1310- C'est dans le journal 70 posts

MACRON REUSSIT SON OPERATION SEDUCTION

Bruno Dive

 

C’est à une opération charme, apparemment réussie, à laquelle s’est livrée hier Emmanuel Macron au cours de son discours tant attendu devant les maires. Mais une opération façon Macron, parlant sans lire ses notes, s’adressant directement à son auditoire en affichant un discours sans concession, maniant avec brio la carotte et le bâton. Accueilli par quelques huées et sifflets à son arrivée, le président les a vite fait taire lors de son discours. « Les sifflets ne m’ont jamais étourdis, a-t-il lancé aux contestataires. J’ai beaucoup été sifflé pendant ma campagne, mais j’ai toujours demandé à mes militants de ne pas le faire dans mes meetings. Je peux demander la même chose aux maires ». La salle a applaudi. Salué par un déluge de critiques dans les discours de François Baroin (LR) et d’André Laignel (PS), respectivement président et vice-président de l’AMF, le président a commencé par un mea-culpa : « l’été n’a pas été à la hauteur des engagements » de concertation que j’avais pris », a-t-il reconnu. Mais Emmanuel Macron avait surtout décidé de tenir aux maires un langage de franchise et de vérité, parce qu’il sait que c’est sa marque de fabrique et que souvent  il arrive ainsi à séduire les interlocuteurs les plus réticents. « Ce que je vais vous dire n’est pas destiné à vous satisfaire, a-t-il donc averti. Mais cela a vocation à être appliqué ». Voilà pourquoi il n’a rien cédé, ni sur la stabilité des concours financiers de l’Etat (qui avaient baissé depuis sept ans), ni sur les autres sujets qui fâchent. Voilà pourquoi il s’est lancé dans un vibrant réquisitoire contre la taxe d’habitation – sans aller pour autant jusqu’à annoncer sa totale suppression. « Ca fait 40 ans que l’on dit que cet impôt est injuste, mal foutu, pourquoi le défendre ? », a-t-il lancé, avant d’annoncer « une refonte en profondeur de la fiscalité locale et notamment communale », qui entrera en vigueur à partir de 2020, après une phase de concertation. « Une réforme ambitieuse et cohérente », dont la taxe d’habitation n’est que la première partie », a-t-il précisé. Même refus de céder sur la limitation du cumul des mandats dans le temps, que François Baroin avait vivement critiquée. Emmanuel Macron n’a pas manqué de rappeler que les contempteurs de cette réforme avaient voté la limitation à deux mandats du président de la République… Il a en revanche satisfait les élus en annonçant que la prochaine réforme de la Constitution permettra aussi aux collectivités de « pérenniser une expérimentation réussie, sans que celle-ci ait vocation à être généralisée au plan national », autrement dit Macron veut rompre avec l’  « uniformité de traitement » entre collectivités territoriales. De même s’est-il engagé à ne pas « forcer les regroupements de communes » : « ca marche mieux quand vous l’avez voulu que lorsque ça vous a été imposé », a-t-il noté. De quoi séduire son auditoire, sans rien lâcher sur le fond… Un dernier engagement, celui de revenir chaque année devant le congrès des maires[1], et le tour était joué : après un discours de presque une heure et demie, Emmanuel Macron avait séduit son auditoire et la salle entière s’est levée pour l’applaudir. « Je peux tout à fait être Shérazade, avait-il prévenu, allusion à l’héroïne des Mille et Une Nuits qui continuait de parler pour ne pas être exécutée. Non seulement, Macron n’aura pas été exécuté, mais tel Aladin, il aura fait rentrer le vent de la fronde dans sa lampe.

L’image contient peut-être : 1 personne, costume


24/11/2017
72 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion