865- Big bang 9 posts

 

Au lendemain des cantonales Patrick Venries écrivait dans son édito de Sud-Ouest : « la République a enterré le canton dans le plus grand des silences. Le sursaut démocratique attendu ne s'est produit que très sporadiquement, et la réforme territoriale tant contestée par la gauche n'a trouvé sur son chemin qu'une maigre résistance. 55 % d'abstention au premier tour, un peu plus au second : création de la Révolution, cette unité de mesure de notre territoire qu'étaient le canton et son chef-lieu disparaît comme a disparu la France rurale… » (voir article 861)

 

Dans le même  temps quatre sur cinq des conseillers généraux de l'arrondissement de Cahors disparaissent (trois sont battus,la députée renonce à défendre son siège au conseil général),le cinquième,le président, élu à 9 voix est sous la menace d'un recours.Et pourtant la bataille contre la réforme des collectivités ,« le big bang territorial » n'a pas manqué d'intensité dans le Lot.C'est qu'au-delà des élus concernés les électeurs sentent la nécessité de revoir notre organisation territoriale et ne savent plus très bien qui fait quoi.

 

Dans cette perspective la carte du remodelage des communautés de communes présentée par le préfet est très contestée dans le Lot.Elle satisfait pourtant certains élus.D'autres s'en accomodent.Il est assez probable que si, aux cinq entités proposées, on en rajoutait 3 ou 4 afin de réduire les plus importants: Cahors, Figeac, Nord du Lot…on ne serait pas très loin de trouver un consensus sauf à vouloir faire plaisir à tout le monde et de garder le statut quo. Comme le relève le Maire de St Céré, la gouvernance de 70 communes n'est pas plus facile qu'à une centaine.Les compétences seront généralement différentes à l'intérieur des regroupements et la fiscalité sera toujours aussi inégale entre le chef lieu et la petite commune rurale périphérique.

 

En réalité cette réforme est faite pour les agglomérations plus que pour les territoires ruraux.Ce qui passe mal c'est le conseiller territorial monstre hybride entre le conseiller régional et le conseiller général.C'est enfin la réduction des marges de manœuvres des collectivités qui perdent leur liberté et une bonne part de leur autonomie en dépendant de plus en plus des dotations d'Etat au détriment de la fiscalité propre.C'est en effet pour les contraindre à la rigueur que le système a été monté.

 

Il restera maintenant à appuyer sur le champignon de la formation pour avoir rapidement des élus réellement formés et préparés à la gestion des affaires publiques, aux adaptations, aux évolutions successives et nécessaires.

                                                           Marc Baldy



16/05/2011
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion