736-Pèlerinage aux sources 2 posts



Cet après-midi j'étais en pèlerinage - non pas à St Jacques de Compostelle ou sur le chemin des pèlerins qui nous arrivent de Lalbenque pour grimper à la Croix Magne et descendre par le chemin de Peyrolis - mais à Gigouzac.Dans ce charmant village, à quelques kilomètres de Cahors, j'ai retrouvé les paysages de mon enfance et des seniors qui furent mes camarades d'école,une école rurale à classe unique aujourd'hui rasée, où enseignait maman pendant la guerre.


J'étais donc au sein de "ma famille" lors de ce second et modeste "salon du livre" consacré à la cuisine traditionnelle qui connut  son apothéose avec une "conférence" de Pierre-Jean-Pébeyre venu parler de la truffe et de Marinette Baldy, ma belle soeur chef de cuisine à propos du "pastis quercynois" sous la baguette de Jean-Pierre ALAUX, journaliste et écrivain.

Après que le chef nous eut confié ses secrets de fabrication, évoqué  la  pastilla apportée par les  arabes lors de leur passage dans ces contrées pour trouver une possible origine à ce dessert des campagnes,Pierre-Jean se saisit du micro et nous tînt sous son charme.


Pour lui la truffe qu'il connait mieux que personne est en fin de production dans ce pays, tout au moins comme produit commercial.Elle s'est installée au sud du Lot grâce à une société rurale, pastorale, nombreuse au XIXème siècle, quand les bergers possédaient tous un chien, avant l'exode rural et  la désertification des campagnes.Les vieillards ne circulent plus en nombre,les agriculteurs et les bergers ont disparu,et avec eux les soins aux plantes et l'entretien des espaces boisés.Avec cette civilisation disparaît la truffe  production commercialisée puisqu'elle est passée, pour l'ensemble de la France, de 800 tonnes à 40 tonnes une bonne année comme celle-ci et même certaines années à 15 tonnes.


Tout change,comme dans ce village où les  enfants des années 40 sont devenus des "anciens" à l'image de  Christian Molinié qui fut longtemps maire de cette aimable bourgade.De même, malgré les aides à la plantation du conseil général du Lot, et 70 ha de truffières nouvelles(rappelait Serge Rigal mon collègue conseiller général de Catus), le monde rural n'est plus et avec ce mode de vie disparait le "diamant du Quercy".

Ces nouvelles truffes constituent une production qui sera consommée "par les producteurs leur famille et leurs amis" et échappera en grande partie au marché.La ressource n'est plus suffisante pour constituer un revenu de survie comme elle le fut dans le passé.


En attendant ces sombres perspectives dégustons la truffe en saison,à la maison avec des plats simples comme le conseillent les conférenciers:pommes de terre, riz,pâtes, chez Alexis Pélissou à St Médard-Catus  pour une grande occasion l'occasion,ou tout simplement dans un bistrot de pays comme celui de Régine à Gigouzac.


                                                                              Marc Baldy



Chez Régine

Régine Andrieu
Le Bourg
46300 Gigouzac
Tél : 05 65 36 88 72



19/04/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion