588-Culture § compagnie:Caron un copain du bistrot de Marco à Paris




Photo_Cordesurciel.jpg

Jusqu'au 15 avril 2008, Jean-Claude Caron rend hommage au dernier Tchekhov avec Céline Perra et Roger Contebardo au Tremplin Théâtre. Dotée de peu de moyens, la pièce « Tchekhov à Yalta » est un véritable concentré de talents.


On entend le ressac de la mer, le cri des mouettes, des phrases extraites de « Oncle Vania » en fond sonore, et la pièce s'ouvre sur Tchékhov assoupi, réveillé par une toux qui ne le laisse pas en paix. Nous sommes en 1903 à Yalta où l'écrivain russe Anton Tchékhov s'est retiré, loin de l'agitation de Moscou et de celle du théâtre qui lui manquent déjà, pour écrire, se reposer et se soigner en compagnie de sa sœur Macha et de son fidèle compagnon et comédien Basile.

Tchékhov mourra l'année suivante, c'est un écrivain malade, affaibli mais toujours porté par la magie des mots qu'incarne Roger Contebardo. Et c'est précisément cette ambivalence là que le comédien interprète avec intensité et justesse : l'homme impuissant, hanté par les souvenirs, qui s'interroge sur ce qu'il laissera derrière lui en observant son jardin, et l'auteur exalté par l'écriture, obsédé par l'art.
Bien plus que la photographie d'un auteur au seuil de sa vie, la pièce écrite par Jean-Claude Caron met en scène deux hommes et une femme tourmentés, inexorablement liés, ivres de littérature, et dont les frustrations se répondent les unes les autres.

Macha rit, Macha pleure, Macha se rêve autre en état de somnambulisme, récitant des extraits des pièces de son frère. La sœur de Tchékhov, habitée par Céline Perra, est une professeure vivant à l'ombre de l'écrivain, toujours présente pour lui mais enfermée dans ses rêves inaccomplis, portant en elle toute la frustration d'une vie qui s'écoule lentement à côté de la sienne propre. Elle est une célibataire malheureuse de l'être, toute de noir vêtue car elle « porte le deuil de sa vie » ; « a-t-elle perdu un être cher » interroge Basile? « Non, elle croyait l'avoir trouvé » répond Tchékhov.

Pendant que Macha vit en songe une vie de comédienne, à la faveur d'une nuit de confidences, Basile rejoue devant l'écrivain quelques scènes de Godounov. Comédien en déshérence, tout à sa soif de jouer retrouvée, il ne peut plus s'arrêter, peu importe le public, seule l'incarnation du texte importe, celui qui insuffle la vie.
Cette scène à la fois magnifique et tragique merveilleusement jouée par Jean-Claude Caron, auteur, metteur en scène et comédien, révèle la fragilité de l'interprète lorsqu'il ne fait plus entendre les textes des autres, interroge les rapports entre le comédien et son audience, la notion de célébrité, l'interdépendance entre l'écriture et celui qui dit les mots.

« Tchékhov à Yalta » est le texte de la solitude, de l'impuissance face au temps qui passe sans qu'on puisse l'amadouer et de celle des rêves inachevés.
Véritable ode à la littérature, à la nature et hommage à l'œuvre de Tchékhov dont les extraits scandent le spectacle, la pièce de Jean-Claude Caron puise sa force dans l'étude approfondie des biographies de l'écrivain et de son œuvre, dont l'auteur s'est inspiré en mêlant savamment réalité et imaginaire de manière à ce que le spectateur s'abandonne dans le texte sans pouvoir distinguer réel et création.

Et si le texte est parfois dur d'être si contemporain, la musique de Serge Rachmaninov qui rythme le spectacle, en écho aux pensées nostalgiques et amoureuses de Tchékhov, permet de s'échapper de l'atmosphère parfois oppressante de la maison de Yalta; et lorsque les notes s'élèvent et enrobent scène et salle, l'écrivain n'est plus qu'un homme esseulé, entraînant avec lui dans son intériorité le spectateur empli de la symphonie de ses mots dans une douce langueur, entre fantasme et réalité.

Jean-Claude Caron a commencé à travailler sur le texte en octobre 2006 et, véritable couturier des mots, a écrit une dizaine de versions de celui joué aujourd'hui. Il a souhaité faire du « sur mesure » pour les comédiens et faire d'eux des créateurs à part entière. Céline Perra et Roger Contebardo se sont donc eux aussi totalement imprégnés de l'œuvre de Tchékhov au point, comme ils le disent, de « faire entrer le spectacle dans leur chair à force d'incarner les personnages ».

La complicité des trois comédiens est éclatante sur scène et en dehors. Jean-Claude Caron, Céline Perra et Roger Contebardo travaillent ensemble depuis quelques années et ont crée la compagnie Lumière des Mots. Ce sont des amoureux de littérature, soucieux de partager la richesse des textes. Sans grands moyens mais animés d'une passion commune pour les mots qui les porte vers le public, ils ont multiplié les lectures théâtralisées dans le sud ouest de la France avant de mettre en scène et jouer « Tchékhov à Yalta » pour la première fois à Cahors en janvier dernier dans une version lyrique, puis de rebondir sur la scène parisienne du Tremplin Théâtre jusqu'au 15 avril.

Dépourvus de l'espace et des moyens qui permettaient de donner à la pièce toute son ampleur à Cahors, ils savent habiter la mini scène du théâtre parisien. La portée universelle du texte et la puissance de jeu des trois comédiens rapprochent indiscutablement les spectateurs de l'univers de l'écrivain russe. Les distances sont abolies, le temps devient élastique, Tchékhov, Macha et Basile deviennent familiers.

Unique version lyrique parisienne du spectacle, le 14 avril, le piano d'Hélène Desmoulin et la voix de Mezzo Soprano de Delphine Fisher conféreront au texte une résonance encore plus onirique.

1205097481.jpgA noter...

« Tchékov à Yalta »
De Jean-Claude Caron
Avec Jean-Claude Caron, Céline Perra et Roger Contebardo

Tremplin Théâtre
39 rue des Trois Frères 75018 Paris
Métro Abbesses

Les lundis et mardis à 20h30 jusqu'au 15 avril
Renseignements et réservations : 01 42 54 91 00
Réserver sur
Billetreduc
Le site de la compagnie : www.lumieredesmots.book.fr




Un copain du Bistro de Marco

Jean-Claude Caron

                        joue à Paris au Tremplin Théâtre
                        dans le 18ème,métro Abesses.
Tous nos amis sont invités à assister à ce spectacle déjà donné à Cahors au théâtre municipal.Une excellente soirée,du bon théâtre,d'excellents comédiens professionnels.
  • TCHEKHOV A YALTA
  • Théâtre contemporain
  • du 03/03/2008 au 15/04/2008.
    TCHEKHOV A YALTATREMPLIN THEATRE

Tchekhov à Yalta
De Jean-Claude Caron d'après Anton Tchékhov
Par la Cie Lumière des Mots 
Mise en scène : Jean-Claude Caron
Avec : Jean-Claude Caron, Céline Perra, Roger Contebardo,
Les parties musicales sont interprétées par Delphine Fischer (Mezzo-Soprano), et Hélène Desmoulin (piano)

Septembre 1903. On vient de jouer «Oncle Vania» pour Tchékhov dans le jardin de sa maison à Yalta. Dans le silence encore chargé des mots du maître, un air de Rachmaninov s'élève doucement…
Anton, rejoint en scène par ses personnages, revit à travers son œuvre, les moments forts de sa vie.

-A voir et à revoir - 10/10
Ils vous emmènent dans un autre monde celui de Tchekhov et on se laisse emporter dans un voyage plein d'émotions où se mêlent rêves, espoirs, désespoirs et aussi rires... le tout en musique A voir et à revoir
écrit le 04/03/2008 par : clem (1 critique , a vu cet évènement avec BilletReduc.com ) 




04/03/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion