796-Bonsoir Docteur ! 3 posts


 

Après: Dominique Jean-Malvy,docteur en sciences politiques  pose avec le jury de la thèse en tenue de cérémonie.Les trois rangs d'hermine symbolisent son grade.De g à dr Christiane Veauvy docteur en sociologie checheur au CNRS,Edmond Jouve directeur de thèse,Dominique Jean-Malvy la lauréate,Armelle Le Bras-Chopard agrégée de sciences politiques professeur à l'université de Versailles présidente du Jury,Roger Béteille,docteur,professeur d'université.Sur le bureau:la thèse (très honorable).


soutenance thèse Dominique Jean

  Edmond Jouve intervient d'abord à titre de directeur de recherche.

  En premier lieu, il remercie  les membres du jury – Mme Armelle Le Bras – Chopard, M. Roger Béteille, Mme Christiane Veauvy – et décline leurs éminentes  qualités.

   Il présente ensuite la candidate  en mettant l'accent sur son cursus et sur l'exemplarité de son parcours.

   Il souligne avec force les qualités dont elle a fait preuve durant la préparation de sa thèse : courage ( elle a repris ses études à 42 ans, elle a continué à travailler, après une réorientation , elle a choisi de traiter un sujet difficile ) ; originalité  ( elle a fait œuvre de pionnière – parfois de militante - en consacrant son  étude à des femmes en milieu rural, et pas n'importe quel milieu rural, celui du Quercy, difficile à pénétrer ; il s'agit aussi d'une recherche pluridisciplinaire) ; sérieux ( elle a mis à profit des techniques éprouvées de la science politique : entretiens, analyse de contenu, observation- participation, notamment ).

   Ce travail présente parfois une certaine rugosité et ne se lit pas nécessairement comme un roman : c'est le prix à payer pour pénétrer dans une œuvre qu'il a fallu bâtir page après page en construisant les outils nécessaires à cette recherche.

 

  Edmond Jouve reprend la parole pour présenter ses observations .

  Il rappelle que, selon l'usage, il doit assurer la défense de la candidate. Il indique également que l'essentiel de ce qu'il avait à dire l'a été au cours des nombreuses séances de travail qu'il a eues avec la candidate à Paris, à Cahors et même à Nadaillac-de-Rouge. Mme Dominique Jean s'est montrée attentive et a largement tenu compte des remarques qui lui ont été présentées.

 Il salue la parfaite honnêteté de sa démarche.

   Sur le plan de la forme, E. Jouve indique que ce travail est agréable à lire ( même s'il est foisonnant ), qu'il est bien écrit et bien présenté. S'il reste encore quelques fautes, ici ou là, elles sont peu nombreuses.

  S'agissant de la méthode, des compliments sont adressés pour les index, les notes en bas de page ( particulièrement soignées ) et les transitions. La bibliographie et le plan ont, certes, été améliorés en cours de route mais ils auraient dû encore être travaillés. Le titre – épuré – est clair et élégant.

   Sur le fond, l'étudiante est félicitée pour avoir mis l'accent sur le vécu des femmes étudiées. Il apparaît, dès lors, que ce  ne sont pas des « potiches » mais qu'elles existent par elles –mêmes, ayant d'ailleurs , à force d'ingéniosité, réussi à « bricoler » un domaine propre.

 

Pour terminer,E. Jouve pose quatre questions :

-En quoi ce travail est-il uèn travail de science politique

(ou de sociologie politique) ?

-Le matériel utilisé est-il suffisant pour en tirer des conclusions

générales ?

-Est-ce mieux,ou plus mal, en Quercy qu'ailleurs (sans doute aurait-il fallu comparer davantage, y compris avec des pays étrangers) ?

-L'objectif proclamé a-t'il été atteint ?


L'étudiante a répondu aux questions qui lui étaient posées avec  clarté, force et détermination.

 

   Au total, le directeur de recherche s'estime satisfait à la fois du travail qu'il lui a été donné de juger et de la soutenance à laquelle il a donné lieu . Il ne regrette pas d'avoir délaissé, pour un temps, son domaine de recherche habituel ( l'Afrique et le Tiers Monde) pour s'aventurer sur d'autres terres ( pas si inconnues que cela, puisqu'il s'agit de celles de son enfance).

   Cependant,  il  se demande  si les similarités ne l'emportent pas sur les différences  …Encore faudrait-il le démontrer, et ce serait une autre histoire…

 

Edmond Jouve

Paris, le 16 décembre 2 009


                                                     Edmond Jouve
 
        Président de l'Académie des sciences d'outremer


 
                         Professeur émérite de

           l'Université  Paris Descartes

             

                       Secrétaire perpétuel de l'Académie des Arts,Lettres et Sciences de Languedoc
 
                      Président de Francophonie en Quercy

Président Association d'Amitié France Soudan

 Dir. de la collection "Guetteurs d'Avenir" 

  ( éditions l'Archipel 34 rue des Bourdonnais 75001 Paris                     

                                           
                                                                    



Pendant:Dominique Jean  présente sa thèse:"Vers une sociologie des femmes de l'ombre-L'exemple des lignées politiques en Quercy" et répond aux questions du jury.
























20/12/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion