655-Devoir de vacances 16 posts 2 videos

Qui est socialiste  au PS?...Devoir de vacances.

 Pour tenter de comprendre ce qui se passe au PS,"un moulin qui tournerait à vide" selon Libé,et à gauche en général où Besancenot s'affirme et semble jouer  le rôle tenu naguère par Le Pen pour la droite , nous publions un article de Politique.net.

Beau devoir de vacances en ces journées ensoleillées où les internautes rèvent de détente et de repos plus que de cogitations philosophiques.Est-ce une bonne analyse? Dites nous comment vous voyez l'avenir?

Une video de Jacques Attali dans "Parlons net",publié par Rue89 nous donne un éclairage intéressant.(Voir la video ci-dessous).

Bon ressourcement,bonnes vacances!Reprise des cours,euh ...pardon,des libations, en septembre.

Et n'oubliez pas ce mot d'Alain Juppé parlant de Bordeaux et de la fête de son vin:"Ici on ne picole pas,on ne se saoule pas la gueule,on cherche le plaisir,on déguste".

Au "Bistrot de Marco",bistrot politique,bistrot virtuel qui célèbre les mérites du Cahors et de son vin noir de Malbec,on discute,on est aimable et on déguste!

Marc Baldy

 


J'aime pas...

Dessin du jour : J'aime pas... ...




DUHAMEL

Derrière la dénomination "la gauche" se cache en réalité une multitude de courants idéologiques qui s'affrontent. Il n'y a pas une gauche, mais des gauches. Si les différences entre l'extrême-gauche qui rejette la société capitaliste et les socialistes qui ne souhaitent que la réformer sont visibles, les divisions idéologiques peuvent surprendre lorsqu'elles sont présentes au sein d'un même parti.

C'est ce qui se passe au Parti socialiste ou plusieurs courants s'affrontent depuis des années mais de manière plus virulente depuis la défaite de Ségolène Royal à l'élection présidentielle. Tous veulent incarner la rénovation à gauche. Mais quelle gauche ? N'y a-t-il pas plusieurs gauches ? Quelles sont les différences idéologiques au sein du PS ? Dans sa chronique sur France Culture, Olivier Duhamel a tenté de définir les différentes gauches.


La dénomination des gauches

Selon que l'on appartienne à un courant ou à un autre, la dénomination des différents courants change. Les sociaux-démocrates (Royal, Strauss-Kahn) se considèrent comme la nouvelle gauche par opposition à la vieille gauche qui serait celle des socialistes traditionnels qui se réfèrent aux premières années de Mitterrand. Du point de vue des socialistes traditionnels, on désigne le courant rival par le terme de centre gauche par opposition à la vraie gauche pour souligner la dérive droitière de ce courant. Quelles que soient les dénominations adoptées, ces différences d'appellation désignent bien des différences idéologiques.


La gauche social-démocrate ou social-libérale

Pendant la campagne présidentielle, un groupe de hauts fonctionnaires et d'intellectuels, qui s'est donné le nom de "Gracques", a lancé un appel pour une alliance entre les socialistes et les centristes de Bayrou. Ces personnalités de gauche prônent un socialisme réformiste : l'adaptation de la société capitaliste passe d'abord par le compromis et la négociation entre les partenaires sociaux pour les questions d'emploi par exemple.


La gauche traditionnelle, égalitariste

Au Parti Socialiste, des personnalités comme Laurent Fabius et Jean-Luc Mélenchon incarnent la gauche traditionnelle, plus étatiste, plus soucieuse de l'égalité de traitement. La justice sociale passe avant l'efficacité économique. L'égalité est la valeur de référence. La fraternité prédomine dans la vision de la politique de l'immigration. La sécurité passe d'abord par la prévention, la répression étant un thème laissé à la droite.


Un rapport de force déséquilibré entre ces deux gauches

Pour analyser le rapport de force entre ces deux gauches, Olivier Duhamel s'appuie sur une enquête parue dans le Nouvel Observateur. Un sondage auprès de tous les Français indique que les idées de la gauche social-libérale dominent. Cette domination est normale puisque l'échantillon des personnes interrogées comprend tous les Français, de droite, du centre et de gauche. En revanche, le même sondage réalisé auprès des sympathisants de gauche indique le contraire, la gauche traditionnelle l'emporte nettement. Par exemple, les 2/3 des sympathisants de gauche approuvent le SMIC à 1500 euros alors même que Ségolène Royal avait jugé que cette proposition qui figurait dans son pacte présidentiel n'était pas crédible.


Ces divisions reflètent les contradictions des Français

En réalité, l'opposition entre ces deux gauches reflète les contradictions de l'opinion. Ainsi, les Français savent que la réduction des déficits publics est indispensable (gauche social-démocrate) mais dans le même temps, ils refusent qu'on diminue le nombre de fonctionnaires pour maintenir un service public de qualité (gauche traditionnelle). De même, les Français s'inquiètent des déficits de la sécurité sociale mais ils contestent l'allongement de la durée du travail pour financer les retraites. Ils acceptent l'économie de marché mais ils craignent la mondialisation.


Une équation difficile à résoudre

La rénovation au Parti Socialiste passe par le choix entre ces deux gauches. Mais ces oppositions font écho aux priorités contradictoires sans cesse exprimées par les Français. De fait, la victoire d'une gauche sur l'autre entraînerait une clarification idéologique salutaire, mais dans le même temps, elle couperait le parti de toute une frange du peuple de gauche.
Malgré cela, les vainqueurs du prochain congrès du PS devront résoudre ce dilemme pour pouvoir espérer l'emporter en 2012, l'absence de choix idéologique clair entre 2002 et 2007 expliquant en partie la défaite de la candidate socialiste.



*** Source
Olivier Duhamel, "Les gauches", chronique sur France Culture

 



les maisons de Bayonne(site officiel de la ville)


Le point de vue de Jacques Attali

L'intellectuel Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand et président de PlaNet Finance, participait mercredi matin sur France Info à "Parlons Net", une sorte de club de la presse Internet, dont Rue89 est partenaire. Il répondait aux questions de David Abiker (France Info), Jérôme Bouin (LeFigaro.fr), Sylvain Lapoix (Marianne2.fr) et Pascal Riché (Rue89).

Rapport Attali et réformes: "Il sera très difficile de réformer après le 1er juillet"

Jacques Attali se félicite que le gouvernement ait mis en chantier 160 de ses 316 "décisions". Il est très réservé sur la tournure prise par la loi sur la modernisation économique. Il conteste également vigoureusement la loi Hadopi sur le téléchargement, qui instaure une surveillance contraire, selon lui, à l'esprit de l'Internet



2"Le PS ne redécollera que quand il sera regroupé derrière un premier secrétaire qui soit aussi candidat à la présidentielle"

La vague du libéralisme économique est en train de refluer. La gauche est divisée entre un courant social démocrate (qui propose la même chose que la droite, "mais en un plus social"), une gauche "populiste-nationaliste-archaïque" (qui est en train de l'emporter, selon lui) et un troisième courant, le sien, qui prône "une autre gouvernance mondiale", mais qui est "idéologiquement et politiquement extraordinairement faible". Il juge que le PS doit se regrouper derrière un premier secrétaire candidat à l'Elysée et il ne semble pas porter François Hollande en très haute estime.(Voir la vidéo).


"Pour les européennes de 2009, les socialistes des 27 pays doivent se présenter derrière un même programme et un seul patron"

Pour Jacques Attali, Nicolas Sarkozy n'a fait que répéter en Israël le discours donné par François Mitterrand il y a vingt-cinq ans....Il considère que la France ne doit pas rejoindre le commandement militaire intégré de l'Otan avant d'avoir mis la défense européenne sur de solides rails.  (Voir la vidéo).

                                             @@@


A propos d' Attali,il avait proposé la

suppression des départements dans son fameux rapport.Nicolas Sarkozy a refusé d'y répondre positivement au grand soulagement des conseillers généraux qui considèrent comme le Président du Conseil général du Lot "qu'ils sont les mieux placés, pour gérer efficacement en raison de leur proximité et de leur  pragmatisme pour prendre des décisions concrètes au plus près de la population".

Or Bertrand vient de remettre ça et Le Figaro évoque à nouveau des fusions ou des regroupements.

Ce matin Gérard Miquel était en colère et il l'a répété devant Madame la Préfète et le député Launay lors du déjeuner.

Au PS certains sont jacobins et d'autres ,comme lui,sont plus décentralisateurs.Où est la vérité pour le PS?

Millefeuille

Dessin du jour : Millefeuille ...

                                            @@@


Les toros au campo de la temporada 2008

Mode d'emploi :
- cliquez sur une vignette pour voir la vidéo dans le cadre principal (quelques instants de chargements sont nécessaires)


Les vidéos nécessitent le lecteur Flash ; pour le télécharger gratuitement, cliquer ici.
Si vous ne voyez pas les vidéos ci-dessous, cliquer ici.

* Un problème de visualisation ? besoin d'aide ?









28/06/2008
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion