805- La feinte du balayeur 5 posts


L'ambiance a changé au PS depuis que Martine Aubry est à  égalité avec DSK dans les sondages, loin devant Ségolène Royal.La voilà sur le créneau rassemblement à gauche alors que DSK et Ségolène sont plutôt sur celui du rassemblement au centre.Du coup elle s'engage sur le vote des immigrés aux élections locales et sur la réforme des retraites.


Ce n'est pas un hasard si  Jean-Marie Le Guen, député proche de DSK,président de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris, a écrit à Martine Aubry pour dire que « le PS doit demander très officiellement à être associé aux discussions sur l'avenir des régimes de retraite » et « se déclarer prêt à contribuer si possible à un compromis social sur cette grande question ».


La question est stratégique. Le PS doit-il faire preuve de réalisme pour empêcher Nicolas Sarkozy et la droite de se présenter comme les seuls gestionnaires sérieux face à des oppositions démagogiques ? Ou bien doit-il choisir la rupture, afin de laisser le moins d'espace possible à la gauche radicale? Est il plus habile de s'opposer frontalement au gouvernement Fillon et à Sarkozy,ou de pratiquer la concertation, le consensus voire l'union nationale ?


Le Guen comme Valls ou Arnaud Montebourg sont pour la recherche du consensus.Ils savent qu'ils plaieront aux élites et aux médias.Libé et le Monde vont faire chorus.Nous, électeurs ou petits élus, nous savons bien que cela ne fera qu'exacerber un peu plus les électeurs de gauche et le peuple français.Nous savons bien que ces pas de deux conduisent à la piètre estime des électeurs : «Tous pourris ! »Nous savons bien qu'à l'heure du combat électoral ce n'est pas le moment de pactiser avec l'adversaire.


Martine Aubry, qui a su jusqu'ici parler aux électeurs de gauche et à ceux de droite et du centre les plus antisarkozystes sur maints sujets :immigration, vote des étrangers,nombre de fonctionnaires,services publics,sur l'âge de la retraite «a  donné un signal au centre » en concédant que cet « âge doit aller certainement  vers 61 ou 62 ans »


Voilà un pas vers le réalisme « si le président de la république est prêt à travailler  véritablement sur la base de principes justes ».Du coup au PS nombreux sont ceux qui contredisent la première secrétaire.Mais Martine Aubry, d'où elle parle, avec son passé et ses acquis peut faire un pas que ne peuvent faire "les béni oui-oui" du parti socialiste comme Valls,Rocard et consorts.


Nous voilà bien dans une phase active et stratégique de notre vie politique au cours de laquelle "les feintes de balayeur" n'ont plus grande influence sur les électeurs de la France profonde.Gare aux urnes camarades!

                                          Marc Baldy

   

 

 

 

 




20/01/2010
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion