737-Hécatombe 9 posts



                                                     
Etiquette de vin de Champagne

Les élections ne doivent plus être très loin! A vue de nez,je parierais sur 1 mois un mois et demi,sur le 7 juin par exemple.Pourquoi? Parce qu'on reparle partout, dans les medias, (radios,télés,journaux), les préfectures et sous-préfectures...de l'insécurité, de la nécessité d'une 17ème loi, du bilan de la lutte contre elle, des statistiques,un show du président de la république....Notre département du Lot, troisième département le plus "sûr" de France n'est guère concerné.(Jean-Paul Ortet, notre aimable directeur de la sécurité publique  était reçu ce soir à la préfecture du Lot pour marquer son départ à la retraite dans son piémont pyrénéen natal,quelque part du côté de Bordères, loin désormais de ces préoccupations).

Très mode également ,  "la séquestration des patrons"comme disent les medias, par les ouvriers ulcérés du mépris des grands groupes internationaux à leur égard lors des suppressions massives d'emplois.Après Caterpillar,Continental...C'était le cas jusqu'à ce soir chez Molex à Villemur sur Tarn, jusque là paisible bourgade de Midi-Pyrénées.

Action spectaculaire mais plutôt non violente,il conviendrait d'utiliser une expression plus soft comme "retenue de patrons", comme il existait naguère une retenue au Lycée pour élèves indociles.Il est vrai que ces sanctions sont passées de mode.

On aurait tort de condamner sans réflexion ces malheureux tentant désespérément de sauver leurs emplois et la dignité de leurs vies.La violence n'est que toute relative.On est loin de l'hécatombe évoquée par Georges Brassens, à Brive la Gaillarde, un peu au nord de Villemur et de Cahors, à la suite d'une petite manifestation:
                                                                                                       Marc Baldy
                                                     

georges_brassens_petit.JPG (12087 octets)
Georges Brassens


Frénétique l'une d'elle attache le vieux maréchal des logis,
Et lui fait crier:"mort aux vaches! Mort aux lois! Vive l'anarchie!"
Une autre fourre avec rudesse le crâne d'un de ces lourdauds
Entre ses gigantesques fesses qu'elle serre comme un étau.

La plus grasse de ces femelles, ouvrant son corsage dilaté,
Matraque à grands coups de mamelles ceux qui passent à sa portée
Ils tombent, tombent, tombent, tombent, et selon les avis compétents
Il paraît que cette hécatombe fut la plus belle de tous les temps.

Jugeant enfin que leurs victimes avaient eu leur content de gnons
Ces furies, comme outrage ultime, en retournant à leurs oignons
Ces furies à peine si j'ose le dire tellement c'est bas,
Leur auraient même coupé les choses: par bonheur ils n'en avaient pas!
Leur auraient même coupé les choses: par bonheur ils n'en avaient pas!



                                                    
Plaquette publicitaire des Editions Martinsart
(dessin de R. Brunel)






21/04/2009
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion