Ministère Amer 7 posts

Sur France 2, jeudi 8 Mars 2007, le ministre de l'intérieur a proposé la création d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale.

Une digue républicaine a été franchie. En associant les deux thématiques, à un moment de la campagne électorale qui l'a vu ressortir du chapeau la thématique de l'immigration et simultanément annoncer qu'il se battrait pour la présence du candidat du Front National au premier tour, le Candidat-
Président de l'UMP-Ministre de l'Intérieur-Président du Conseil Général des Hauts de Seine assume une nouvelle dérive inquiétante. Et ce, quelques heures après avoir posé les bases, dans une tribune publiée dans le journal "Le Monde", d'une présidentialisation accrue du régime, propice aux aventures solitaires.

Dans une Vème République où les intitulés des ministères sont des indicateurs des orientations politiques à la discrétion de l'exécutif, l'affichage d'une telle priorité ne laisse d'inquiéter. On imagine déjà les contre-feux en provenance de l'UMP : en mêlant ces deux thèmes, on permettrait aux générations issues de l'immigration de prendre leur part à la constitution de l'Identité nationale. On l'imagine, mais personne ne sera dupe, tant la récupération est grossière.

L'appel du pied à une droite dure et antirépublicaine est ici évident, tout comme la convocation d'heures sombres de notre histoire, et comble de l'impudeur, cela se fait par l'instrumentalisation des immigrés et leur enrôlement forcé dans la campagne comme bouc émissaire. Ceux qui ont entendu N. Sarkozy évoquer ces moutons qu'on égorge chez soi, sur TF1 il y a quelque jours, au détour d'une réponse à une banale question sur l'immigration, s'en souviennent encore.

Et mis bout à bout, ces fait construisent une cohérence.

Quel sera le rôle du ministère de l'Identité Nationale ? Quelle normes édictera-t-il ? Quelles barrières posera-t-il ? Quelles menaces à l'"Identité nationale" dénoncera-t-il ? Si cela n'était pas dangereux, cette proposition ridicule et dispendieuse pourrait presque prêter à sourire.

La Convention pour la 6ème république est attachée au débat démocratique dans le cadre des valeurs républicaines. Depuis plusieurs années, elle dénonce les effets d'institutions essouflées sur la qualité du débat politique, confiné dans des campagnes électorales qui oscillent entre défiance, provocation, outrance et esprit de revanche.

La "proposition" de N. Sarkozy en est peut-être la plus triste confirmation depuis longtemps.

La C6R appelle tous les républicains à se désolidariser de la déclaration de N. Sarkozy.

Texte paru sur le blog de la C6R.



09/03/2007
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion