973- On nous prend pour des cons 101 posts

Le nouveau Préfet Jean-Pierre  CAZENAVE-LACROUTS qui est passé à Brive mais aussi chez Copé. (Je présente mes excuses pour le titre de la page, inadapté à cette info "bistro de Cahors")

ci-dessous à Meaux où il a remplacé notre ancien secrétaire général François Pény, mais  aussi chez  Jean François Copé,ici  avec Frédéric Mitterrand ministre de la culture.

Le nouveau préfet du Lot titulaire d'un DEA droit pénal, a enseigné le droit à Pau, il fut commissaire de police à Bordeaux sous-préfet d'Oloron...

Le nouveau secrétaire général de la Préfecture du Lot

Eric SACHER


Deligne L'ancien ministre Cahuzac avoue tout et est mis en examen pour fraude fiscale - Dessin de Deligne

 

 

Quel  scandale ! Un ministre, qui avait enfermé longtemps nié et oublié, a dit la vérité. Même si le choc est rude, sidérant, je me garderai bien de m'associer aux ch�ur des vierges.Toutes nous expliquent que le Bien  est mieux que le Mal, que la Vérité vaut mieux que le Mensonge, qu'un socialiste doit être pauvre, qu'un tricheur doit normalement être de droite, de la droite du PS ou de centre gauche �La morale, l'éthique il n'y a que ça de vrai.

 

Je veux bien croire que si la droite, les Lepénistes, UMP ou centristes , étaient restés au pouvoir il n'y aurait  pas eu d'augmentation des  impôts, de baisse du pouvoir d'achat et même d'un petit pourcentage des retraites.Surtout il n'y aurait eu aucun ministre fraudeur, une réduction du déficit  de la France et des dizaines de milliers d'emplois productifs .

 

Si Mélenchon ou Eva Jolly avaient été élus il y aurait eu depuis 11 mois de la croissance verte, une réduction du chômage, moins de centrales  nucléaires, des embauches et des crédits dans le service public et plus  du tout de paradis fiscaux�

Pourquoi donc est il légitime d'avoir  le sentiment qu'on nous prend pour des cons ? Parce que toutes ces affirmations sont autant de mensonges, aussi gros que ceux de Jérome Cahuzac.

 

La vie, en effet, hélas ! est impossible sans le mensonge.C'est triste, mais c'est ainsi.S'il n'y avait ni péché, ni mensonge, si les élites vomies des populistes ( élus, « politiques » comme on dit pour les dénoncer, journalistes, chefs d'entreprises, chefs grands et petits�), et les simples citoyens (riches et pauvres) ne mentaient jamais, ne trichaient jamais, pourquoi y aurait il tant de confessionnaux dans les églises de toutes les communes du pays  pourtant largement laïque?

 

Et même au sein d'une famille, d'un groupe d'amis, d'une association, qui pourrait vivre s'il disait toujours la vérité ?

 

Il n'empêche que François Hollande est dans une situation terrible.Non pas seulement parce qu'un ministre l'a trompé.Non pas seulement parce qu'il y a aussi le chômage, le déficit, la crise, la croissance en panne. Chirac le disait et cela reste vrai : « Les merdes volent souvent en escadrille ». Non pas seulement.Le Président de la République  et le pays sont en extrême difficulté parce que la majorité qui l'a élu, au lieu de le soutenir, lui cherche des poux dans la tête�Les divers clans et partis, parient sur son échec et font le pari populiste et méprisable que s'ils répercutent plus fort que les autres les inquiétudes et les souffrances des Français, les urnes leur seront bientôt favorables.

 

C'est le même jeu, l'intérêt de la boutique, qui pousse l'UMP ou le FN en particulier à mentir ou à tricher avec la réalité des mesures qu'ils prendraient s'ils revenaient aux affaires. Tout ce « Hollande et ce Ayrault bashing » n'ont pas d'autre but que de mentir aux électeurs et de tromper le pays et de cacher la merde au chat.Le mensonge vous dis-je est partout.

 

Sauf à Médiapart et chez Edwy Plénel bien entendu�

                                                                                           Marc Baldy

chimulus

Affaire Cahuzac et discrédit des politiques - Dessin de Chimulus

Affaire Cahuzac et discrédit des politiques

 

 

 commentaire de La Mémoire (suite)

Bien sûr, il est toujours hasardeux de faire des parallèles historiques, les circonstances et le contexte ne sont jamais identiques. Pourtant l'affaire Cahuzac évoque indubitablement cette affaire qui date de janvier 1934 avec l'affaire Stavisky. En effet des similitudes existent et, si l'Histoire doit nous servir d'exemple et de référence, ce n'est pas en juxtaposant les évènements, mais en essayant d'en tirer des enseignements.

 

Trois facteurs sont à retenir dans les deux cas : Une affaire de corruption impliquant des hommes de pouvoir, dans un contexte où celui qui fait la tête d'affiche n'est pourtant pas seul. Ce n'est pas la faute d?un seul, c'est tout un système politique qui se délite ! Hier la 3ème République finissante, aujourd'hui la 5ème République à bout de souffle. Comme dit La Fontaine : « Ils n'en mourraient pas tous mais tous étaient frappés ».

 

 Tous les partis politiques de pouvoir sont concernés, tous, sans exception, au travers d'affaires plus ou moins sordides, connues, mais aussi au travers d'affaires peu connues de corruption plus ou moins passive.

 

Une classe politique largement privilégiée, au fonctionnement plus ou moins secret, qui organise la vie de millions de citoyens qui doivent se serrer la ceinture. Une classe politique qui fait des promesses , une classe politique qui scie la branche sur laquelle elle est assise et s'étonne qu'elle cède. L'affaire Cahuzac n'est que la goutte qui fait déborder le vase largement rempli par tous les politiciens. Une extrême droite, toute aussi corrompue que celles et ceux qu'elle cloue au pilori. Qui profite des avantages du système qu'elle dénonce mais qui voudrait avoir l'intégralité du gâteau. N'apportant aucune solution, elle joue comme à son accoutumée sur les peurs, les fantasmes et les haines, tenant un discours opportuniste où tout et son contraire est proposé. Cette extrême droite sert d'épouvantail aux politiciens en place pour effrayer les populations tenant le discours suivant : « Si vous ne nous soutenez pas, c'est le Grand Méchant Loup qui vous mangera ».

 

Le citoyen est pris entre deux feux : une classe politique déliquescente et une extrême droite aux dents longues et aux projets inquiétants. En 1934, la sortie de crise, passagère il est vrai, a été le Front Populaire. Aujourd'hui nous sommes coincés. la « Gauche » est au pouvoir ! Il va nous falloir trouver une autre solution !


Dessinateur Deligne

Transparence et patrimoine des politiques

Transparence et patrimoine des politiques - Dessin de Deligne














 


 

 



06/04/2013
100 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion