1303- Léon Gambetta donne à nouveau de la voix 32 posts

 

 

Ils ont osé...Une   fois de plus, l'on m'a tiré de mon sommeil de plomb hier  ! à mes   pieds, sont passés  ces salariés protestataires avec à leur   tête cette guerrière cégétiste qui crache, gueule, éructe  dans son   haut-parleur! çà fait fuir les pigeons jusqu'au toit de la cathédrale et çà   flambe les oreilles au risque de crever les tympans à ces   "marcheurs du boulevard"...

 

Drôle d'ambiance   dans ce cortège où les fainéants stigmatisés par Macron défilent pour   protester contre les ordonnances détricotant en mode express le Code du travail qu'ils disent. Ce fût un mélange de colère sourde car j'ai vu   parmi eux beaucoup de gens qui ont voté pour ce président afin de faire barrage à l'extréme droite, pas mal de résignation, certains pensant   que cette bataille était perdue d'avance mais que d'autres, victorieuses   pouvaient suivre et de la détermination. Nombreux estimant qu'il ne faut   surtout rien lâcher. Pas facile pour un gouvernement qui cherche en vain   l'équilibre annoncé entre "flexibilité et sécurité "...

 

Ah je le dis   sans détour : ils ont mis le bordel !  Oui comme l'a dit récemment le   Président de la République qui ne mâche pas ses mots en s'inspirant peut être du langage de la rue ?  Il me souvient qu'en visitant des pêcheurs   bretons, Sarkozy avait balancé un " casse-toi pauvre con". Peu  glorieux non plus même si cet agité de première avait l'art d'enfumer.   J'avais entendu çà de la lecture d'un passant assis sur mon socle " Ce   que j'ai dit, je le ferai parce que je vous le dois". Belle envolée pour   finalement ne rien faire. Il est parfois sage de se méfier des mots au passé  chargé. Il me souvient qu'un lecteur du journal local, assis à mes pieds avait lu que Sarko avait repris le terme " Chienlit" après l'agression de   deux responsables d'Air France. "Chienlit" un mot entré dans   l'histoire par la grande porte de de GAULLE qui l'avait prononcé   pendant les émeutes de Mai 68 selon ce qu'a rapporté notre voisin de Cajarc, Georges Pompidou, en ouvrant un conseil des Ministres.

 

 Oui, le bordel se  prépare et ce mot était sur le bouche de tous les passants qui se   réchauffaient ce matin au soleil naissant, avant d'aller  au marché. Bordel avec les fêtes foraines qui arrivent et qui vont priver de  stationnement le haut du Boulevard. Le vendeur de pains trouvait vite quelques alliés pour s'en plaindre, estimant que ces  animations vidaient le portefeuille en même temps que les commerces   locaux ! Bordel dont aller profiter les petites et moyennes   surfaces en périphérie de la ville. Et le bijoutier tout proche de  réclamer que la profession se mobilise fortement pour réclamer le déplacement de ces forains. Bon courage à eux car il me souvient que d'autres  ont tenté cette audace  à la demande des mêmes, lesquels se sont rétractés quelques jours plus tard sous la pression de ces faiseurs de  plaisirs pour enfants. Le bordel vous dis-je ! Désormais, il faudra   apprendre par coeur sa plaque d'immatriculation pour aller chercher un   ticket au poteau qui les délivre, en aspirant au passage l'aspine de la   taxe pour vous remercier d'être venu en ville. Colère de   ces petites gens qui, n'étant de Cahors, ne vont pas savoir et   auront au retour une délicate attention sur leur pare-brise. Colère   contre celui qui a mis en place ce système en ne pensant pas à cette   population de plus en plus vieillissante et peu aguerrie aux nouvelles   technologies. Et l'ancien commissaire de plaisanter en indiquant à la   cantonnade " Ils n'ont qu'à acheter des lunettes ou venir à pied".   De quoi faire hurler toute la terrasse de ce troquet fréquenté par ces   retraités qui sont soudés par un même objectif : trouver la bonne table   pour leur repas du midi ! Elle est loin l'époque où en 1870, depuis   Montmartre, je me suis envolé avec l'Armand Barbès ,ce ballon de 16 mètres   gonglé au gaz d'éclairage. Il n'y avait point de droit de stationnement à   payer.

 

 

Bordel ?   Oui, le vocable revient souvent lorsque quelques cadurciens de bonne   famille évoquent l'implantation du futur cinéma, tout en haut du boulevard   qui porte mon nom. Beaucoup de posent la question de la rentabilité, de son  financement, de remodelage  des lieux dans une  architecture quelque peu futuriste. Ils sont nombreux ceux qui trouvent   le lieu inapproprié, contestant  ce choix. Franchement, comment ne dire que   c'est un peu le bordel là encore dans cette cité que j'adore. Oh   certes, j'y entends beaucoup de critiques. Je fais parfois la sourde oreille   estimant qu'ayant été moi même élu, on est toujours contesté dans nos choix. Les citoyens-élus   font certes leur travail dans l'intérêt de la ville. Sauf que leurs décisions   ne rencontrent pas toujours l'approbation des habitants. Pire, tout comme   ceux qui défilait hier dans la rue après avoir adoubé ce Président en place,   ils le critiquent quelques mois après. Terrible constat de ce pays où on   adore un temps pour mieux brûler en place publique les mêmes et vilipender   leurs actions !

 

 

Tiens, en revenant   du marché l'autre jour, j'ai cru comprendre qu'il y avait eu du bordel aux récentes   consultations électorales. Décidement. On aurait envoyé au Sénat une  dame, la première pour ce département du Lot, au palais du   Luxembourg. Une partie du peuple de se plaindre de ne pas   connaître cette représentante, élue du Nord du département. Et les   clients du cafetier d'à côté de rajouter " s'il n'y avait pas eu autant   de bordel avec des candidats du Sud, on n'en serait pas arriver   là". Franchement, si vous pensez que le Président Macron ne capte   pas les échos de la rue, vous vous trompez ! Tiens, on pouvait   aborder le bordel avec la Catalogne et le bras de fer avec l'Espagne. Le   bordel de ce Préfet du Rhône débarqué parce qu'il n'y avait personne   pour signer une mesure de rétention, laissant repartir  un tueur   qui a assassiné deux filles à Marseille...Oui quel bordel Mr Macron ! Et   voilà qu'une ribambelle de pigeons vient sur mon cou déposer leurs   fientes bien grasses.  Le bordel je vous dis...    

 

 Léon Gambetta de retour 

 

 

 

L’image contient peut-être : ciel et plein air
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



11/10/2017
32 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion