1340 - Le café de Gambetta 201 posts

 

 

 

 

 

bistro des halles..jpg

 

Congrès de Versailles :La France insoumise  boycotte le Congrès à Versailles, le 9 juillet. Ils ne faudrait pas qu'ils oublient qu'ils sont députés de la Nation!!!

 

  Le parti de Jean-Luc Mélenchon a pris sa décision ce mardi 3 juillet. Les Insoumis estiment qu'ils n'ont pas "à servir de pots de fleurs à la communication présidentielle". Ils regrettent de ne pas pouvoir répondre au discours du Président.

 

Mais la Constitution, ce n'est pas un gadget. C'est ce qui régit les lois de la République. Et cette Constitution, si elle permet, depuis Sarkozy, au président de la République de s'exprimer devant les parlementaires réunis en Congrès, n'autorise pas les parlementaires à lui répondre, en vertu de la séparation des pouvoirs. Le Président n'est pas responsable devant le Parlement ; il l'est devant les Français.

Alors certains disent que ce décalage, c'est encore l'expression de l'affaiblissement du Parlement. Mais il faut rappeler que le la perte d'influence du Parlement ne date pas d'hier !. Cela a commencé avec l'élection du président au suffrage universel en 1965 (de Gaulle voulait mettre fin à l'instabilité gouvernementale et aux combines des partis), et ça s'est poursuivi avec le quinquennat et avec la réforme constitutionnelle de 2008 voulue par Nicolas Sarkozy. François Hollande l'a utilisée.

 

On peut vouloir tout révolutionner, mais pour ça il faut être élu à la tête de l'État ...et obtenir une majorité qualifiée( 3/5 des voix du Congrès :Chambre des députés et dt Sénat)!  J'ajouterai que le Président Macron a conçu ce rendez-vous comme un point d'étape annuel (un peu comme le "discours de l'Union" aux États-Unis). Et il compte donner, cette année, les premiers éléments de son plan anti-pauvreté. Cela peut "accessoirement" intéresser les députés Insoumis. 

On peut s'opposer, on peut protester, mais il y a des rituels républicains. Et le Congrès à Versailles en est devenu un.

 

D'ailleurs, regardez les communistes : ils n'étaient pas présents l'an dernier. Et bien cette année ils se sont ravisés, ils seront là. Alors ils exprimeront leur mécontentement d'une manière différente : ils ont décidé de se réunir avant le discours d'Emmanuel Macron devant la salle du Serment du jeu de Paume, là où est née la République, pour réclamer une République plus démocratique. Mais ils ne laisseront pas leur bancs vides, cette fois.

 

Et c'est leur boulot d'être là. Ils sont les représentants du peuple! Siéger au Parlement ce n'est pas à la carte, ils sont payés pour ça. Vous savez, les Insoumis ne se rendent pas service en désertant le Congrès. Parce qu'en faisant cela, ils font la démonstration qu'ils ne servent à rien, qu'ils n'ont pas de pouvoir. On peut être "opposant" sans chercher à toujours vouloir faire un coup.

 

Jean-Luc Mélenchon est très fort pour faire du bruit, pour s'agiter. Il fait feu de tout bois. Il tend maintenant la main à Benoît Hamon alors qu'ils s'étaient écharpés avant la présidentielle. Il se montre en meeting avec Podemos, comme lundi soir à Madrid, et se fâche avec le Grec Alexis Tsipras.

Il se réjouit de la rencontre entre FO et la CGT, alors qu'il y a peu il exprimait sa colère contre ces syndicats qui ne voulaient pas manifester avec lui. Il jubile de voir l'équipe d'Allemagne échouer au Mondial. Il félicite Macron pour son discours sur Simone Veil. Ça part dans tous les sens.

Sans compter que dans son propre camp, il y a des tiraillements sur la composition de la future liste pour les Européennes. Une partie des Insoumis lui reprochant de tirer la couverture à lui et à ses proches.

Que Jean-Luc Mélenchon revendique une posture radicale , c'est son droit. Mais à force de faire tout et n'importe quoi, il donne l'impression de n'être que dans la théâtralité du pouvoir.

 

Marco d'après un texte de Françoise Ber.

 

 
 

Bouchers vs Vegans, dessin du jour par Soulcié

Aucun texte alternatif disponible.

 

Espère : Claude Parriel  nous a quittés    

Claude Parriel  nous a quittés                                           
                                Claude Parriel  nous a quittés                                                            
                                    

Mercredi 8 août, l'église d'Espère s'avérait être trop petite pour contenir les très nombreuses personnes venues accompagner Claude Parriel, âgé de 88 ans, à sa dernière demeure. D'un abord agréable, discret, jovial et très dévoué, chacun se souviendra de ces nombreuses années passées au service de sa commune : conseiller municipal, mais surtout 2 mandats de maire au cours desquels s'est opérée la transformation du centre du village avec la construction d'une belle salle des fêtes et l'aménagement d'un parc attenant.

 

Membre du club cyclo et du club amitié et loisirs espèrois, il s'était fait de nombreux amis au cours de sorties et voyages où chacun appréciait son humour et sa grande convivialité.

C'est au cours d'une cérémonie très touchante que ses enfants et ses petites filles lui ont fait un éloge profond. Ce fut ensuite un rappel de quelques anecdotes amicales par le coprésident du CAL, avant une longue prestation du maire à l'égard de son prédécesseur qui a marqué un grand attachement à sa commune. Le clou final fut un solennel «Alléluia» chanté avec brio par son fils Laurent. Nous présentons nos condoléances à toute sa famille.

correspondant de La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



04/07/2018
201 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 228 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion