263-Et si nous racontions le Lot ? / blackisphere / Le Roman du vin noir de Cahors 7 posts

NOUVEAU BLOG

.Et  si nous nous racontions le Lot?  

 "On dirait le sud...Une variation musicale...un grand arbre qui abrite un mystère"...
Dans le cadre d'une étude commandée par le Conseil général du Lot, Anne et moi, nous avons sillonné le département et rencontré quelques lotois, ici et là, au sud, au nord  qui nous ont raconté le Lot, leur Lot...
Nous avons été sous le charme, avec l'envie que cela dure.
Et puis, François, nous a dit:"Le Lot, ça se vit et ça se partage" Il ne nous en a pas fallu plus: ce blog est là pour ça.
Pour continuer à dessiner, ensemble, le Lot , son portrait et ce qui en fait l'âme.
Ce blog est libre d'accès à tous ceux qui ont des choses à dire et à partager.Attention, esprits polémiques et politiques s'abstenir :  c'est une oeuvre collective ET constructive!!! que nous vous proposons de tricoter.
Et,Maintenant à vous de jouer,

             

Anne et Sylvie   http://et-si-nous-nous-racontions-le-lot.over-blog.com


              Blackisphere


Le blog Blackisphere est un lieu d'échange et d'effervescence autour du vin noir de Cahors. Ouvert spécialement pour le colloque Blackitude et Black Paradox, il poursuit la discussion lancée par l'Union Interprofessionnelle du vin de Cahors.
http://www.blackisphere.fr/

        Cahors,le roman du vin noir :


"un fameux guide à la découverte de ce vignoble attachant et méconnu"


061.jpg Billet du 3 juin 2008 sur le blog Le Journal du vin : http://www.lejournalduvin.com/tousarticles/kiosqie/663.FR.php

"Jean-Charles Chapuzet est un Charentais de Cognac qui est aussi passionné de vins que d'histoire ou de littérature. Il s'est donc tout naturellement intéressé à ce vieux vignoble de Cahors, deux fois millénaire, et de cette histoire il a fait un livre: «Cahors, le roman du vin noir». L'ouvrage est édité par Féret, doyen bien connu des éditeurs vinicoles de France, et a reçu l'onction des meilleurs spécialistes du cru, Jérémie Arnaud et Jean- Pierre Alaux, entre autres.Vin de messe, vin médecin, vin des tsars et des Anglais, les vins de Cahors ont connu le pire et le meilleur au cours des siècles. Aujourd'hui encore, comme beaucoup de vins du sud ouest, ils ont du mal à trouver une position commerciale et une vraie personnalité, coincés géographiquement entre Bordeaux à l'ouest et le Languedoc à l'est. Position peu enviable et concurrence redoutable. Mais le poids des traditions, la solidité des hommes et l'amour d'une terre où l'on sait récolter aussi des noix, des truffes ou des pommes, ont permis à ce vignoble de perdurer, et mieux encore à s'inventer un avenir. Une visite sur les belles collines qui habillent les méandres du Lot suffit à s'en convaincre. Et le livre documenté de Chapuzet est un fameux guide à la découverte de ce vignoble attachant et méconnu."


Marc Baldy:j'ai lu ce livre!

...avec plaisir et très rapidement,trop peut être,je le reprendrai plus  calmement lors de mes prochaines vacances.A première vue,pour un écrivain amateur,ce qui saute aux yeux c'est la qualité de l'écriture de Jean-Charles Chapuzet,le style direct,facile d'accès,la pureté de la langue.
J'ai tout de suite noté les anecdotes qui permettent l'entrée rapide dans le sujet,les références historiques,l'évocation de symboles et de quelques mythes fondateurs,tout ce qu'il faut pour déguster ce roman comme une coupe de Cahors Prestige.

La Littérature et l'Histoire,les chiffres et les citations n'étouffent pas- cela eut été regrettable -les personnages bien réels,les hommes qui ont taillé la vigne,élevé le vin, ni ceux qui l'ont fait connaître,vendu et transporté dans toute l'Europe et au-delà,jusqu'en Argentine.Je l'avais appris,je l'ai vu.

Dans un article de ce blog,je raconte la légende de ce cadurcien qui aurait apporté sa connaissance du vignoble cadurcien en Avignon et qui, en remerciement,aurait reçu la pourpre cardinalice...Si ce n'est pas vrai,la légende est belle et flatteuse et il nous plaît de la conter comme je l'ai reçue d'un architecte des bâtiments de France dans sa propriété de la "côte du pape" à Pradines devant une vieille bouteille de vin noir.D'un cardinal mes concitoyens ont fait un pape qui d'un vigneron avait fait un cardinal.(En 1317,le cardinal du Pouget,cousin de Jean XXII,pape en Avignon.Voir l'article N° 36 dans la rubrique archives).

De ce Roman du vin noir,on peut peut être regretter le survol un peu rapide et parfois discutable des plus récentes évolutions.
L'histoire contemporaine,vu de loin, est plus difficile à écrire même pour un très bon écrivain.J'ai trouvé un peu abrupts quelques uns de ses jugements sur l'action des élus mais ce n'est pas l'essentiel.Et puis,ce n'est que le premier roman du vin noir de Cahors,le second viendra je l'espère compléter ce très intéressant opus.

                                          Marc Baldy
 

"Nous appelons rouge un vin qui n'a presque rien de rouge", Michel Pastoureau

011.jpg   Publié le 12 mai 2008 sur le blog de Jacques Berthomeau : www.berthomeau.com/article-16867122.html

  

Extrait : " Nous appelons vin blanc un vin qui est jaune et rouge un vin qui n'a presque rien de rouge. De même nous qualifions de noir un raisin qui est violet, et de blanc un raisin qui est soit vert, soit jaune. C'est dans la plupart des langues et depuis la nuit des temps (ou presque). Ces écarts entre la couleur réelle et la couleur nommée à propos de produits à fortes dimensions symboliques et anthropologiques, comme le vin et le raisin, nous rappellent combien les couleurs sont avant tout des codes sociaux, des conventions, des étiquettes. Leur fonction première est de distinguer, de classer, d'associer, d'opposer, de hiérarchiser. Le vin et le raisin ont reçu leurs étiquettes colorées à une époque très ancienne, lorsque seules trois couleurs - le blanc, le rouge, le noir : les trois couleurs "de base" dans la civilisation occidentale comme dans la plupart des autres civilisations - étaient sollicitées pour organiser de tels codes. Les autres couleurs, qui existaient matériellement mais qui jouaient un faible rôle dans l'univers idéologique et dans les systèmes symboliques, ne pouvaient pas encore remplir de telles fonctions. Dire qu'un vin était jaune ou un raisin violet n'aurait alors guère eu de sens. Les qualifier de blanc, de rouge, de noir leur conférait en revanche une authentique fonction sociale, permettait de les inclure dans toutes sortes de systèmes et de rituels, et leur donnait une véritable dimension poétique et mythologique. Toutes caractéristiques que le vin et le raisin ont conservé jusqu'à aujourd'hui.En langage oenologique, on ne parle pas de la couleur d'un vin mais de sa robe. Comme pour les chevaux, celle-ci peut revêtir des nuances variées, qui se qualifient par un vocabulaire aussi pédant qu'imprécis."

" Le Noir est une couleur" …

Publié le 13 juin 2008 dans les catégories Black Tendance, Marketing |

ef4u4801.jpg Site de la Fondation Maeght, à Saint Paul de Vence, sur le thème de la couleur noire : http://www.fondation-maeght.com/lenoir/index.html

Extrait : "Révélé au XIXe siècle par les sombres visions de Goya et de Victor Hugo, justifié par les fantasmagories informes, infernales et chimériques d'Odilon Redon, retrouvé par Manet dans les ombres de Velázquez, le noir fut la paradoxale aurore du XXe siècle, alors qu'il s'annonçait comme le crépuscule du siècle précédent, symboliste et romantique.
Et puis Matisse vint et l'affirma, le théorisa précocement, et le clama comme un mot d'ordre : le noir est une couleur. Addition et soustraction à la fois de toutes les couleurs, scientifiquement considéré comme une non-couleur au même titre que le blanc, combinaison neutre de toutes les couleurs, le noir se décrit plus généralement comme l'aspect d'un corps dont la surface ne réfléchit aucune radiation visible. Descartes rappelle dans sa Dioptrique : « Il y a des corps qui, étant rencontrés par les rayons de la lumière, les amortissent et leur ôtent toute leur force, à savoir ceux qu'on nomme noirs, lesquels n'ont point d'autre couleur que les ténèbres ».

Bien que symbole de la mélancolie et du pessimisme, ce fut donc Matisse, le peintre de la joie colorée, qui dota la modernité de l'usage du noir.

Le noir structura ainsi le XXe siècle, imposa sa tonalité plus vigoureuse que triste, plus architecturale que nocturne, plus subtile que tranchante. « Le noir, comme le rouge, comme le vert, comme le bleu, comme toute autre nuance, a ses clairs, ses demi-teintes, ses ombres ; il ne fait pas, parmi les objets qui l'entourent, cette tache absolument opaque ; il s'y relie par des reflets, par des rappels, par des ruptures ; autrement il creuse un trou dans le tableau » (Théophile Gautier).

Le 6 décembre 1946, la galerie Maeght Paris ouvre une exposition « Le Noir est une couleur » constituée de 25 œuvres inédites, de Bonnard, Matisse, Braque, Rouault, Van Velde, et d'autres artistes reconnus à cette époque. Cette exposition est accompagnée de l'édition du premier numéro de « Derrière le miroir », (la revue devenue légendaire fondée par Aimé Maeght et sa maison d'édition « Pierre à feu »), clamant lui aussi, haut et fort en couverture, que le noir est une couleur.
Orné de six lithographies de Geer Van Velde, Jacques Kober y affirme : « Le noir nous donne un recul, une sorte de pauvreté. C'est une perte d'équilibre, un appel d'air. C'est le noir qui fait faire aux couleurs le grand écart. Il s'agit donc d'une lumière au-delà de la lumière, de son acclimatation et qu'elle permette un renouveau, une source (Mes Faims, c'est les bouts d'air noir, dit Rimbaud). […] Mais le noir est à la fois notion abstraite, et par là dangereuse à mesure qu'elle prend le large - et donnée concrète. Le noir concret (si j'ose dire) peut être brûlure ou caresse, éclaboussement. Sa présence met, par choc en retour, la peinture tout à construire de couleurs une synthèse de lumière et d'espace (les couleurs étant celles sur la toile et non dans le tube ».

Cahors is back, Cahors is black !



PhotoDDM

conférence de presse à Toulouse, ce vendredi 13 avril à la Maison du tourisme Midi-Pyrénées.
de g.à droite Pierre Lagache directeur du CDTdu Lot,Patrick Lévy directeur du CRT Midi-Pyrénées,Marc Baldy président du CDT du Lot,Martine Bouchet,directrice de la promotion CDTet des relations presse du Lot.

"Le grand amour vent à la rencontre des Toulousains",est une campagne de communication ciblée en avril,un marché au coeur de Toulouse les 20 et 21 avril, qui ont pour but de faire découvrir ou redécouvrir aux toulousains toutes les richesses de son territoire,ses produits de qualité,sa gastronomie,son patrimoine et ses paysages préservés,ses grands sites et ses activités culturelles et de loisir.Cette offre de proximité,de dépaysement à une heure de la capitale régionale,second marché après Paris permet des week ends de ressourcement et de détente.

"Un festival de festivals"rassemblant les 12 festivals lotois proposera des moments culturels forts,tandis que des chevaux de la ferme équestre arpenteront les pavés du square Wilson et que des animations seront offertes aux enfants.Sur le marché lotois allée Rooosevelt  des dégustations des meilleurs produits gastronomiques, des vins de Cahors et de pays seront orchestrées par des producteurs,et les professionnels des Bonnes tables et des logis de France.

Cette campagne de communication (150 000 €)est mise en oeuvre par le comité départemental de tourisme avec l'appui majeur du Conseil général du Lot et la participation de la CCI du Lot.L'objectif est de miser sur le potentiel de séduction de la destination , de conforter chez les toulousains son offre de week ends et de courts séjours.

Toujours axée sur la signature "Le Lot on est sous le charme",cette nouvelle création de l'agence DDB  introduit de l'humain et du lien dans la communication.Cette création par un clin d'oeil humoristique interprête le sentiment passionné et fusionnel qui réunit le Lot et le visiteur découvreur.

Le plan média comporte un encart presse de 8 pages dans ELLE,Paris Match,Le Point,L'Express et Version Fémina
(éditions régionales),un affichage à l'aéroport de Blagnac,dans les "sucettes" des abris bus et des parkings de centre ville.Des bannières sont également en ligne sur lemonde.fr et l'internaute.com.



13/04/2007
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 268 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion