790-La séduction en politique 14 posts


dessin de chimulus pour Le Post

LE MUR DE LA HONTE....par CHIMULUS



le pass contraception

PASS CONTRACEPTION.jpg

C'était le thème d'une émission télévisuelle diffusée en soirée. On retrouvait les vedettes du genre : Kennedy, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac, Léotard et même Le Pen et Tapie… pour ce qu'il m'en revient dans mon écoute dilettante et abrégée.


Ce sujet bien léger renvoie de prime abord à une vision tout à fait dans l'air du temps. Celle qui priorise l'image au détriment du fond dans cet Etat-Spectacle fort bien dénoncé, dès les années soixante-dix, par R.G Schwartzenberg.


Par delà cette critique, ce regard émotif et voyeuriste sur l'homme public, aux antipodes du jugement critique et citoyen, permet de mesurer l'importance des facteurs irrationnels en politique.Depuisles rois thaumaturges, chers au médiéviste Marc Bloch, ces guérisseurs doués de pouvoirs surnaturels par la grâce de Dieu et respectés en tant que tel par le bon peuple, la fascination envers le pouvoir a-t-elle vraiment reculé?


C'est un lieu commun de signaler l'ambivalence de la perception populaire (entre le chef et le père) du personnage présidentiel, lequel s'autorise aujourd'hui une primauté absolue dans un usage constitutionnel dévoyé. Du fait même de cette assimilation entre les traits psychologiques du monarque et du chef d'Etat, ce dernier tend fâcheusement à renforcer son leadership et son espace.


Place donc à la ruse et à la séduction pour conforter le pouvoir du mâle mais surtout pour le conquérir. Avec ces stratégies en oeuvre magnifiquement illustrées dans le reportage. Un Kennedy adulé des femmes, un Giscard exhibant, malgré sa distance, son corps de sportif et ses talents d'accordéoniste, un Chirac plein de proximité et d'empressement, un Mitterrand avec la séduction chevillée au corps… Une séduction, selon les commentaires, dirigée d'abord vers l'électorat féminin à la recherche de cette protection et de cette force masculine tranquille (bonjour les clichés!).


Des attributs du charme consubstantiels à ceux du pouvoir? Il y a tout lieu de s'interroger pour mieux marquer les limites de l'exercice. La mise en scène médiatique prenant le pas sur les débats de fond on doit bel et bien craindre ce dévoiement absolu de la politique sans pour autant céder au sentiment d'impuissance à le contenir.


La télévision et la presse restant des instruments trop concentrés avec un pouvoir de manipulation énorme, on ne saurait faire l'économie d'une critique de ces médias pour garantir des chaînes et des radios publiques de meilleure qualité et une presse écrite et parlée davantage pluraliste. La toile n'a-t-elle pas  déjà été subvertie par les capacités citoyennes des internautes?


Mais surtout, dans l'action publique, et notamment à gauche, on ne devrait pas céder à cette tentation permanente de la facilité d'une communication d'image. Sans vouloir pour autant éradiquer en politique ce pouvoir de séduction animale qui est le propre de l'homme. Mais en le contenant autant que faire se peut!


A bon entendeur, salut, Femmes conquérantes qui aspirez à renouveler le genre en politique!

X D

blog citoyen, socialiste et républicain




13/11/2009
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion