540-Après la baisse,la chute de Sarko? 3 posts


Nicolas Sarkozy dévisse dans les sondagesLire la vidéo Nicolas Sarkozy

Après la baisse, la chute de Sarkozy?


Pour vous désintoxiquer des municipales!
Après la baisse (avec deux s!)dans les sondages,la chute est elle inéluctable?
Le NouvelObs en ligne a interrogé journalistes,politologues et sondeurs.Voici quelques extraits significatifs en commençant par le chouchou de ce blog,l'ami lotois Roland Cayrol.Les visiteurs de ce blog expriment aussi leur sentiment:Il baisse et ce n'est pas fini...Certains même pensent qu'après s'être "pris les pieds dans le tapis",il va prendre "un rateau"...Pour eux,"ce n'est qu'un début".Les professionnels sont plus prudents....On peut lire la totalité de l'article,cliquer sur le lien ci-dessous,cela devrait marcher.


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique


Posté par Helder SarkozyNews

084



Roland Cayrol,

président associé de l'institut CSA et directeur de recherches au Centre de recherches politiques de Sciences-Po (Cevipof) :

- "On aura la réponse définitive plus tard. Il est vrai que lorsqu'il y a un décrochage, il est toujours difficile de reprendre le terrain perdu.
Le sentiment que l'on a, c'est que cette chute n'a rien à voir avec les baisses de trois points que l'on connaît régulièrement. Elle correspond donc visiblement à un changement d'attitude d'une partie de l'électorat.

Mon hypothèse, d'après les interviews que nous avons réalisées, est donc que cette baisse est le résultat de la conjonction de deux éléments :

> Tout d'abord, sur le fond : un certain nombre d'électeurs de Nicolas Sarkozy - des électeurs qui ne sont d'ailleurs pas tellement UMP mais du reste de la droite (MoDem, Front National…) - se posent des questions sur le retour sur investissement que leur a apporté leur ralliement à Nicolas Sarkozy au second tour : sur le chômage, sur le pouvoir d'achat. Leur principale interrogation semble être : 'quand va –t-il s'occuper de nous ?' Cela exprime une véritable angoisse.

> La deuxième chose, qui rend d'ailleurs la première raison plus sensible, se résume également en une question : 'pendant que la vie est difficile pour nous, que fait Nicolas Sarkozy ?' Il a l'air de mener la vie de people, de vivre une histoire d'amour avec un top-model, de prendre des vacances de luxe… Il est intéressant ici de noter que ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans et les catholiques qui décrochent le plus.
On peut faire confiance à Nicolas Sarkozy pour réagir. Néanmoins d'un point de vue politique, il est plus difficile de trouver une solution lorsque la mise en scène est en cause. Mais la situation est loin d'être dramatique. Certes, il faut y prendre garde, mais bien des présidents ont gouverné avec des cotes de popularité bien plus basses."



logo_Yahoo__Actualit_s

Nicolas Sarkozy en baisse de sept points, dans un sondage

AP

(...)

Pour 52% des Français, l'action du président de la République va "plutôt dans le mauvais sens", contre 44% en décembre. A l'inverse, 37% des personnes interrogées considèrent que l'action de M. Sarkozy va "plutôt dans le bon sens", soit un recul de sept points par rapport au baromètre de décembre, et de 13 par rapport à celui de novembre.

lire_la_suite78http://fr.news.yahoo.com/ap/20080129/tpl-sarkozy-fillon-popularite-sondage-cfb2994

La glissade est particulièrement sensible chez les plus de 65 ans (-8 points, à 50%), les ouvriers (-11 points, à 34%), les professions intermédiaires (-14 points, à 32%) et chez les sympathisants centristes (-13 points, à 35%).


Alain Garrigou, professeur de science-politique à Paris X et auteur de "L'ivresse des sondages" :

- "Il n'y a rien de surprenant à voir Nicolas Sarkozy reculer dans les enquêtes d'opinion. On pouvait prévoir cette baisse depuis le soir du deuxième tour de l'élection présidentielle. Lorsqu'un président est élu, il en a pour un an, à peu près, avant de connaître une chute dans les sondages.

Concernant l'avenir, les sondeurs prédisent que cette baisse sera sans frais quand Nicolas Sarkozy s'exposera moins médiatiquement, notamment par rapport à sa vie privée. Le déclic, c'est la surexposition de sa vie privée. Cela étant, personne n'est devin, cette situation de défiance à l'égard du chef de l'Etat est neuve et personne ne peut savoir ce qui va se passer dans les mois à venir.

En politique classique, on dit souvent qu'il ne faut pas heurter les segments de son électorat, notamment celui des personnes âgées. Le déballage de la vie privée, parfois jusqu'à l'exhibitionnisme, a touché ces gens-là. Or, Nicolas Sarkozy a été élu grâce aux personnes âgées.

Ce qui est étonnant, c'est qu'il ait pu faire une faute politique aussi grave. Nicolas Sarkozy a construit sa carrière politique avec les sondages. Il vit et pense à travers les sondages, il ne jure que par eux. C'est un narcissique aigü. Il n'a absolument pas compris que la majorité des gens ne s'intéressent pas du tout à sa vie privée ou à ses conquêtes amoureuses.

A côté de cela, on observe que François Fillon se maintient dans les sondages mais cela s'explique car l'électeur s'accroche à son vote. Le Premier ministre bénéficie d'une sorte de faveur de substitution. On observe d'ailleurs bien ce phénomène sur les forums. L'électeur de droite a voté en accord avec ses convictions anciennes, constituées bien avant que Nicolas Sarkozy fasse partie du paysage politique, et il se retrouve avec un élu qui les trahit en n'appliquant pas la politique attendue.

Nicolas Sarkozy a fait des promesses qu'il ne peut pas tenir et les gens l'ont bien compris. Il fallait quand même être naïf, pendant la période électorale, pour croire qu'il tiendrait ses engagements.
Aujourd'hui, il y a de nombreux électeurs de droite qui se retrouvent en porte-à-faux. "


Guy Birenbaum, chroniqueur sur le post.fr :

- "Bien présomptueux celui qui peut dire: 'il est tombé. C'est fini. Il ne se relèvera pas.' D'autant que je rappelle que ce ne sont que des sondages et je ne suis pas en mesure de vous dire si c'est définitif.
Ce que j'observe en tout cas, c'est que cette chute de popularité est rapide. Et il y a plusieurs raisons à cela :

> C'est tout d'abord le sentiment profond que Sarkozy a menti : sur le pouvoir d'achat, sur le minimum vieillesse, sur les petites retraites, sur la croissance dont il disait qu'il irait "la chercher avec les dents".

> Par ailleurs, si l'on regarde précisément dans quelles catégories Nicolas Sarkozy chute, on remarque qu'il s'agit en premier lieu des personnes âgées et des milieux populaires, c'est-à-dire son principal soutien.

> Mais cela s'explique également par des raisons de forme : Sarkozy s'augmente tandis que les salaires stagnent; il voyage au frais de ses amis milliardaires pendant que les Français se serrent la ceinture; et, par dessus tout, il surexpose sa vie privée -ce qui a toujours été un tabou en France- comme une princesse monégasque.

Les Français croyaient avoir voté pour quelqu'un de résolu et déterminé et ils découvrent que le président ne fait que satisfaire ses lubies. Ce n'est pas une particularité de Sarkozy. Ses prédécesseurs en faisaient autant, mais ils ne le montraient pas.

Il se peut donc que la communication de l'Elysée devienne plus 'soft'. Mais je m'interroge : est-ce déjà trop tard ?"

  dessin de delize,yahoo! cartoons



30/01/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion