513-Municipales 30 posts au Top 2008

1aa27dd1707fb4def8685319cfdcc83a.jpg
chimulus 20 minutes


Le Mouvement républicain et citoyen reproche au PS de présenter le député Patrick Bloche, premier secrétaire fédéral dans le XIe, face à Georges Sarre, contrairement à un accord écrit.

Georges Sarre (Sipa)

Georges Sarre (Sipa)

Le Mouvement républicain et citoyen (MRC) menace vendredi 11 janvier de présenter des listes dans "7 à 8 arrondissements" de Paris et notamment dans le XIème où le maire sortant Georges Sarre, premier secrétaire du parti, estime avoir été "lâché" par le PS.
Un Conseil départemental du MRC doit se réunir samedi avec deux motions en débat. L'une prévoit de "soutenir Georges Sarre en autonomie" dans le XIè, l'autre prévoit de présenter "7 ou 8 listes" dans différents arrondissements, "concurrentes de celles du PS".
Il s'agirait des IXe, XIe, XIIe (où la liste est "bouclée"), XIIIe et XXe, en "coopération avec Michel Charzat", maire sortant, exclu du PS, qui présente une liste dissidente. Il y a des "hypothèses" sur les Ve, Xe et XVIIIe.

Patrick Bloche

Georges Sarre reste cependant "réticent" sur cette deuxième motion, car il ne veut pas "risquer de fragiliser Bertrand Delanoë, maire-candidat PS", selon la même source.
Dans le XIe où "la gauche a fait 65-66% aux dernières élections, le risque d'une victoire de la droite est impossible", fait-on valoir. "Il s'agira de savoir si les conseillers de Paris qui seront majoritairement de gauche dans le XIe et qui vont donc voter pour Bertrand Delanoë sont plutôt des proches de Georges Sarre ou Patrick Bloche".
Les dissensions sont apparues quand le PS a choisi de présenter le député Patrick Bloche, premier secrétaire fédéral dans le XIe, face à Georges Sarre, 72 ans, maire depuis 1995 et candidat à sa propre succession.

Accord signé

Pourtant, le MRC s'appuie sur un accord signé en décembre 2006 au plus haut niveau entre socialistes et MRC stipulant que la tête de liste de la gauche aux municipales dans le XIe serait "désignée par le MRC".
Le MRC disposait dans la mandature sortante de 7 conseillers, dont deux adjoints de Bertrand Delanoë. Selon les dernières négociations, le MRC disposerait dans la future assemblée de "4,5 conseillers de Paris". Soit "4 conseillers éligibles et un en cas de victoire de la gauche dans le Ve".
Or, le minimum pour former un groupe municipal est de cinq élus.


CAHORS ladepeche.fr


Qui sera la ou le prochain maire de Cahors ? C'est LA question qui occupera la ville jusqu'au 9 et 16 mars, date des deux tours des élections municipales. Si Dominique Orliac, la député PRG part favorite, elle devra affronter la concurrence de six ou sept autres listes. Du jamais vu à Cahors ! La bataille sera rude dans les deux camps. À gauche, trois listes de 33 noms chacune sont sur le point d'être finalisées. Dominique Orliac conduira celle du PRG, Jean-Marc Vayssouze, celle du PS et Serge Laybros, celle du PC. Au centre le Mouvement démocrate (Modem, François Bayrou) est en train de constituer sa liste. Gilles Cluzet sera aux commandes d'une liste « sans étiquette ».

À droite, Roland Hureaux est en campagne depuis quelques mois. Il rêve de faire trébucher ses anciens amis. Quant à Marc Lecuru, le maire sortant, qui a obtenu l'investiture UMP, il craint que Michel Roumégoux, élu en 2001, puis invalidé, ne se décide à y aller. Bref, les incertitudes sont nombreuses. Et les tractations. Nous vous proposons d'entrer dans les coulisses en dévoilant quelques noms. Les règles du jeu sont connues. Pour pouvoir fusionner au second tour, il faut réaliser au moins 5 % des inscrits. Et pour se maintenir 10 % des mêmes inscrits.


Liste PRG

Dominique Orliac accélère

La députée PRG est donnée favorite de cette élection compliquée. Elle inaugurera sa permanence, située 3 place de la Libération, samedi, à 11 heures. À ses côtés, pas de Bernard Charles, l'ancien maire. Mais du solide, connu des Cadurciens. Le colistier devrait être Pierre Venries, l'ancien adjoint de Bernard Charles. Fabrice Diot, un jeune qui monte, l'avocat Philippe Mercadier, l'architecte Dominique Pujol, pourfendeur du parking des allées Fénelon. Henri Colin, l'ancien directeur de l'Équipement du Lot sera de la partie. Quant au comité de soutien, il devrait être présidé par Slim Lassoued, rhumatologue au centre hospitalier, ancien… adhérent de la section du parti socialiste de Cahors. Dominique Orliac devrait ensuite former son équipe dont le directeur de campagne. Certains noms circulent mais le choix sensible ne serait pas encore opéré. Et la députée ne manque pas de propositions…


Liste PS

Jean-Marc Vayssouze se lance

Le leader de la liste socialiste ne s'avoue pas battu. Jean-Marc Vayssouze, premier secrétaire fédéral du PS, sait que la primaire à gauche s'annonce compliquée. Mais il veut peser. À ses côtés, on retrouvera Alain San Juan, l'actuel et très courtisé président de l'office municipal des Sports. L'avocate Geneviève Lagarde, Mireille Crouzet, organisatrice de la Cadurcienne de Printemps, course pédestre féminine à succès, Serge Munté, nouveau membre du conseil économique et social régional, le Dr Leneveu, pédiatre à l'hôpital et M. Simon, l'ancien directeur de Lot habitat soutiendront Jean-Marc Vayssouze.

Parmi les sortants PS, il se murmure que Bernard Delpech actuel conseiller municipal d'opposition ne serait pas satisfait des propositions qui lui sont faites et qu'il irait taper à la porte de Dominique Orliac.

Il est vrai que les allers et retours entre les deux listes sont assez fréquents.

Certains, déçus de leurs positions, ont fait des offres de service à tel ou tel leader. Et dire qu'il faudra fusionner entre les deux tours…


Liste UMP

Marc Lecuru recrute

Le maire sortant (UMP) sait que sa réélection est loin d'être assurée. Il espère profiter de la primaire à gauche qui lui offre de l'espace. Sa liste comporte quelques surprises. Concernant les sortants, Carmen Bardin devrait être sa colistière, obtenant ainsi une promotion méritée.

Si Bruno Gatignol a, semble-t-il, sauvé sa place in extremis, celle de Jacques Ducros, actuel premier adjoint, semble vacillante. Marie-Pierre Bonnave,Martine Moles, Serge Boutet, Colette Lavancier seront dans le navire sortant. Il pourrait se lancer dans les flots avec quelques nouveaux qui ont pour noms le psychiatre Michel Grinfeder, l'Européen convaincu Guillaume Klossa.

Et on murmure que Serge Crabié, le président de la chambre de métiers, se serait laissé convaincre… Noëlle Pellegrini (présidente de Fédération des travaux publics du Lot) a été contactée et réserve sa réponse.


Autres listes

Le suspense Roumégoux

Marc Lecuru et Michel Roumégoux ont bien tenté de trouver une solution convenable, ces derniers jours. Mais la proposition du second, élu maire en 2001, a été rejetée : il voulait la présidence de la communauté de communes de Pays de Cahors en cas de victoire de la droite.

Du coup, Michel Roumégoux, qui a confirmé hier sa candidature aux cantonales à Lalbenque, n'exclut rien. Même pas la constitution de sa propre liste : « Je ferai connaître ma position au dernier moment », annonce-t-il. En clair, Marc Lecuru pourrait voir apparaître une autre liste de droite à côté de la sienne et de celle de Roland Hureaux. Bref, un cataclysme : « Je ne suis pas obligé d'être candidat, tempère Michel Roumégoux. Mais, comme je l'ai toujours dit, je participerai à la campagne. Beaucoup de gens me sollicitent pour que je mène une liste ». Michel Roumégoux déplore que « les questions de personnes aient pris le dessus. À droite comme à gauche ».

Publié le 10 janvier 2008 à 09h05 | Auteur : Dossier : Laurent Benayoun.


Saint Céré

Municipales et cantonale,La dépêche en ligne


Convaincus que l'investissement des militants dans les récentes campagnes présidentielles et législatives de l'année écoulée et les idées qui avaient été développées lors de cette intense activité militante, verraient un jour prochain leur mérite reconnu, Bruno Lucas, Danielle Comte et Jean Launay ont adressé leurs vœux pour 2008 devant une centaine de personnes, samedi, à Saint-Laurent-les-Tours.

Candidat déclaré aux municipales de Saint-Céré, Bruno Lucas a fustigé «l'absence de politique sociale» sur sa ville et «le peu de cas fait des situations de précarité tant au travail qu'en matière de logement, de culture ou de service à la personne, de l'équipe sortante».

Alertant sur les projets de «dissémination de caméras de surveillance, de lotissements haut de gamme ou de zones industrielles en entrée immédiate de la ville», il a regretté que la MJC soit «si peu accueillante aux jeunes».

La campagne a donc débuté ce soir-là, avec l'appel «au retour de Saint-Céré dans la logique des politiques départementales, son ouverture à de nouveaux investissements et la création d'une Maison pour Tous».

Bruno Lucas a annoncé que l''enquête réalisée auprès de la population sera rendue publique lors d'une réunion le vendredi 18 janvier à 20h30, à l'Auditorium.

Quant à Jean Launay, il a annoncé officiellement sa candidature au conseil général, dans le canton de Saint-Céré, justifiant celle-ci au nom des complémentarités intercommunales à développer, «pour faire réussir les politiques territoriales qui du Pays au Département démontrent une cohérence d'ensemble ». Il a rejeté d'emblée l'accusation de cumul des mandats qui pourrait lui être objectée en ce qui concerne des niveaux différents de compétence. Et il s'est interrogé sur ce que serait «la situation d'un seul homme cumulant, sur un même territoire, les fonctions de maire, de président de l'Intercommunalité et de conseiller général…»

Il s'est ensuite attaché à illustrer ce qui, pour sa part, du rôle de législateur à celui d'élu local, lui semble «un gage d'efficacité à mettre en œuvre un projet au service du territoire et des hommes et des femmes qui y vivent».

En termes de politique de l'eau, il a rappelé la mise en œuvre au travers du Symage2, l'aménagement du territoire pour ce qui concerne les services et le développement économique, de renforcement de la solidarité départementale en matières sociale, scolaire et de santé.

Rappelant les liens politiques qui l'unissaient aux deux précédents orateurs, il a présenté Marie-José Gonzalès, adjointe au maire de Saint-Laurent, également présente, comme sa suppléante dans ce mandat.



Cahors

Il ne reste plus que deux mois pour préparer l 'élection du prochain conseil municipal et choisir un maire pour la ville.Deux mois pour dire si Marc Lecuru  qui a pris cette fonction après l'invalidation de Michel Roumégoux mérite d'être reconduit.

Sa désignation par une équipe disparate a laissé éclater les disputes,les querelles et les règlements de compte.

Michel Roumégoux l'avait emporté sur la liste(PRG-PS-PC-Verts) conduite par le député maire Bernard Charles grâce à une alliance de second tour entre sa liste  et celle de Roland Hureaux.Le conflit entre les membres des deux listes un an plus tard (Lecuru fut élu contre Hureaux) s'est agravé et a perduré pendant 4 ans.

Si sa majorité a éclaté,Marc Lecuru n'est cependant pas resté inactif et si  sa gestion et certaines de ses réalisations sont contestées,il n'en  pas moins  exercé son mandat et réussi dans plusieurs domaines.

Son handicap est constitué par la division de sa majorité.

La droite se présentera en ordre dispersé puisque Roland Hureaux constitue sa liste et que Pierre Mas annonce une liste modem tandis que Michel Roumégoux n'a pas encore annoncé s'il en ferait de même mais on sait ses désaccords avec le maire sortant.

Ce sera d'autant difficile pour Marc Lecuru qu'il ne pourra pas,en principe,compter sur les voix socialistes dissidentes qui,la dernière fois,de toute évidence ont préféré faire battre Bernard Charles et le PRG pour l'éliminer d'une Mairie qu'il gérait depuis  des lustres.

A gauche la revanche semblait acquise mais elle devient un incertaine.

Bernard Charles  annonce son soutien à Dominique Orliac nouvelle députée du Lot qui, poussée par ses amis,  de très bons sondages et sa victoire aux législatives avec près de 58% à Cahors, prendra la tête d'une liste de centre gauche très élargie.

Le Parti socialiste ne l'entend pas de cette oreille puisqu'il avait exigé et obtenu localement un accord de désistement en faveur de Jean-Marc Vayssouze son premier secrétaire fédéral lors des dernières législatives.

Très déçu par le refus des radicaux de le rejoindre dès le premier tour il s'est déjà lancé dans la course.Du coup le PC en est réduit à constituer une liste à gauche avec tous ceux qui le voudront derrrière Serge Laybros actif conseiller régional et conseiller municipal d'opposition.

A gauche tout le monde veut l'union et le rassemblement,
comme depuis 1977 où le PS n'était entré à la Mairie qu'à condition que le PC y eut sa place.Je le sais,puisque j'y conduisais,comme premier secrétaire fédéral ,futur deuxième adjoint,la liste des socialistes.Cette union dont en réalité peu ont voulu au premier tour,il faudra bien la faire au second.

C'est alors que nous verrons si les cadurciens veulent vraiment  un(e) nouveau Maire ou conserver le sortant.Je parie que mes concitoyens choisiront celle ou celui qui leur paraîtra avoir le plus de passion pour Cahors, pour servir cette ville avec conviction... plus que sur ses convictions.

__________________________________________________________________


Une bien belle épiphanie ...

dessin de Delize yahoo! cartoons


Toulouse

LA LISTE DE LA GAUCHE PLURIELLE BIENTÔT DEVOILEE

La fin des négociations

« La liste conduite par Pierre Cohen sera rendue publique dans les prochains jours, et dans la foulée viendra le programme » déclare François Briançon, directeur de campagne du candidat socialiste, qui ajoute : « l'ensemble des forces de gauche est réuni pour la première fois depuis 30 ans ». Ainsi donc, les négociations avec les différentes formations ont abouti. Les Verts seront 8 sur la liste, dont 4 parmi les 20 premiers ; ce sera la formation la plus représentée aux côtés du PS. Le Parti Communiste s'est vu attribué 7 places, dont 3 en position éligible, les Chevènementistes 2. Le PRG, quant à lui, a négocié 4 places, dont deux éligibles, pour Alexandre Marciel et Cécile Ramos. « Nous avons surtout fait valoir quelques projets de notre programme» commente Alexandre Marciel « et nous avons apprécié l'écoute de Pierre Cohen qui a retenu certaines de nos propositions, notamment sur des axes santé, économie ou encore dans le domaine du soutien scolaire. C'est notre travail des trois dernières années que nous avons défendu et qui a été reconnu ». Les négociations sont en revanche toujours de mise avec le Partit Occitan pour trouver un accord sur la position dans la liste de ses représentants. Celui-ci finira-t-il par rejoindre l'Autre Liste de François Simon ?

Un programme proposé collectivement

Car l'idée de Pierre Cohen est bien de réunir une gauche plurielle qui partage une même vision autour d'un même programme. Une proposition sera soumise très prochainement aux Toulousains pour débat, avant de s'engager sur un programme définitif en février. Il s'agit bien, selon François Briançon, de « créer un collectif global au service de nos ambitions politiques». A suivre, donc.


Valérie Ravinet  nouvelobs.com            sciencespo


05/01/2008
30 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion