1335- Le bistrot de Marco 39 posts

    
 

 

 

 

 

 

            

 
 

 

                                                      
                    
                                                
    •                      
                              
                                        
                          
      Marco                                                                                                                                                                             ·                                                                                               

      Marco

      Rien ne m ' irrite plus que des raisonnements binaires résultant d ' affirmations datant d'avant la fin de la guerre de 14-18...Alors que le monde est devenu un grand village et qu'il change du tout au tout en quelques mois. Voir le monde en noir et blanc à l'époque du tout numérique et de la mondialisation, ce n'est pas une erreur mais un crime, comme de se croire dans une société démocratique qui applique les règles de la IIIème République alors que nous sommes dans une guerre sans fin.

                 
                        
    Zocato                                                                                                                                                                               ·                                                                                                                                            

    Grâce à son appellation d ' origine garantie, Pentecôtavic, la cité gersoise est parvenue, au fil des décennies, à s’installer en capitale du culte du toro. De n’avoir jamais ou si peu succombé à l’appel des sirènes des taureaux « light », Vic-Fezensac s’est bâti une forteresse. On vient de partout y célébrer le roi des animaux.Le toro d’abord. Feria après feria, Vic est devenu un label, une certification, un engagement à la promesse faite au toro souverain. De cette obligation,son succès. Samedi prochain, du haut de ce bastion sonneront en matinée les premières clarines. Trompettes de la renommée à acquérir pour les jeunes novilleros Pacheco et El Adoureño, le régional de l’étape, face à un imposant cheptel d’El Retamar. En soirée, les tambours se mettront en marche pour les quatre corridas :primo, six fauves issus des provinces de León et d’Aragon et portant blasons de Valdellán et de Los Maños. Une découverte 100 % vicoise pour le fer de Valdellán présenté sur notre sol dès 2006 et une répétition générale pour Los Maños, avant la course du lendemain où cet élevage tentera,après Salta Cancela (2016) et Jardinero (2017), de remporter son troisième trophée du meilleur toro d’affilée lors de la corrida-concours des ganaderias. À partir de 11 heures, le toro Aviador,n° 32, essaiera donc de gagner cepari face aux cinq autres sujets de souche Santa Coloma qui le précéderont,dont celui de San Martin qui remplacera au sabot levé le toro de Juan-Luis Fraile, mortellement blessé au campo lors d’une bagarre collective. L’après-midi dominical verra débouler six cornus de Raso de Portillo.Ce fer venu de la nuit des temps (XIVe siècle) a pour origine une race de toros sauvages qui vivaient dans les zones marécageuses de Valladolid.Un toro d’un monde inconnu et demeuré aussi mystérieux que captivant. Pour conclure cette édition, Vic a mis le paquet : un des trois lots cette saison de la courte mais luxueuse manade de Pedraza de Yeltes, après Madrid et avant Dax et Béziers. Ici, on aime les feux d’artifice. Ici, on adore se retrouver dans ce sanctuaire du toro.Comme d’autres font le pèlerinage du Rocío, nous, on suit Pentecôtavic.

                                                                                                                                                                                                                                
    •  
                                                                                                                                                                                                                                                   
                          
      Sud-Ouest/ Jefferson Desport                                                                                                                                                                              ·                                                                                                                                                                   

      Livre: Macron, Hollande, Fillon,Sarkozy, Juppé… Dans son dernier livre, « Crimes et renoncements », notre confrère Bruno Dive revient sur cette campagne présidentielle de 2017. Sur ces quelques mois qui ont porté au pouvoir un jeune énarque à la trajectoire fulgurante : secrétaire général adjoint de l’Élysée à 34 ans, ministre de l’Économie à 36 et président de la République à 39.Toutefois, l’auteur ne nous propose pas là un récit chronologique, mais le témoignage de ce qu’est aussi la politique : une comédie humaine– souvent – grinçante, faite de rivalités, de trahisons et de rancoeurs tenaces. Sous cet angle, la politique apparaît comme une mécanique plus fragile qu’il n’y paraît, où les petites vexations du quotidien et le mépris peuvent agir, des mois plus tard, comme de dangereux boomerangs. « Non, Macron, pas là ! » Manuel Valls en a fait l’expérience.Alors que c’est lui qui a plaidé pour la nomination d’Emmanuel Macron à Bercy, se cachant dans les toilettes de l’Élysée pour l’appeler et lui conseiller d’accepter la proposition de François Hollande, il prendra très vite ombrage de son ambitieux ministre. Ainsi, lors d’un voyage au Japon, il l’évincera sans ménagement d’une photo officielle : « Non, Macron, pas là ! Toi, tu restes derrière. » Jusqu’au bout, les escarmouches se multiplieront, le chef du gouvernement faisant tout pour le contrer : « C’était son obsession, témoigne un ministre. Voilà pourquoi il a voulu se présenter à tout prix ! » « 70 % de la mauvaise humeur de Valls vient de Macron », ajoute un autre. Comme le rappelle Bruno Dive,François Hollande cherchera à tirer parti de cette rivalité, persuadé que le futur leader d’En marche, qui n’a ni « parti » ni « passé », n’aura pas d’espace. On connaît la suite. Doublé par Macron et acculé par Valls, il finira par renoncer. « L’un m’a trahi avec brutalité, l’autre avec perfidie.Mais ce sont toujours des traîtres »,enrage aujourd’hui l’ex-chef de l’État. Les Républicains, plombés par l’affaire Fillon, connaîtront également les affres de la division. De son côté, Emmanuel Macron sait aussi se montrer ingrat,comme le souligne ce livre. Au fil des pages se révèle toute l’âpreté du combat politique. Sachant que,cette fois, la réalité a dépassé la fiction. Jefferson Desport
      « CRIMES ET RENONCEMENTS », de Bruno Dive,éd.de L’Observatoire,208 p., 18 €.

                                                                                                                                                                                      ·                                                   
      •                                                 
                                
                                
         
                                                                                                                                                                                                                                                  
                            
        bonnes pages                                                                                                                                                                                   Sud-Ouest/ Jefferson Desport                                                         ·                                                                                                                                     

        Avec Henri Emmanuelli, c ' est donc un peu du parti socialiste que l ' on enterre […] En ce samedi après-midi pluvieux d’une fin mars, les héritiers politiques de François Mitterrand sont peut-être réunis pour la dernière fois […] Lorsque les personnalités socialistes quittent la salle François-Mitterrand, où résonne l’« Agur Jaunak » joué par l’orchestre landais, Claude Bartolone souffle à l’oreille de Bernard Cazeneuve : « C’est la dernière fois que nous nous retrouvons ainsi. Ce rassemblement est le symbole d’une page qui se tourne. » François Hollande embrasse par mégarde Geneviève Darrieussecq qu’il a prise pour une militante socialiste du coin. C’est pourtant cette femme, proche de François Bayrou, qui a repris la ville de Mont-de-Marsan au PS. Elle sera bientôt élue députée MoDem, puis secrétaire d’État d’Emmanuel Macron. Et cette méprise, pour anecdotique qu’elle soit, a valeur de symbole. Le président socialiste ne reconnaît plus les siens ; de même que les siens ne le reconnaissent plus pour chef. « Henri Emmanuelli nous aura offert le plus beau meeting de la campagne », ironise le voisin gersois Philippe Martin. Et ce meeting était un enterrement…



    13/05/2018
    45 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 218 autres membres

    blog search directory
    Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion