1272- Le bistro de Maurice 152 posts

  

Un timbre à l'effigie de Maurice Faure

                                Un timbre en hommage à Maurice Faure. / DR                                                            
                                    

Maurice Faure aura bientôt son timbre. Quoi de plus normal pour cet homme de lettres, disparu le 6 mars 2014.

L’Union Philatélique du Quercy a fait une demande auprès de La Poste pour l’obtention d’un timbre poste dédié à l'emblématique homme politique lotois, ancien ministre de René Coty et François Mitterrand, ex-député, sénateur et président du conseil général du Lot, maire de Prayssac puis maire de Cahors durant 34 ans.

Il termina sa carrière politique le 1er mars 1998 après 9 ans passés au Conseil constitutionnel.

Le timbre sera émis le 25 mars

Grâce à l’appui de la ville de Cahors, la commission d’attribution a accepté la demande et a confirmé que ce timbre sera émis le 25 mars, date du 60ème anniversaire de la signature du Traité de Rome de 1957, dont Maurice Faure fut le dernier cosignataire vivant.

C’est dans ce cadre qu’une manifestation sera organisée le 25 mars, dans la salle Henri-Martin de la mairie de Cahors de 10 heures à 19 heures, avec la participation du conseil départemental et de la ville de Cahors. Des souvenirs seront proposés à cette occasion et une exposition philatélique va compléter cette journée.

La Poste tiendra un bureau temporaire et proposera timbre et oblitération spéciale sur Maurice Faure. Un vin d’honneur proposé par la mairie sera offert à 11 heures, en présence de nombreuses personnalités.

MATHIEU FONTAINE     La Dépêche du Midi

 

 

 

ci-dessous archives du blog:

 

 

 

 

 

1011- Disparition d'un grand monsieur 67 posts

 
 
 

François Hollande participe lundi matin à Cahors aux obsèques de Maurice Faure, mort à l'âge de 92 ans jeudi dernier. Dans un discours d'hommage, à l'ancien ministre, teinté de nostalgie, le président l'a qualifié d'homme politique "le plus doué de sa génération avec François Mitterrand".
"Maurice Faure paraissait d'une autre époque (..), un homme politique d'avant la télévision. (..) Dans une société de l'immédiat, du virtuel et de l'artifice, il ne paraissait plus avoir sa place (…) Il était pourtant étonnamment en avance sur son temps", selon François Hollande qui a loué la méthode de Maurice Faure "étonnamment moderne: le consensus". Un principe que François Hollande essaie d'appliquer lui-même.

"Un homme de cœur et de raison"

"La seule passion qui l'animait et qui l'a toujours conduit à être un homme de coeur et de raison, c'était l'Europe. Il la défendait âprement chaque fois que son cours paraissait se détourner de la volonté de ses premiers bâtisseurs, en l'occurrence lui-même", a dit François Hollande lors d'une cérémonie d'hommage à la préfecture du Lot, avant la cérémonie religieuse à la cathédrale Saint-Etienne de Cahors.

Le président était entouré notamment de Jean-Michel Baylet, le président du Parti radical de Gauche, dont Maurice Faure était une figure historique. La ministre Sylvia Pinel, le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, le président du Conseil général de la Haute-Garonne, Pierre Izard ou encore Elisabeth Guigou étaient également présents.  BFMTV

 
 
 exposition retro Meric 068.jpg
 
 la navigation sur le Lot aux côtés de Maurice Faure et du Préfet Leblond (photos Méric)
 
 
 
 
exposition retro Meric 012.jpg
J'étais aux côtés de Maurice Faure comme adjoint au Maire et vice-président du conseil général dans les années 80 ici pour recevoir le secrétaire d'Etat à la sécurité publique MB  
monnerville.jpg  avec Gaston Monnerville dans Le Capitole
 
 
     
 
Maurice Faure est décédé, dans la nuit de jeudi , dans son sommeil à son domicile de Cahors
Il entre très tôt dans la carrière politique Professeur agrégé d’histoire et de géographie, docteur en droit, il commence par enseigner à l'Institut d'études politiques de Toulouse. En 1947, il intègre le cabinet du ministre de l'Éducation nationale Yvon Delbos, puis ceux de Maurice Bourgès-Maunoury.
Élu député radical-socialiste du Lot de 1951 à 1958, il est membre des groupes centristes Entente démocratique et Rassemblement démocratique, puis député Fédération de la gauche démocrate et socialiste et « socialiste et radical de gauche » de 1958 à 1983.
En qualité de secrétaire d'État aux Affaires étrangères du gouvernement Guy Mollet, il cosigne le 25 mars 1957 avec son ministre de tutelle, Christian Pineau, le traité instituant la Communauté européenne dit Traité de Rome, dont il est le dernier témoin vivant.
À deux reprises, il est président du parti radical-socialiste de 1961 à 1965 et de 1969 à 1971. Il soutient Jean Lecanuet candidat à l'élection présidentielle de 1965.
Après avoir été maire de Prayssac pendant douze ans, il est élu maire de Cahors en 1965, mandat qu'il conservera vingt-cinq ans.
Membre de l’Assemblée parlementaire des Communautés européennes puis du Parlement européen de 1979 à 1981, il est sénateur Gauche démocratique de 1983 à 1988.
En 1981, à la suite de l'élection de François Mitterrand à la Présidence de la République, il devient Garde des Sceaux dans le premier gouvernement de Pierre Mauroy. Il ne conserve cette fonction qu'un mois et un jour et, après les élections législatives, céde sa place à Robert Badinter.
Ministre d’État, ministre de l'Equipement et du Logement de Michel Rocard en 1988, il quitte le gouvernement un an après, nommé par François Mitterrand au Conseil constitutionnel.
En 2007, il est nommé président du comité d'honneur du 50e anniversaire du traité de Rome.
Maurice Faure est décédé le jeudi 6 mars 2014 à Cahors. 

 

Travailler avec et pour François Mitterrand et Maurice Faure aura été l'honneur de ma vie.Tous ceux qui ont connu Maurice Faure qui vient de disparaître sont aujourd'hui un peu orphelins

Marc Baldy

faure.jpg

André Boyer sénateur, Maurice Faure et Jean Milhau son successeur à la présidence du conseil général du Lot et sénateur successeur d'André Boyer dont il était suppléant.

 

Décès de Maurice Faure ici avec Robert Badinter son successeur à la justice et François Mitterrand
 

 

Maurice FAURE est né le lundi 2 janvier 1922 à Azérat en Dordogne. Agrégé d'histoire et de géographie, docteur en droit, il enseigne au Lycée Pierre de Fermat à Toulouse.
1948 : Professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Toulouse. 1947 : Attaché au Cabinet d'Yvon Delbos, ministre d'Etat. 1947-1948 : Chargé de mission au cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury (secrétaire d'Etat au Budget). 1950-1951 : Chef de cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury (secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil). 1951 : Élu député radical-socialiste du Lot à 29 ans, et réélu en 1956 (député du Lot jusqu'en 1983). 1953-1955 : Secrétaire général du Parti Radical-Socialiste. 1956-1957 : Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères dans le cabinet de Guy Mollet. 1957-1958 : Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères dans les cabinets Bourgès-Maunoury et Félix Gaillard. Mai 1958 : Ministre de l'Intérieur puis Ministre des Institutions européennes dans le cabinet Pierre Pflimlin. 1958 - 1983 : Député du Lot. 1960-1962 : Président du Groupe de l'Entente démocratique de l'Assemblée nationale. 1961-1965 et 1969-1971 : Président du Parti Radical-Socialiste. 1962-1967 : Président du groupe du Rassemblement Démocratique de l'Assemblée nationale. 1964-1970 : Président de la Commission de Développement Economique Régionale (CODER) Midi-Pyrénées.

1965-1990 : Maire de Prayssac (de 1953 à 1965), maire de Cahors (de 1965 à 1990).
1971 :
Président du Conseil Général du Lot (jusqu'en 1995)

Depuis 1974 : Vice-président du Conseil de la région Midi-Pyrénées.

1979 : Député européen de 1979 à 1981.

Mai 1981-Juin 1981 : Garde des Sceaux, Ministre de la Justice dans le premier gouvernement de Pierre Mauroy, sous la présidence de François Mitterrand.

1983-1988 : Sénateur du Lot, inscrit au groupe de la Gauche Démocratique

1988-1989 : Ministre d'Etat, ministre de l'Equipement et du Logement.

1989 : Membre du Conseil Constitutionnel.

1994 : Président d'honneur du Conseil général du Lot.

Il fût aussi Conseiller général du canton de Montcuq (Lot) pendant plus de trente ans.

 

Nouvel article

 
autour de Josiane Laporte les 3 petites filles de Maurice Faure
 
         
                                                  

Cahors : Emotion et histoire pour le timbre Maurice Faure

Le 25 mars était le premier jour de l’émission du timbre à l’effigie du signataire du traité de Rome.

 

Samedi 25 mars, la salle Henri Martin affichait complet pour l’émission du 1er jour du timbre à l’effigie de Maurice Faure, signataire du traité de Rome dont c’était le 60ème anniversaire. L’Union Philatélique du Quercy et son président Jean-Jacques Pestel, à l’origine du timbre, était bien sûr de la partie. La Poste avait monté un bureau temporaire et proposait timbre et oblitération spéciale sur Maurice Faure. Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors, Sylvia Pinel, vice-présidente de la Région, Dominique Orliac et Jean Launay, députés, Martin Malvy, président du Grand Figeac, Jean-Claude Requier, sénateur, étaient notamment au rendez-vous ainsi que les petites-filles de l’ancien ministre, Véronique et Florence (les filles de Philippe) et Sophie (la fille de Patrick).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


07/03/2017
152 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres

blog search directory
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion