712-Dialoguer pour retisser le lien social 23 posts


L'harmonie résulte de la confrontation des contraires, de l'alternance du blanc et du noir,du bien et du mal,du jour et de la nuit et l'amour est plus fort que la mort.Voilà ce que j'ai appris laborieusement des plus sages des hommes.Ce n'est pas ce que chaque visiteur peut observer à la lecture de la presse ou de ce modeste blog.Le moindre débat y tourne au pugilat à la polémique à travers des affirmations dénuées de doute.Tout raisonnement y est manichéen.Chacun a raison et condamne l'autre,lui dénie toute intelligence toute connaissance,toute réflexion.

Prenons un exemple dans les derniers débats de ce blog.Les fermetures de postes à Cahors dans l'Education Nationale en sont l'illustration.J'aurais pu choisir la querelle sur l'implantation du SDIS ou celle plus récente sur l'antenne de téléphonie mobile à Pradines.Et c'est aussi vrai à Metz,à St Brieux ou à Capbreton.

Chaque commentateur défend sa position.Les uns sont totalement opposés à toute économie de l'Etat et de la ville sur l'école parce qu'ils la jugent prioritaire,
comme cela a toujours été le cas pour la gauche.Ils estiment que dans chaque quartier les parents doivent pouvoir scolariser leur progéniture près de leur domicile,avec le minimum de déplacements automobiles et ce dès que possible.
Le département du Lot a longtemps donné l'exemple avec la scolarisation dès deux ans en maternelle et les transports scolaires gratuits.

D'autres,notamment ceux appelés à gérer, qu'ils soient responsables de l'Etat,ou des collectivités,ont découvert que les effectfs sont à la baisse dans certains quartiers qui ont vieilli, dans le centre ville en général,et à la hausse dans les quartiers neufs périphériques.S'ajoutent les flux d'enfants attirés en ville par l'activité professionnelle des parents qui assurent souvent leur transport et aiment les avoir à proximité  du travail si celui ci est loin du domicile.

Là dessus à droite comme à gauche (rappelons nous la campagne de Ségolène Royal) ont aimerait s'évader des contraintes de la carte scolaire et choisir son école. C'est assez rarement La Croix de fer,St Valérie ou Terre Rouge, les quartiers HLM; beaucoup plus souvent Bellevue qui dispose d'emplois à proximité, l'ancienne Ecole normale réputée pour ses " maîtres d'application" comme on disait au temps où j'étais confronté à ces problèmes.Ainsi une assistante sociale ou une infirmère que je connais bien, résidant à 20 km n'hésitait pas faute d'école dans sa commune à déposer chaque jour ses banbins au grand Groupe scolaire Nord disposant d'une cantine d'une garderie..

Ces difficultés sont récurrentes, je me suis attaché à les résoudre naguère avec l'assistance des services municipaux,de l'inspecteur de l'Education nationale et de quelques directeurs et directrices d'école.S'ajoutent à présent à ces difficultés, les coûts de fonctionnement dopés par le prix des énergies.Nous ne sommes plus dans les années 80 ou 90.Tout a évolué.Il faut donc nous explique t'on,regouper,
améliorer la rentabilité des installations,économiser les deniers publics et les contribuables.

Cela ne peut se faire sans un meilleur contrôle des inscriptions,une entrée retardée à 3 ans en maternelle parait programmée au bénéfice de crèches et garderies plus nombreuses à proximité dans les quartiers.C'est évidemment plus complexe en milieu rural.Le conseil général y travaille avec ses schémas d'aménagement.
Il est tout à fait normal donc que la mairie de Cahors réfléchisse au moyen et long terme.Elle affirme,et on doit le croire, que tout sera fait pour préserver l'accès à une école de proximité dans les quartiers "populaires".

Il n'est guère étonnant en revanche que ces évolutions ne soient pas comprises par tout le monde,particulièrement par les parents et les associations qui peuvent s'estimer pénalisés.La seule solution consiste à faire preuve de pédagogie,à bien exposer les données du problème et à dialoguer avec les intéressés.Les invectives,
les procès d'intention,les dénonciations ne permettent guère d'aboutir.Il faut évidemment privilégier le dialogue.Ce qui n'est pas toujours facile parce que nous ne sommes plus dans les années fastes où l'autorité des enseignants et des élus était reconnue.Aujourd'hui  les maîtres et professeurs  se voient contestés.J'en vérifie chaque jour des exemples dans mon propre entourage.

Les enseignants,comme les parents font aujourd'hui un métier difficile.Ne parlons pas de celui des élus,quelqu'un ici viendrait me dire que ce n'est pas un métier.Et pourtant!....

                                                                             Marc Baldy

le dialogue ça se prépare....
Dessin du jour : Une interview, ça se prépare ...

dessin de Delize yahoo! cartoons













04/02/2009
27 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion