663-Mon curé chez les Hirschs ,,. RSA... Clavier,la Corse,...Dati....,Hortefeux 13 posts

http://storage.canalblog.com/64/26/54235/29655380.jpg


Le Fait du jour,dessin de Chimulus,Hortefeux se tient prêt sans mollir

voir aussi ci-dessous le commentaire de Dominiac Orlique


Le RSA, ce n'est pas la justice sociale

extrait du blog L'Economie politique, de Gilles Ravaud:

Il y a quand même deux ou trois trucs qui clochent.
Le premier, c'est la philosophie sous-jacente du bidule, cette idée détestable qu'il faut "inciter" les gens à "travailler plus". Oh là là c'est sûr, gagner 500 ou même 1000 euros par mois, c'est tellement bien, je vais m'en contenter, il faut vraiment que quelqu'un me pousse aux fesses pour que je daigne travailler plus !
Le deuxième, qui y est lié, c'est que, dans la pratique, ce n'est pas parce qu'ils vont perdre leur RMI que de nombreuses personnes ne travaillent pas. Au contraire, ainsi que l'expliquait déjà Hélène Zajdela dans notre immortel ouvrage sur les idées reçues en économie, un nombre non négligeable d'anciens allocataires du RMI travaillent… alors que ces personnes y perdent financièrement.
Non, si des tas de gens ne travaillent pas, c'est parce que, surprise surprise… il n'y a pas de boulot ! Ou alors, même quand il y a des emplois, c'est parce que ces personnes sont malades, parce qu'ells n'ont pas le permis de conduire, ou pas de véhicule, parce qu'il faut qu'elles s'occupent d'un enfant ou d'un parent, etc. Comme le dit Dominique Méda, "la plus grande partie des problèmes qui font obstacle à la reprise d'emploi des bénéficiaires de minima sociaux ne sont pas d'ordre monétaire".
Le troisième, c'est que tout le monde s'excite parce que Sarkozy "taxe le capital pour donner aux pauvres". Mais les revenus du capital restent taxés à hauteur de seulement 12%. Cela reste beaucoup moins que le taux auxquel le travail est taxé.
Enfin, ce dispositif revient à ce que la solidarité nationale s'adresse non pas à quelqu'un de malade, de vieux, d'handicapé ou sans emploi, mais à un travailleur. Ce genre de dispositif normalise le fait que les entreprises versent des salaires trop faibles pour pouvoir vivre dignement, et/ou que des tas de très mauvais emplois existent, voire se développent. C'est ce qu'explique très bien Denis Clerc dans cet entretien : avec le RSA, les entreprises sont d'autant plus incitées à proposer des emplois de quelques heures de travail par semaine, emplois que les personnes seront de plus en plus "incitées", ou contraintes, à accepter. En effet, "dans la nouvelle logique de droits et de devoirs, il y aura davantage de pression sur les candidats pour qu'ils acceptent ces emplois, qui sont paupérisants". Enfin, comme le souligne Denis Clerc, aucune demande n'est adressée aux entreprises dans ce dispositif.


 

Par chimulus





La villa corse de Christian Clavier occupée, le monsieur sécurité limogé

Lire les commentaires associés à la vidéo ci-dessous



Laurent

Laurent

Visitez son site lire_la_suite78 http://roots73.free.fr/sarkoshow.htm





Dessin du jour : Les copains d'abord ...

Sarkorobin des bois

c'est mon curé chez les Hirschs !

par auchatquipeche

RSA :  le leurre et l'argent du leurre


Paf ! Pif ! Notre Sarko national manie le paradoxe avec la dextérité d'un jedaï :
Un coup à droite, un coup à l'extrême droite, un coup à gauche, un coup à l'extrême gauche. Pour un peu on croirait entendre parler Arlette Laguiller  !

Voilà donc Sarko-MonMari-aux-six-cerveaux qui a une idée :
Et  si on prenait pour financer le RSA, l'argent du capital ?

Le problème c'est que le capital, c'est nous ! 
Et le paquet fiscal de Sarkozy fut et est encore, pour notre économie, "une belle cagade", comme disent les marseillais. 

Lire à ce sujet l'excellent livre de Jean Peyrelevade, sorti fin août. sarkolerreur

Pourquoi le financement du RSA"par les revenus du capital"  est -il inéquitable et va-t-il encore plus plomber le pouvoir d'achat des classes les moins favorisées ?
   

Voici quelques exemples concrets :

Deux personnes de mon entourage perçoivent des revenus d'assurances-vie. Toutes deux vivent seules.
L'une est retraitée à 800 euros/mois, l'autre femme de ménage à 1000 euros par mois. A la mort de leurs parents, elles ont reçu un petit héritage, pas de quoi cependant se lancer dans l'achat d'un bien immobilier.
Ces placements leur rapportent environ 200 euros/ mois ce qui leur permet de financer en partie la location de leur logement.
La première vit en colocation, ce qui fait que tout son revenu d'assurance vie paie sa colocation.

Prenons maintenant le cas du bailleur : c'est un retraité, mettons, à 1200 euros par mois, déjà propriétaire d'un logement, sa femme n'a pas de retraite, donc il arrondit les fins de mois en louant l'appartement  dont il a hérité de ses parents 510 euros/mois,
 Charges et frais d'entretien et d'agence déduits, il lui reste environ 350 euros par mois  à rajouter aux 1200 de sa pension.

C'est sympa, mais à deux sur un salaire comme celui-là, c'est  vraiment pas byzance.

Dans les trois cas, ces personnes paient les taxes d'Etat (TVA) sur les produits de conso obligatoires, gaz, électricité, essence, eau, et bien entendu, france telecom, redevance télé .

Ces personnes sont également assujetties à l'impôt sur le revenu, au RDS et à la CSG, sur la base de leurs gains tous confondus.

Tout comme les RMIstes boostés sur le marché du travail par le RSA seront eux aussi assujettis à l'impôt, au RDS et à la CSG : normal.

Ce qui est moins, normal, c'est que cette nouvelle taxe épargnera les plus gros "REVENUS DU CAPITAL" , car ils bénéficient du bouclier fiscal. 
Or ces gros rentiers sont déjà exonérés du RDS, de la CSG et de l'impôt sur le revenu.

Ces heureux non-contribuables devaient , selon Super-EcoSarco, faire feu des quatre fers pour réïnvestir dans l'entreprise leur pactole ( >8.000.000 d'euros par an pour les plus veinards)  reversé par l''Etat.

On les attend toujours !

L'avantage de taxer les plus pauvres et de détaxer les plus riches, c'est que les pauvres, eux, raquent rubis sur l'ongle, par prélèvement automatique.

Les gross capitalistes mauvais payeurs, il faut encore les traîner en justice, quand l'Etat ne doit pas en plus leur payer un arbitrage pour leur faire récupérer les millions, avec intérêts, perdus au procès ;-)

804846-965393 <= ci-contre  (merci à Marianne .fr ):
Le président du pouvoir d'achat, au pont de Caracole :
 Il part chercher la croissance avec les dents avec son paquet fiscal sous les fesses
 


Qu'est-ce que je vous disais hier ? :

http://auchatquipeche.blog.fr/2008/08/29/sarkorobin-des-bois-c-est-mon-cure-chez-les-hirschs-4652490

et voici un extrait du Monde.fr d'aujourd'hui (c'est pas de moi, chuis pas journaliste)

" En décidant une surtaxe de 1,1 % sur les revenus de placement et du patrimoine pour financer le revenu de solidarité active (RSA), Nicolas Sarkozy a pris la gauche à contre-pied. Mais si le "coup" politique est réussi, un certain flou entoure la création de cet impôt, qui va toucher une très large frange de la population. Le dispositif retenu reste bien loin de l'idée de taxer le capital et de faire payer les riches, populaire dans un pays qui a longtemps rêvé de s'en prendre à ses 200 familles..En l'état, le projet frapperait notamment les 12,5 millions de Français titulaires d'un contrat d'assurance-vie. Lesquels ne se recrutent pas, tant s'en faut, parmi les seuls cadres dirigeants ou professions libérales : d'après la dernière enquête de l'Insee sur le patrimoine, qui date de 2004, un tiers des ménages avaient à l'époque une assurance-vie. 40,3 % des ménages dont la personne de référence est ouvrier qualifié et 38,6 % de ceux dont le chef est employé avaient un contrat de ce type. (...) "Ce sont entre 50 % et 60 % des ménages français qui pourraient être concernés par la surtaxe. Et ce, quel que soit le revenu, qu'ils détiennent deux actions de Saint-Gobain ou une ligne de participation chez Wendel", résume un fiscaliste qui, en l'absence de précisions de Bercy, requiert l'anonymat."

  à méditer




J'approuve Philippe Martin,député du gers:le financement du RSA tel qu'il est envisagé est socialement plus juste que le précédent qui faisait payer les pauvres.C'est mieux de prélever sur les revenus du capital mais ce sont les classes moyennes qui vont, une fois de plus, être frappées cette fois-ci sur leur épargne.J'en suis comme beaucoup de ceux qui viennent surfer sur ce blog.Tant pis! c'est plus juste.


L'idéal eut été de prélever ce milliard et demi sur le paquet fiscal,à peine 10% des 15 milliards accordés.Hélas,le bouclier fiscal permettra aux plus riches d'échapper au financement du RSA.N'empêche,c'est un progrès,une mesure qui figurait dans le programme de Ségolène...un peu loin à mon goût,mais qui y figurait.


Ce RSA ne résout pas tous les problèmes mais il constitue un progrès.Celui ou celle qui travaille gagne un peu plus que s'il restait chez lui.Dans le département du gers,sur 500 personnes concernées allocataires du RMI,depuis 6 mois d'expérimentation,250 ont repris un emploi au lieu des 125 attendus.En moyenne ils reçoivent 200 euros mensuels de plus.Il faut évidemment que le conseil général notamment complète ce dispositif par des mesures d'accompagnement social mais c'est un progrès.


philippe Martin constate qu'il reste à étendre le dispositif aux  jeunes de moins de 25 ans.Cela coutera beaucoup plus d'un milliard et demi d'euros mais cela vaut mieux que l'errance."Il faut donc taxer le grand capital".


Marc Baldy



29/08/2008
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion