1167- Revue de juillet 66 posts

 

Grêce: Un mal pour un bien - Jean-Marcel Bouguereau

 

Après la Grèce, comment rebondir ? Il y a trois jours, j'espérais encore une sorte d'armistice sur la question grecque. C'est le contraire qui s'est passé. Les positions se sont durcies. Merkel persiste dans son refus de tout compromis. Tsípras continue à se battre pour le "non" au référendum. Seul François Hollande continue à appeler à un compromis. Mais c'est comme s'il prêchait dans le désert. Que le référendum donne une majorité de "non" ou une majorité de "oui", il va falloir agir, car on est au bord de la catastrophe.

Tout le monde y a intérêt. La Grèce pour sortir de l'impasse. Même Angela Merkel qui, ces derniers jours, craignait, non sans raison, d'être celle qui aura détruit la construction européenne. Dont l'héritage, contrairement à Kohl, aura provoqué le chaos en Europe. Peut-être faudrait-il, pour sortir de cette double impasse, regarder, non plus les intérêts immédiats, mais réfléchir au long terme : comment empêcher un effet domino d'une sortie de la Grèce de la zone euro, et comment, dans le long terme, stimuler l'activité au lieu de l'étouffer. Enfin, comment trouver le moyen de restructurer la dette. L'excellent Thomas Piketty vient d'en appeler à François Hollande afin que, dès lundi, il prenne une initiative en ce sens. Il faudrait appeler à une conférence européenne sur la dette publique de la zone euro, qui concerne le cas grec mais aussi le Portugal et l'Italie.

On a étonnamment oublié que d'autres pays européens ont, par le passé, eu des dettes "plus élevées que la Grèce aujourd'hui" : la Grande-Bretagne au XIXe siècle, après les guerres napoléoniennes, et l'Allemagne elle-même, qui a vu ses dettes en grande partie effacées par les Alliés en 1953, seul moyen pour elle de se relever de la tragédie du IIIe Reich. Et c'est ce coup de chiffon sur l'ardoise qui lui a permis de reconstruire le pays et de redevenir une grande puissance économique mondiale.

 

Après la crise de 2008, nous avons voulu diminuer trop vite les déficits publics, l'austérité étouffant la croissance et provoquant des taux de chômage dramatiques. Piketty propose de convoquer un parlement de la zone euro où chaque pays serait représenté en fonction de sa population et déciderait du rythme de réduction des déficits publics. Le plus intransigeant du gouvernement allemand, Wolfgang Schäuble, est depuis longtemps favorable à un tel parlement, comme d'ailleurs son homologue français Emmanuel Macron. Chaque crise a été, pour l'Europe, l'occasion de rebondir. Plutôt que d'ouvrir la boite de Pandore, et de favoriser les populistes europhobes, si cette crise pouvait être l'occasion d'une reconstruction, en favorisant la convergence économique et sociale de ces pays, cela aura été un mal pour un très grand bien.

Edito La République des Pyrénées

 

Le nouvel évêque de Cahors

Mgr-Laurent-Camiade-nouvel-eveque-de-Cahors_article_main

 

 France 3

 
Le Président de la République est arrivé vers 17h00 ce vendredi à Saint-Cirq-Lapopie (46). François Hollande a été invité par le sénateur maire du village, Gérard Miquel. Au programme de cette courte visite : une halte à l'hôtel de Saint Cirq avec une déclaration sur le tourisme rural et le développement des territoires avec ensuite l'inauguration  la nouvelle mairie du petit village lotois et un dîner avec les élus.
François Hollande en a profité pour en revenir sur les dossiers du moment. Le président de la République a indiqué vendredi qu'il aurait dans la soirée "une discussion avec le Premier ministre britannique Cameron" pour "prendre toutes nos responsabilités" au sujet des migrants qui tentent de s'introduire su rle site du tunnel sous la Manche. Une déclaration devant la presse en marge du déplacement présidentiel vendredi après-midi à Saint-Cirq Lapopie dans le Lot.
François Hollande est également revenu sur le dossier des navires Mistral, affirmant que "pour l'instant", il n'y avait "pas d'accord" entre la France et la Russie sur ce dossier des navires Mistral, qui empoisonne les relations entre les deux pays. "Des discussions sont engagées. Je prendrai la décision dans les prochaines semaines", a aussi déclaré le chef de l'Etat.
Visite au pas de charge de François Hollande à Saint-Cirq Lapopie dans le Lot

 

 

 



04/07/2015
66 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion