635-conflits des "sphères"?

www.republicains-laiques-audois.org

 

Conflit des « sphères » ?...

 

Mais pourquoi cette fixation de l'église catholique sur le refus de la distinction que fait la laïcité  entre « la sphère publique et la sphère privée »?

Les autorités religieuses catholiques font l'apologie d'une certaine laïcité, expression de la liberté de culte, mais pour l'opposer aussitôt au laïcisme sectaire de ses partisans. Pour cette hiérarchie il y a les bons laïques, tolérants, ouverts aux religions, et les « laïcistes »  qui combattent le culte catholique et voudraient l'interdire.

Pour cette hiérarchie on ne parle pas de séparation des églises et de l'Etat. Il est vrai que, malgré la loi, les financements indirects et, parfois, directs ne manquent pas.

Mais venons à cet argument récurrent d'impossibilité de séparation entre la sphère publique et la sphère privée. J'ai l'impression, et j'engage là mon sentiment personnel, que l'on se complaît dans « un dialogue de sourds » fait d'affirmations qui ne tiennent pas compte des réponses apportées.

Ramener la religion à la sphère privée, qu'est-ce que cela veut dire ?... Bien sûr, cela signifie que la religion n'occupe pas la sphère publique, c'est-à-dire qu'elle ne remplit pas la vie politique ni les institutions officielles comme le ferait une religion d'Etat. Cela signifie l'affirmation de la neutralité de l'Etat, des communes, des organismes républicains qui « ne reconnaissent… aucun culte » (art. 2 de la loi du 9 décembre 1905).

Mais il est de mauvaise foi de conclure que les religions restent enfermées ainsi dans les « catacombes » de la laïcité car elles seraient interdites d'expression publique. Aucune loi ne les y contraint, les manifestations publiques étant autorisées par les Préfets ou par les Maires, sauf risques de troubles. Les faits montrent que, à notre connaissance, il n'y a pas d'interdictions de leur part mais plutôt des réponses très bienveillantes…

Qui peut dire que nos journaux quotidiens, les JT des TV ne se font pas l'écho insistant des déclarations d'évêques ou de celles du Pape ?... Les religions seraient-elles interdites d'expression publique ?... Les laïques ne l'ont jamais demandé, même s'ils se réservent le droit de commenter librement cette expression. Ce que les laïques demandent et qui n'est pas souvent respecté c'est que la (une) religion ne soit pas mêlée aux cérémonies officielles, publiques, et que les détenteurs d'une autorité, administrative ou acquise par l'élection, respectent leur devoir de neutralité quand ils y participent ès qualités.

Il n'y a pas de religion officielle en France. Les citoyens français quelle que soit leur option en matière de croyance, sont égaux devant les services de la République. Il ne doit pas avoir d'affichage religieux dans les cérémonies officielles pour respecter la loi et pour respecter la diversité des citoyens. C'est l'exigence de la laïcité.

Des philosophes catholiques parlent pourtant de schizophrénie chez l'individu qui serait sommé de cacher ses croyances, qui devraient rester enfermées dans sa vie privée. Il est dit ainsi qu'il serait interdit d'afficher ses convictions intimes dès qu'on a franchi le seuil de chez soi. Mais personne n'a encore vu des milices laïques, telles les polices religieuses de certains pays, intervenir auprès de chacun pour faire respecter cette interdiction que, par ailleurs, personne n'a jamais édictée. Mais cette argumentation fallacieuse fait planer un soupçon de manque de liberté religieuse qui serait due aux exigences des laïques... N'est-ce pas le but à atteindre ?...

Devant cette mise en cause idéologique que développe le Vatican et qui est relayée par les évêques, nous sommes tentés de nous référer à l'attitude de ce philosophe grec qui, après avoir entendu de longs développements théoriques sur l'impossibilité que le mouvement existe, se contenta de se lever et de se mettre à marcher en silence autour des orateurs qui avaient voulu le convaincre.

Il existe des cas qui demandent clarification, car source de polémiques. Celui de personnes occupant une fonction officielle : ont-elles, au nom de leur liberté personnelle, à faire mention de leur confession religieuse pour motiver leur déclaration ou leur décision ?... Président à Latran, Préfet se basant sur ses convictions chrétiennes pour interdire un festival culturel, Juge fondant sur ses choix de croyant sa décision de justice ?…

Tout fonctionnaire a un devoir de réserve. Si chacun est libre de ses opinions et de ses croyances individuellement, il n'occupe pas à titre personnel son poste dans une administration ni dans une Institution officielle. Il est représentant des citoyens, du peuple, de la République. Le devoir de réserve des élus et des autorités administratives consiste à séparer leurs choix personnels privés de leur expression publique officielle. Il y va du respect de ceux qu'ils représentent, qui n'ont pas d'obligation de partager leurs choix intimes, ni de subir une pression qui attenterait à leur propre liberté. La vie privée de chacun est libre.

Il ne peut pas avoir de schizophrénie : si l'on est élu et qu'on représente le peuple français on ne doit pas afficher publiquement des goûts religieux privés quand on s'exprime dans sa fonction publique. Mais il est évident que les options politiques de l'élu, sur lesquelles il a été choisi par les électeurs, sont publiques… La tradition républicaine admet cependant qu'une fois élu il représente tous ses électeurs : à lui de respecter ceux qui n'auraient pas voté en sa faveur.

Mais pourquoi toujours ces arguties pour contester l'équilibre que la laïcité apporte ?

« La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte »…

Mais aussi :

 « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exerce des cultes sous les seules restrictions édictées… dans l'intérêt de l'ordre public. »

Raymond BELTRAN

Le 18 avril 2008         



25/04/2008
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion