466-Socialistes,réveillez-vous! /Danielle Mitterrand: Sortir du système,pas l'amender 39 posts

Bellaciao :Danielle Mitterrand : "Ils n'ont pas la tripe socialiste au PS"
jeudi 15 novembre 2007 -11:07
JPEG - 20.4 ko

de Samuel Potier

La veuve de l'ex-président de la République, qui publie ses mémoires, juge que les dirigeants du Parti ont "un regard beaucoup trop attendri pour l'argent".

Timorés et pas assez révolutionnaires. Son jugement sur les dirigeants socialistes claque comme un coup de fouet. A 83 ans, Danièle Mitterrand entend garder sa liberté de parole, liberté dont elle use pleinement dans "Le livre de ma mémoire" (Jean-Claude Gawsewitch, éditions) qu'elle vient de publier.

Dans un entretien jeudi dans "Le Parisien/Aujourd'hui en France", elle enfonce le clou. La veuve de François Mitterrand pose clairement la question : "Pourquoi le PS est-il devenu ce qu'il est aujourd'hui ? Parce qu'il avait à sa tête des gens qui n'ont pas l'esprit socialiste".
"Sortir du système, pas l'amender"

Socialistes réveillez-vous : la social-démocratie est morte ! par Mathieu White,étudiant. Agoravox

medium_PS_envers.jpg

Au soir du 06 mai, quelques minutes seulement après l'annonce de la défaite de Ségolène Royal à l'élection présidentielle, les principaux dirigeants socialistes ont appelé à la "rénovation sociale-démocrate" du PS qui serait, disent-ils, la condition sine qua non pour espérer un retour au pouvoir de la gauche dans cinq ans. Comme l'avait dit Michel Rocard en 1974.

Mais il y a un fait que beaucoup semblent occulter: entre 1974 et 2007, la social-démocratie est morte.

Pour le comprendre il faut déjà rappeler ce qu'est la social-démocratie : la stratégie sociale-démocrate a été définie en 1945 et mise en oeuvre depuis cette date avec, jusqu'à sa mort inévitable, un certain succès. Cette stratégie peut se résumer en une seule phrase : la volonté d'exercer un compromis entre le capital et le travail (grâce par exemple à l'intervention de l'Etat).

Deux phénomènes ont entraîné la mort de cette social-démocratie.
Le premier est la mutation du capitalisme : celui-ci est devenu transnational grâce à l'ouverture des frontières et la suppression des droits de douane. Le capital n'a donc plus aucune raison de chercher un compromis avec le travail puisqu'il peut délocaliser si ses souhaits ne sont pas respectés.
Mais dans un premier temps la confrontation avec l'Est soviétique a permis à la stratégie sociale-démocrate de subsister : pour contenir et prévenir l'expansion du communisme en Europe le capital a été contraint à de nombreux compromis, de peur que le communisme s'installe dans de nouveaux pays où les inégalités seraient devenues trop importantes.

C'est donc un deuxième phénomène qui va définitivement tuer la social-démocratie : la chute du Mur de Berlin en 1989. Avec la disparition du communisme, le capitalisme n'a plus d'alternative et s'impose comme l'unique système partout dans le monde. Le capital n'a alors plus aucune raison de consentir à un quelconque compromis : c'est la fin de la social-démocratie.

Mais alors pourquoi, me direz-vous, des gens aussi brillants que les dirigeants socialistes appellent à une rénovation sociale-démocrate du parti si celle-ci est morte ? Pour ne pas avouer clairement qu'ils ont déjà franchi une étape supplémentaire : ils sont devenus démocrates, à l'américaine (dans le cadre idéologique défini par Bill Clinton), comme Tony Blair en Angleterre, Gerhard Schröder en Allemagne et tous les autres apôtres de « la troisième voie ». Qu'est-ce qu'un démocrate à l'américaine ? Quelqu'un qui est en accord avec 90% des propositions de la droite républicaine, comme c'est le cas aux Etats-Unis.

Que l'on soit bien clair je ne condamne pas les démocrates, chacun est libre de choisir son orientation politique. Mais pour moi ce n'est pas ma vision de la gauche : je ne me suis pas engagé à gauche pour faire passer un CPE bis comme l'ont fait les pseudo-sociaux-démocrates en Allemagne, pour réduire de 80% en 25 ans le nombre de lits d'hôpitaux comme ils l'ont fait en Suède, provoquant des délais d'attente vertigineux, ou encore pour faire passer la retraite à 67 ans.

Le Parti socialiste a donc un vrai choix à faire, mais pas entre une orientation résolument à gauche ou une orientation sociale-démocrate modérée comme on veut nous le faire croire : c'est entre une vraie politique de gauche et une orientation démocrate résolument centriste incarnée par Hollande, Royal et encore bien d'autres que l'on va devoir choisir.

François Hollande est le précurseur de cette ligne démocrate au PS, même si il a pris une distance avec elle lorsqu'il est devenu premier secrétaire.

Je vous renvois à un manifeste qu'il a écrit en 1984, lorsqu'il fait parti des transcourants, dont le nom est sans équivoque: "Pour être modernes, soyons démocrates", puis un second "Tourner la page" co-signé par Mignard, Le Drian et Jouyet. Ces textes développent tout ce que l'on retrouve dans les documents qui traitent de la "troisième voie"...avec quelques années d'avance...!



08/11/2007
39 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion