727-OTAN: ,l'intervention de chevènement 8 posts/Révélations du NouvelObs


Nicolas a un nouveau copain

COPAIN obama sarkozy 2.jpg


Le Président de la République a justifié sa décision de réintégrer les structures militaires de l'OTAN par l'évolution du contexte stratégique depuis 1966.

A l'époque, le général de Gaulle craignait que la doctrine américaine de la « riposte graduée » fît de la France un champ de bataille alors même que ses intérêts directs n'auraient pas été directement engagés. Mais il craignait aussi que nous ne fussions entraînés dans des guerres qui ne seraient pas les nôtres, ainsi la guerre du Vietnam qu'il fustigea à la même époque dans son discours de Phnom-Penh. Cette éventualité n'a rien perdu de son actualité. Le risque de nouvelles guerres s'est déjà concrétisé, notamment en Irak, et nul ne sait ce qu'il en sera demain, au Proche Orient, en Iran, au Pakistan, dans le Caucase ou en Asie de l'Est.

Le Président de la République a évoqué, en reprenant les analyses du livre blanc sur la Défense, l'apparition de « nouvelles menaces » liées à la mondialisation, « facteur d'instabilité et incertitude stratégique ». Concept flou surtout qui ne décrit aucune logique claire mais énonce seulement la multiplicité des phénomènes contradictoires qui caractérisent la scène internationale contemporaine. Cette analyse néglige les Etats et l'évolution de la géographie de la puissance. La crise actuelle – crise financière et économique mais aussi enlisement militaire américain en Irak et en Afghanistan – manifeste que les Etats-Unis ne sont plus en mesure de dominer seuls le reste de la planète et peut-être même de le dominer du tout. La montée de pays milliardaires en hommes, comme la Chine et l'Inde, mais aussi le retour de la Russie et plus généralement d'anciennes nations ou le surgissement de puissances émergentes, structurera le paysage stratégique beaucoup plus que le concept-valise de « mondialisation ».
A l'orée de ces temps nouveaux, le Président de la République, par occidentalo-centrisme, met d'emblée la France dans le sillage des Etats-Unis. En soulignant notre appartenance non pas à la famille humaine, mais à la « famille occidentale », il sape en fait – sans peut-être le mesurer – l'émergence potentielle, dans le monde multipolaire de demain, d'un pôle proprement européen en nous confondant dans l'OTAN. Celle-ci ne remplacera jamais l'ONU où nous siégeons comme membres permanents du Conseil de Sécurité aux côtés de la Chine et de la Russie. Votre décision est un contresens géopolitique !

Que nous demandent en fait les Américains, à nous Européens ? C'est d'être leurs auxiliaires dans la tâche qu'ils s'assignent de refondation de leur leadership. Laissez-moi vous citer M. Brzezinski, ancien conseiller spécial du Président Carter et toujours influent dans les milieux Démocrates :

« Tout en arguant qu'ils ne sont pas en mesure d'intervenir militairement, les Européens insistent pour prendre part aux décisions … Même si les Etats-Unis demeurent la première puissance mondiale, nous avons besoin d'une alliance forte avec l'Europe pour optimiser notre influence respective » … et il ajoute « L'Europe peut faire beaucoup plus sans déployer d'efforts surhumains et sans acquérir une autonomie telle qu'elle mette en danger ses liens avec l'Amérique » (1).

On ne peut être plus clair : l'OTAN est un moyen de solliciter davantage la contribution militaire des Européens à des opérations dont chacun sait très bien qu'elles se décident d'abord à Washington, tout en empêchant que l'Europe se dote d'une défense autonome. Or celle-ci est la condition d'une politique étrangère indépendante.

La décision du Président de la République de faire réintégrer par la France les Etats-majors de l'OTAN obéit donc à une logique américaine : celle d'un partage accru du fardeau mais nullement des décisions, au sein d'une alliance qu'ils dominent absolument.

Personne ne nous a demandé de réintégrer l'OTAN ni les Etats-Unis ni nos alliés européens. Cette décision du Président de la République a été prise sans débat préalable : à l'Assemblée Nationale le gouvernement a pris sa majorité en otage en utilisant l'article 49-1 de la Constitution. Au Sénat il n'y a eu ni débat ni vote. S'il y avait eu un véritable débat au Parlement et dans le pays, la réponse aurait été tout autre.

Vous prétendez que la France restera indépendante au sein de l'OTAN mais vous méconnaissez le poids des entraînements et celui des symboles.

Sept cents officiers dans les états-majors de l'OTAN, cela crée un tropisme dans nos armées qu'on déshabitue ainsi de penser national. L'argument selon lequel l'Allemagne ou la Turquie, dans une certaine mesure, ont pu, en 2003, se tenir à l'écart de l'invasion de l'Irak par l'armée américaine ne tient pas. Ce refus de participer est un fusil à un coup. Quand on est intégré, assis en permanence à la même table, on ne peut dire « non ! » tout le temps. Le Président de la République laisse à penser que la France en envoyant des officiers généraux dans les Etats-majors, et pas seulement des soldats sur le terrain, pourra peser sur les décisions. C'est un sophisme : chacun sait bien que les vraies décisions ne se prennent pas dans les états-majors de l'OTAN mais à la Maison Blanche. Nous serons mieux informés, dites-vous. Mais de quoi ? De décisions élaborées en dehors de nous !

Vous méconnaissez enfin et surtout le poids des symboles. Depuis 1966, la France avait maintenu une distance vis-à-vis de l'OTAN qui la faisait regarder comme un pays non-aligné, bref indépendant. C'est à cela que vous allez mettre fin. Vous protestez en déclarant qu'il ne s'agit que d'une impression. Mais en politique internationale, l'impression est tout.

Le Président de la République a justifié la réintégration complète de la structure militaire de l'OTAN par l'argument de la défense européenne. En nous faisant « plus blanc que blanc », nous dissiperions les suspicions qui auraient freiné les avancées de ladite défense européenne. C'est là une vue bien naïve des choses :

Il n'y a pas de défense européenne parce que les Etats-Unis ne le souhaitent pas, parce que les Britanniques s'opposent à la mise sur pied d'une structure d'Etat-major significative qui permettrait la planification et la mise en œuvre d'opérations proprement européennes, et enfin parce que les autres pays européens ne sont pas prêts à faire l'effort de se défendre par eux-mêmes. Et là est le risque pour la France aussi, dont l'effort de défense – 1,6 % du PIB – n'a jamais été historiquement aussi faible : en dehors de l'indépendance nationale la justification de l'effort à la longue disparaît. A long terme l'intégration à l'OTAN affaiblira l'esprit de défense.

Certes, il convient de saluer les nouvelles orientations du Président Obama, quant aux relations qu'il convient de tisser entre les Etats-Unis d'une part, la Russie, la Chine, et même l'Iran d'autre part. Mais il ne faut pas oublier que le Président élu entend bien refonder un nouveau « leadership américain » et ouvrir la voie, je le cite, à un « nouveau siècle américain ». Ne confondons pas le moment Obama et l'extrême difficulté des transitions inévitables. Qui peut dire que dans la crise profonde qui frappe l'économie mondiale, la guerre demain – en Iran ou ailleurs - ne sera pas, encore une fois, aux yeux de dirigeants aux abois, le moyen de forcer le destin ?

Votre décision de réintégration complète de l'OTAN accroît le risque que la France se laisse entraîner demain dans des guerres qui, selon l'expression du général de Gaulle, « ne seraient pas les siennes ».

Alors que nous nous apprêtons à fermer une base militaire en Afrique Centrale, traditionnelle zone d'influence française, mais aussi réservoir de richesses qui suscitent toutes les convoitises, nous ouvrons une nouvelle base à Abu Dhabi, dans le Golfe, région où notre autonomie stratégique est nulle.

Avec la Chine, grande puissance du XXIe siècle que le général de Gaulle avait reconnue le premier, en 1964, une brouille – espérons-le passagère et due peut-être à des impairs ou à des susceptibilités excessives – vient obscurcir notre relation. Mais qui peut croire que cette brouille n'illustre pas aussi notre changement de posture vis-à-vis des Etats-Unis ?

Je n'observe pas par ailleurs que les Etats-Unis aient renoncé à faire entrer un jour dans l'OTAN l'Ukraine et la Géorgie. Ce jour-là, notre partenariat stratégique avec la Russie deviendra rhétorique.

L'indépendance nationale ne se définit pas contre les Etats-Unis. On peut être indépendant et d'autant mieux allié des Etats-Unis. Je souhaite ainsi que nous venions à l'aide du Président Obama dans un puissant effort de relance coordonné à l'échelle mondiale. Mais dans le monde multipolaire de demain, il y a place pour une France indépendante qui donnerait une voix à l'Europe et contribuerait à l'existence – OTAN ou pas – d'un « pôle européen » capable de peser sur la scène du monde. Votre décision rendra cet objectif beaucoup plus difficilement accessible.

intervention du sénateur chevènement dans le débat du 25 mars 2009 sur la réintégration de la France dans l'OTAN.

Barack Obama c'est la classe!

8 heure du matin strasbourg.jpg

Voici un excellent article que publie le Nouvel Obs et les questions que se pose Vincent Jauvert,son auteur sur son blog: //globe.blogs.nouvelobs.com/

1/ Quels postes de commandement voulait l'Elysée au début des tractations?

2/ Quelles avancées de l'Europe de la Défense l'équipe de Nicolas Sarkozy espérait-elle arracher pour justifier cette réintégration?

3/Et qu'a-t-elle finalement obtenu?


OTAN:HISTOIRE SECRETE DU RETOUR DE LA FRANCE

                                                                                                          


Ce samedi 11 août 2007, George Bush reçoit Nicolas Sarkozy en visite «privée» dans sa maison familiale de Kennebunkport, au bord de l'Atlantique. Au menu : hamburgers, haricots noirs et claques dans le dos. Officiellement on parle de tout et de rien. On fait seulement connaissance. En réalité, le nouveau président français (il a été élu trois mois plus tôt) vient mettre George Bush dans la confidence. «Nicolas Sarkozy nous annonce, sous le sceau du secret, qu'il veut faire réintégrer la France dans le commandement de l'Otan, raconte un important officiel américain. Il dit même qu'il souhaiterait que cela se passe très vite, dès le prochain sommet de l'Alliance atlantique, en avril 2008 à Bucarest. Evidemment, Bush, qui était très isolé et critiqué sur la scène internationale, était ravi de ce rapprochement spectaculaire.» L'Elysée n'a jamais reconnu que les choses s'étaient déroulées si tôt et d'une façon si abrupte. En fait, l'histoire du retour complet de la France dans l'Otan recèle nombre d'épisodes gênants pour Nicolas Sarkozy et son équipe. Certains d'entre eux nous ont été racontés par différents responsables français, américains et européens, sous couvert de l'anonymat.

Comme il est d'usage sous la Ve République, l'essentiel s'est déroulé dans le bureau du conseiller diplomatique du président de la République, l'incontournable Jean-David Levitte. Tout commence là, le 27 juillet 2007, trois semaines avant la rencontre «privée» de Kennebunkport, quand Jean-David Levitte réunit le chef des armées, le chef d'état-major particulier de Nicolas Sarkozy, le directeur politique du Quai-d'Orsay et le conseiller diplomatique du ministre de la Défense. Il ne leur annonce pas exactement la couleur. Il dit vouloir sonder les différents ministères sur un «éventuel» retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan. Mais chacun comprend que tout est déjà joué, et que Nicolas Sarkozy, bien qu'il n'ait jamais évoqué la question pendant la campagne, a déjà tranché. Si bien que le chef d'état-major de l'armée française, le général Georgelin, conclut ainsi, en souriant, la réunion : «Messieurs, le moment est historique. On devrait prendre une photo pour l'immortaliser»


Au cours de cette réunion «historique», on évoque déjà les postes dans l'Otan que la France devrait obtenir «en échange» de son retour complet dans la structure militaire de l'Alliance. On veut au moins l'un des trois «qui comptent vraiment», et qui sont déjà occupés par des Européens : adjoint du chef américain de l'Otan, poste tenu par un Britannique; chef d'état-major des opérations, poste toujours occupé par un Allemand; ou commandant de «Brunsumm», le QG d'où sont gérées, en partie, les opérations en Afghanistan, poste également tenu par un Allemand. Comme on va le voir, la France n'obtiendra aucun de ces trois commandements.

Ce 27 juillet 2007, dans le bureau de Jean-David Levitte, on évoque aussi la défense européenne. Mais il ne s'agit pas - pas encore - de faire de son avancée un préalable au retour complet de la France dans l'Otan. En fait, un seul des participants en parle pour lancer, exaspéré : «Cette réintégration, celle que vous préparez, c'est la mort de la défense européenne...»


L'Elysée comprend le danger d'une telle remarque si elle fait tâche d'huile au sein de l'establishment français. Car depuis 1998 l'élite politique française, de droite comme de gauche, a fait de l'Europe de la Défense l'un des axes majeurs de la diplomatie française. L'équipe de Sarkozy ne peut donc prendre le risque d'être accusée à la fois de se réaligner sur l'Amérique et de négliger un symbole de la souveraineté européenne. Bref, de tuer simultanément de Gaulle et Monnet.


Quelques jours après cette réunion, et sous la pression de François Fillon, on décide donc deux choses : d'abord de ne pas réintégrer tout de suite, sous Bush, mais en 2009 après l'élection d'un nouveau président américain. Et pour célébrer l'événement, on envisage d'organiser en France le sommet du 60e anniversaire de l'Otan. Angela Merkel, qui veut elle aussi accueillir cet événement historique, proposera un sommet commun franco-allemand - ce que Nicolas Sarkozy acceptera en novembre 2007.

Seconde décision : profiter de la future présidence française de l'UE pour essayer de décrocher des avancées importantes dans l'Europe de la Défense, en prétendant qu'on ne reviendra complètement dans l'Otan que si on les obtient. Cependant, on se garde bien - et c'est là toute la manip - de fixer un objectif précis. Si bien que n'importe quel progrès, si minime soit-il, fera l'affaire... Au début, on espère pouvoir décrocher le gros lot, la seule avancée qui vaille : la création d'un vrai quartier général de la défense européenne, à la fois stratégique et opérationnel, un QG permanent comportant des centaines d'officiers - un symbole fort. Fin août, Jean-David Levitte en parle à son homologue britannique au cours d'un déjeuner à Paris. Cela ne paraît pas impossible

Mais, patatras, Gordon Brown, jusque-là très populaire, s'effondre dans les sondages. Or les élections britanniques approchent. Il n'est plus question pour lui d'apparaître trop «europhile». Du coup, dès l'automne 2007, le ministre britannique de la Défense Des Browne annonce à son homologue français que, si cela peut aider Nicolas Sarkozy à faire revenir totalement la France dans l'Otan, il est prêt à consentir quelques efforts en matière de défense européenne, mais que, pour le QG, c'est non. «C'est une ligne rouge», dit-il à Hervé Morin.


A l'Elysée, on ne lâche pas prise. Paris espère contourner Londres par Washington. Grâce à l'habile Levitte, et en échange de l'envoi en renfort de 700 soldats français en Afghanistan, George Bush accepte de faire un véritable panégyrique de l'Europe de la Défense, lors du sommet de l'Otan de Bucarest en avril 2008. Mieux, quelques semaines plus tard, le Pentagone fait savoir qu'il n'est plus opposé à la création d'un QG européen. C'est une révolution. Mais Gordon Brown ne veut toujours rien entendre. Que faire ? Bien que l'Allemagne ait, elle aussi, acquiescé du bout des lèvres, Nicolas Sarkozy décide de ne pas tenter l'épreuve de force avec Londres. Et, avant même la présidence française de l'Union, il abandonne, sans le dire, l'idée de ce QG. Il n'y aura donc pas de véritable avancée de la défense européenne.


Sur le front de l'Otan, aussi, les choses restent au point mort. Les Britanniques - et, cette fois, les Allemands - bloquent. Début 2008, Paris a demandé à Londres d'accepter que le poste d'adjoint au chef militaire de l'Alliance, toujours occupé par un Britannique, devienne tournant, c'est-à-dire soit attribué successivement à un Anglais, un Allemand et un Français. La réponse ne tarde pas : c'est «No Du coup, Berlin refuse de lâcher l'un des ses commandements. Et Nicolas Sarkozy ne parviendra pas à convaincre Angela Merkel de changer d'avis. «Comment les Français, qui nous ont craché dessus pendant des années, ont-ils pu croire un instant que nous allions nous réjouir de leur retour complet dans l'Otan et leur céder nos places comme ça, pour leurs beaux yeux ?», demande un responsable allemand.

Concessions

A l'été 2008, au début de la présidence française, voilà donc Nicolas Sarkozy Gros-Jean comme devant. Pas de QG européen, pas de grands commandements : comment, dans six mois, «vendre» aux Français la réintégration de la France dans l'Otan ?

Côté défense européenne, il faut faire le forcing, arracher quelque chose. Plus résolu et concentré qu'on ne le dit, Hervé Morin obtient de ses 26 homologues quelques concessions qui, regroupées et bien enveloppées, pourront peut-être faire illusion. Mais, pour les postes à l'Otan, il faut aller voir le grand frère. En octobre 2008, le Pentagone accepte le principe de lâcher deux de ses commandements au profit des Français. Mais rien n'est signé. Il faut obtenir le feu vert final auprès de l'équipe d'Obama.

Au lendemain de l'élection présidentielle américaine, Jean-David Levitte traverse discrètement l'Atlantique pour rencontrer son homologue, le général Jones, lui-même ancien patron de l'Otan et francophone. Bien que Barack Obama ne soit pas encore officiellement investi, Jones donne son accord. Si bien que juste avant Noël, en conseil restreint de défense, le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy révèle aux ministres concernés, Kouchner et Morin, ce qu'il a obtenu à Washington : les commandements de Norfolk et de Lisbonne.


La pêche semble bonne. Norfolk est un poste prestigieux, l'un des deux commandements «stratégiques» de l'Alliance. Mais il n'est pas opérationnel. «Le QG de Norfolk, SACT, est une sorte de think tank censé diffuser les nouvelles pratiques militaires américaines auprès des Européens. C'est tout», dit un responsable français, très sceptique sur la valeur réelle de ce commandement. Quant à Lisbonne, il s'agit du QG de la «Force de réaction» de l'Otan (la NRF), force qui n'a été employée qu'une seule fois. C'était au Pakistan pour aider les populations après un tremblement de terre. Ce fut un désastre. «Lisbonne, raconte un officiel français, n'a réussi qu'à mobiliser deux bulldozers espagnols que les autorités pakistanaises ont finalement refusés.» Belles prises, en effet.



Cocus et contents!!!



17/03/2009
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion