499- La presse passe à autre chose 4 posts


dati

LA PRESSE PASSE A AUTRE CHOSE

48 heures plus tard, la vague Carla Bruni est presque passée et la presse passe à autre chose, jusqu'au prochain raz-de-marée - j'aurai pu dire tsunami histoire de filer la métaphore. Bref, cahin-caha en somme. Mais on dirait que la presse dans son ensemble et de tous bords va vraiment essayer de se concentrer sur des sujets de fond - 35 heures, SDF, pouvoir d'achat, crise des marchés financiers, dépendance, réforme militaire, institutions etc - cette fois pour laisser à TF1 le privilège de la fausse alerte permanente.

Du côté du pouvoir d'achat et de la revalorisation du travail, ça ne s'apparente pas vraiment à un conte de fées. On est loin de Disney. Même si le monde a changé depuis l'adoption des lois Aubry, constat quasi unaniment partagé par les éditorialistes et qui en concluent que les 35 heures sont obsolètes. Certains salariés en sont convaincus également, on vient de le voir à Sarreguemines, d'autres moins, comme les infirmiers de l'hôpital Tenon.

Echaudés par Sarkozy, c'est le thème qui convient pour qualifier certains éditorialistes de la presse régionale pourtant loin d'être des opposants nés : Pierre Taribo, Francis Brochet, Jacques Guyon, Daniel Ruiz etc. Jacques Chirac ne jurait que par la PQR pour prendre le pouls de la France. Gageons que cet agacement ne passe pas inaperçu à la cellule de com' de l'Elysée.

La Revue du web ce mercredi 19 décembre 2007

  

dessin de Delize,Yahoo! cartoons


                                 ++++++++++++

PARIS (AFP) - 

Un Français sur deux juge mauvaise la politique économique menée par le gouvernement.Son indice de popularité ayant perdu au total 26 points en un trimestre(baromètre mensuel BVA pourBFM,Phone House et Les Echos).Mail pour notre blog hier soir.

50% (+1 point par rapport à novembre) des personnes interrogées la jugent "mauvaise" (16% très mauvaise et 34% plutôt mauvaise) contre 45% (-1 point) qui l'apprécient (5% très bonne et 40% plutôt bonne). En l'espace d'un trimestre, l'indice de popularité (bonnes opinions moins mauvaises opinions) a baissé au total de 26 points, passant de +21 à -5.

Le baromètre de décembre "confirme bien qu'après avoir déçu les ouvriers entre mai et septembre, la politique économique du gouvernement tend à le couper des classes moyennes", note BVA. En trois mois, l'indice de popularité est passé de +20 à -8 auprès des employés et de +17 à +1 auprès des professions intermédiaires.

Si elle reste appréciée par les Français les plus riches (55% contre 41%) et ceux disposant de revenus moyens supérieurs (55% contre 42%), la politique économique du gouvernement est désormais impopulaire auprès des Français disposant de revenus moyens (44% contre 51%, baisse de l'indice de 30 points en un trimestre) et très impopulaire auprès des plus pauvres (33% contre 63%, baisse de 47 points de l'indice).

Par ailleurs, les trois principales mesures annoncées par le président Nicolas Sarkozy pour le pouvoir d'achat sont jugées efficaces mais moins que celles proposées par l'opposition socialiste.

57% des personnes interrogées sont ainsi favorables à la monétisation des RTT, 65% à l'ouverture dominicale et 70% à l'indexation des loyers sur l'inflation à la limitation de la caution à un mois de loyer.

"Mais simultanément, les trois principales contre-propositions formulées par le PS sur ce thème recueillent une adhésion encore plus franche", relève BVA, citant l'augmentation de la prime pour l'emploi (58%), l'augmentation immédiate du Smic (68%) et la baisse du taux de TVA à 5% sur les produits alimentaires de première nécessité (86%).



Changement de style ...


19/12/2007
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 270 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion