/2018
99 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 231 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion