674-En passant par l'Europe 4 posts

Je publie ici un article de l'excellent blog de mon ami Raymond Beltran.Son blog est très apprécié de mes amis laïques toulousains et audois.Je souhaitais depuis longtemps faire connaître son blog à mes visiteurs.C'est fait. Marc Baldy

En passant par l'Europe

Une lecture rapide des journaux de cet été a attiré notre attention sur des évolutions qui se font jour.

Le Monde nous a appris qu'en Grèce, le gouvernement conservateur a admis le droit des parents à demander la dispense des cours de religion pour leurs enfants, sans avoir à justifier la raison ni à exposer leur croyance. Déjà en 2000 le gouvernement socialiste avait supprimé la mention de la religion sur les cartes d'identité.
Malgré la non séparation entre l'église orthodoxe et l'Etat grec, l'influence des instances européennes a permis ces pas en avant, franchi avec l'opposition des dignitaires orthodoxes. Des jugements de la Cour européenne des droits de l'homme ont été à l'origine de ces avancées.
El País nous précise que début septembre un Congrès de théologiens a abordé le thème « Christianisme et laïcisme » sous l'égide de l'association Jean XXIII. Devant un public d'enseignants de religion dans les écoles publiques et les écoles privées sous contrat, des philosophes ont affirmé que « l'éthique ne peut être que laïque ; elle est autonome ; elle est l'expression de la raison humaine et de la conscience individuelle et sociale »… « La morale est antérieure à la religion. Elle ne peut rester en dehors de la raison »… « La laïcité est une manière … de concevoir et d'organiser les libertés, en particulier les libertés d'opinion, de conscience et de croyance. Il s'agit d'une manière d'interpréter les relations entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux, entre vérités privées et vérités universelles, entre la sphère publique et la sphère privée. »
Il va sans dire que ces philosophes sont loin de la position du Vatican et de celle de l'église espagnole officielle. Mais il est symptomatique que dans des cercles catholiques espagnols avertis cette réflexion puisse avoir lieu, montrant le décalage qui apparaît de plus en plus entre les croyants de base et une hiérarchie rétrograde.
La Vanguardia fait la distinction entre le sens du mot laicismo, traduction officielle de la laïcité française, et laicidad, néologisme qui s'impose de plus en plus. La définition du dictionnaire de l'Académie espagnole pour laicismo est « Doctrine qui défend l'indépendance de l'homme ou de la société, et plus particulièrement de l'Etat, par rapport à quelle organisation ou confession religieuse qui soit. » Le mot laicidad n'y figure pas encore.
Ce même journal de Barcelone commente combien le Vatican met d'espoir sur la laïcité positive développée en France par Nicolas Sarkozy, qu'il voudrait faire appliquer en Espagne : « une idée de religion facteur bénéfique pour la société et non pouvoir cherchant une ingérence politique. » Mais le journal s'interroge aussitôt sur le contenu de cette expression qui n'est clair pour personne : Ce que l'église souhaite c'est sortir la religion de la sphère privée et s'imposer dans la sphère publique comme un partenaire indispensable.
J'ai souvent noté cette prétention qui revient en récurrence en France dans les discours de la hiérarchie ecclésiale. Il suffit de remonter de quelques mois dans mes papiers pour retrouver mes prises de position (voir le site www..). Quant à la laïcité positive, il va sans dire que je ne vois dans ce qualificatif ni nécessité ni signification, sauf à qualifier de négative celle en vigueur qui résulte de la loi de 1905.
Notre Président a été mal conseillé pour se lancer dans un concept qui ne fait qu'embrouiller les choses. Tout cela afin de plaire à un Pape qui s'est pourtant permis de lancer devant les évêques l'anathème sur des pratiques qui concernent notamment la vie privée du Président. Il a rappelé entre autres que l'église continue à refuser la communion aux divorcés remariés civilement. Notre Président, tout chanoine qu'il est, est donc excommunié… et cela lui a été dit, indirectement, avant de quitter le territoire français, coup de pied de l'âne chaussé de mules rouges...
On fait mieux en matière de politesse concernant son hôte, qui s'était mis en quatre pour recevoir avec éclat ce visiteur !...
Raymond BELTRAN
Le 26 septembre 2008


26/09/2008
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion