Sentir battre le coeur de la ville; 2 posts

Le marché de cahors est un des plus beaux du pays.Lles touristes,chaque année nous l'assurent.Depuis un  quart de siècle il n'a pratiquement pas changé.On vient y faire son marché le samedi.La qualité des produits est la  base d'une gastronomie recherchée et reconnue,  laquelle nous place en tête de tous les départements de la région.

Mais le marché de la place Chapou c'est bien plus que cela.C'est un forum, le point de rencontre  de toute l'agglomération,   un lieu où s'échangent les nouvelles et les rumeurs,  les  salutations et les poignées de mains, les informations et les pronostics.

Il faut passer chez Claude Murat, l'ancien maire d'Arcambal, qui sert lui même ses fidèles clients  en fruits et légumes  en même temps qu'il glisse quelques confidences.Près de lui Sandrine  avec bonne humeur prépare son meilleur poisson pour toutes les bonnes maison de Cahors.Son étal voit défiler toutes les sensibiltés politiques et sociales de la ville qui sont reçues, comme par claude, en amis qu'ils sont en réalité depuis des décennies.

M. et madame Saur,  n'ont pratiquement plus une volaille fermière aux approches de midi.Ici  c'est du solide et du sérieux,  c'est aussi chasse, pêche et tradition.Le maire de Cahors est déjà passé.Les retraités de Lamothe, fonctionnaires et enseignants sont là en fin de matinée, après les commerçants venus un peu plus tôt.La météo et les questions économiques sont à l'ordre du jour.

Sous la halle et dans les allées vous rencontrez toute la palette des  parents  et amis.On échange les nouvelles on parle des malades.Au coin de la rue nationale et de la rue St James,  Laybros, Iragne ou Marie Piqué vendent "l'Huma" et discutent avec quelques camarades, à deux pas des trotskistes et parfois, plus rarement des écolos.Il n'est plus  temps, après avoir taillé quelques bavettes avec les amis radicaux  ou socialistes en maraude, de faire la queue devant les producteurs de rocamadour assiégés par les  clients, notamment anglais installés aux environs

.Il faut encore courir prendre le croustilot avant d' acheter la presse près de la mairie et de retrouver famille et amis à "l'interlude", sur le boulevard Gambetta,  pour prendre un café ,  écouter tous les bruits de la ville.

Le samedi, c'est là qu'il faut être en fin de matinée pour sentir battre le coeur de Cahors et prendre le pouls des cadurciens.



24/09/2006
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion