797- 2009 retient son souffle 14 posts

dessin de Delize pour yahoo cartoons



L'actualité est vide malgré quelques faits divers que la télé, les radios et la presse, nous passent en boucle:le pape bousculé par une femme en rouge, des spéléos bloqués dans un gouffre pyrénéen, des accidents d'avion, des cambriolages réussis ou ratés,un pauvre homme écrasé par un train alors qu'il marchait sur la voie de l'autre côté du Lot entre Mercuès et Cahors,des retards de train consécutifs à un accident près de la gare d'Austerlitz quelques heures avant le départ de la famille qui rejoint la table lotoise de Noël.La consommation du canabis  mobilise le commissaire de police et Pierre son collaborateur.Le préfet du Lot  visite les associations humanitaires et tous nos amis  bénévoles qui sont fiers que, chez nous,  pas un homme n'ait couché dehors par ces grands froids de Noël.


Pas un mot en revanche sur les quatre millions de chômeurs réels, ce seuil national atteint déjà en 2005.Rien sur l'angoisse des salariés menacés par la précarité, de tous ceux et de toutes celles qui frappent à notre porte pour retrouver un emploi et leurs droits.Pas un mot sur le pouvoir d'achat qu'un futur président de la république se faisait fort "d'aller chercher avec les dents".Pas grand chose non plus sur la nécessité de la décroissance dont on nous a rebattu récemment les oreilles.

C'est peut être que, parlant d'un palace de Marrakech ou d'un hôtel de luxe des Maldives,d'un chalet de Gstaad,ou d'autres lieux de rêve, à quelques heures de jet et d'hélicoptère,ces professeurs de vertu, sentent que ces propos d'économie de consommation ou d'énergie et ces leçons de morale seraient malvenus pour les électeurs réduits à vider les livrets de caisse d'épargne de leurs enfants pour payer les factures de gaz ou d'électricité.


En ouvrant les cadeaux,au pied du sapin, j'ai trouvé quelques bons ouvrages.Celui du juge  Bruguière  qui nous apprend à réfléchir à deux fois avant d'apporter, naïvement, notre soutien à telle ou telle cause sympathique, hélas portée par des groupes capables de pratiquer le terrorisme aveugle dans notre propre pays.Toutes les explications du monde ne sauraient justifier des actes terroristes.J'y ai trouvé aussi "Bas les masques" de Plantu, ou "survivre aux crises" de Jacques Attali qui commit aussi un rapport fort peu apprécié des élus.Et puis Jaurès et ses chroniques de La Dépêche dont j'ai parlé lors de sa présentation, ici, par Marie-France Baylet.


"Il avait inventé le blog bien avant qu'il ait germé dans l'esprit des communicants...(1). Des centaines de textes, tous d'une brûlante actualité bien qu'écrits il y a plus d'un siècle. Un saisissant retour sur des événements, en tous points similaires à ceux que nous affrontons, et une leçon permanente sur les réalités d'une société qui vit sur absolument les mêmes principes. Le nationalisme qui conduira à la catastrophe de 1914, les ravages d'une concurrence mondiale effrénée, le mépris du capitalisme pour l'emploi, le manque de volonté manifeste de prélever une juste contribution de solidarité sur les profits financiers, le poids des lobbies patronaux, les déclarations fracassantes du genre « retenez moi où je vais faire un malheur » dans les couloirs de la « Chambre » suivies d'un vote favorable aux propositions gouvernementales, les rivalités désastreuses à gauche entre « radicaux » de tous poils et « socialistes », la montée de la misère et de la précarité, le monde paysan en proie à une crise sans précédent… terrible de parcourir au hasard les pages et les articles mais aussi quel réconfort de constater que la politique réside plus que jamais dans le courage d'exprimer publiquement ses idées et ses positions."



Oui Jaurès a raison:le courage c'est de chercher la vérité et de la dire.C'est ce,qu'avec d'autres,beaucoup d'autres-les hommes de bonne volonté- je tente de faire, comme sur ce blog.

Je vous souhaite d'avoir,vous aussi, l'occasion de vous ressourcer, entourés de vos parents et amis,d'oublier un instant vos soucis pour repartir en janvier 2010 avec beaucoup de courage pour cette année difficile qui sera,je le crains, très rude pour les plus faibles d'entre nous.

La solidarité,l'humanité dont font preuve tant de bénévoles sont indispensables pour passer ces mauvais pas."L'avenir immédiat,dit Michel Serres, n'appartient pas aux institutions mais aux initiatives individuelles mêmes minuscules mais toujours proches des individus".

J'ai une pensée pour tous ceux qui souffrent, pour tous ceux qui sont seuls, pour ceux qui sont âgés,pour ceux qui ont perdu un être cher,et pour ceux et celles qui les assistent.Bon Noël et bonne année tout de même.

                                                                          Marc Baldy


 


(1)blog de Jean-Marie Darmian, mon collègue de Créon.

pauvres

dessin de notre ami lotois Jiho.



Sarkozy aussi "

Nous ne résistons pas à l'envie de vous faire partager cette nouvelle pépite, réalisée par un "confrère" . Il s'agit de la parodie de "Félicie aussi" de Fernandel qui est devenue "Sarkozy aussi", réalisée par PierreleNuage, avec beaucoup de talent... Nous lui souhaitons plein de visiteurs ! C'est cadeau...

sarkozy aussi Fernandel
envoyé par pierrelenuage. -

Posté par tropicalboy sur sarkozix.canalblog.com





Alain Minc n'en rate pas une

ALAIN MINC.jpg










Bruno Roger-Petit LePost
à propos de l'article de                      Minc dans Le Monde

Ce petit florilège n'est pas sans évoquer cette petite phrase du regrettable Alain Peyrefitte, terrifiant ministre de la Justice des années Giscard et symbole de la droite arrogante des années 70, et qui avait déclaré à l'époque: « Si nous ne faisons pas de bêtise, nous sommes au pouvoir jusqu'en l'an 2000 ». On retrouve de cet état d'esprit là dans les propos de Minc. Le même mépris du peuple. La même condescendance. La même morgue. Minc appartient à cette élite néo-droitière qui n'a rien appris, rien oublié.


Certains commentateurs n'y prendront sans doute pas garde, mais le petit couplet sur les syndicats « cogérants » de la crise, (avec un petit coup de lèche à la CGT en prime) est plus qu'inquiétant. Minc parle de ces organisations comme s'il s'agissait de corporations d'ancien régime. Très révélateur encore une fois des tendances « néo-Révolution nationale » de l'actuel pouvoir. Très révélateur aussi, d'une conception figée de la société, conservatrice par essence, où les partenaires sociaux deviennent des auxiliaires du pouvoir chargés de pérenniser l'ordre établi en canalisant les mécontentements sociaux. C'est, hélas, la preuve que l'actuel pouvoir est déterminé à casser plus encore l'héritage de 1789.


Dans le même temps, cette sortie de Minc illustre toute la faiblesse du sarkozysme à la recherche de son second souffle.


Changer de Premier ministre, pourquoi faire? On voit déjà la grosse ficelle: installer à Matignon un gadget médiatique qui fera diversion quarante huit heures, sans rien changer au fonctionnement de l'actuel pouvoir. Passé le temps de la surprise, les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, la vague de rejet croissant continuera d'enfler.


Comme on pouvait s'y attendre, caractéristique du pouvoir actuel, après avoir expliqué que la burqa n'est pas la bienvenue en France, s'être tapé sur la poitrine tel un gorille prêt à défendre son territoire, si l'on en croit l'oracle Minc, le parlement français votera « une résolution » au sujet de la burqa. Pas de loi. Pas de décret. Juste une résolution, proclamation de principe ayant pour objectif d'enfoncer une porte grande ouverte, et dire: « La burqa c'est pas bien ». Après cela, existera-t-il encore des gogos pour croire aux effets de manche du petit monde gouvernemental?


Le pouvoir actuel, en dépit du bon sens, continue d'entretenir l'illusion de l'inévitable candidature de Royal. Minc le dit, donc, on est prié de la croire: Aubry n'a pas cette ambition et DSK ne peut quitter le FMI (comme si cet organisme ne pouvait fonctionner sans lui, c'est quand même l'argument le plus stupide qui soit, surtout lorsque l'on songe à l'affaire Wolfowitz). Alors allons-y pour Royal, qui ne peut gagner et qui est nulle! Le rêve! Là encore, le mépris manifesté à l'égard de l'opposition est infini et rappelle celui que manifestait la Giscardie politico-médiatique à l'encontre de Mitterrand dans les années 1979-80.


Il paraît que le président de la république est étonné de voir son régime de plus en plus souvent comparé à celui de Pétain et de sa révolution nationale. Force est de constater que de plus en plus d'intellectuels, de divers horizons, de Badiou à Todd, ne se gênent plus pour oser le comparatif. Force est de constater également que le PS, de Cambadélis à Huchon, sans oublier les 80 députés socialistes qui ont proclamé que Cambadélis a eu raison de « caractériser l'itinéraire politique » de Besson, l'emblème du sarkozysme triomphant, force est de constater donc, que le PS ne se gêne plus pour oser à son tour le comparatif en assimilant Besson aux grandes figures du régime de Vichy. Et force est de constater que les propos d'Alain Minc ne dissuaderont pas les impétrants de continuer à s'interroger sur la nature profonde de l'actuel pouvoir.


Bruno Roger-Petit à propos du papier du Regrettable MINC dans le Monde



sarkozy taxe carbone 4
Merci à  Jym
























26/12/2009
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion